Pour les voyageurs du monde entier, l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull est un coup dur. Pour Alain et Valérie, c’est une catastrophe. Car pour arriver à temps dans le petit village de Grèce où se marie leur fille, ce couple de divorcés, qui se voue l’un l’autre une détestation sans borne, va être amené par la force des choses à prendre la route ensemble.

 

♥♥♥♥♥

 

Eyjafjallajokull affiche« Sinon, dites le volcan », conseille le sous-titre de l’affiche, histoire d’établir un quelconque contact avec les spectateurs avant qu’ils ne prononcent ce titre maudit en achetant leur place. Après son premier long-métrage, Une pure affaire (2011), Alexandre Coffre comptait sûrement signer une aventure belle et bien volcanique sur le couple dans un cadre dépaysant. Car si Eyjafjallajökull arbore des airs de road-movie, il s’agit surtout selon le réalisateur-scénariste d’une comédie antiromantique mettant en scène un duo de divorcés plein d’aigreur et de haine l’un envers l’autre. Et il faudra bien qu’arrive ce fait réel survenu au printemps 2010 – l’éruption du volcan islandais au nom démoniaque – pour forcer Alain (Dany Boon) et Valérie (Valérie Bonneton) à faire route ensemble. Face à l’état du trafic aérien, ils passeront de voitures en bateau entre l’Allemagne et la Grèce, où leur fille de 20 ans doit se marier. Pourquoi pas après tout ? Si la bande-annonce ne met déjà guère en confiance, on pouvait au moins espérer quelques situations mordantes nourries aux sarcasmes et autres manipulations mutuelles de ces deux-là. Certes, le coup du duo antinomique peut sembler usé jusqu’à la corde dans la comédie française, mais il a aussi fait ses preuves. Sur le ring conjugal, il y a donc Alain le clown triste, looser de service mais papa poule, et Valérie la quarantaine souriante et riche dont le portrait est un peu terni par son passé de mère absente. Chacun utilisera les failles de l’autre pendant plus de 2000 kilomètres, mais on ne sera jamais dupes des coups bas répétitifs qui surviendront dans les secondes suivant une potentielle réconciliation.

 

Eyjafjallajokull - Dany Boon et Valerie Bonneton

 

L’absence totale de surprise devient alors l’un des gros gros problèmes de ce deuxième film fumeux au néant scénaristique que l’équipe s’est efforcée de rythmer, sans y parvenir, à coup d’évasions invraisemblables et de montage ultra-coupé. Chaque gag tombe à plat puisque la méchanceté des situations devient hystérie et que les banalités des dialogues insipides empêchent tout régal sarcastique. Alexandre Coffre, sûrement plein de bonnes intentions, a déclaré avoir pensé à la fois à La Guerre des Rose, Little Miss Sunshine et A la poursuite du Diamant Vert. Rien que ça. Si on imagine bien la volonté de donner un triple visage à l’entreprise – comédie de remariage, road-movie intimiste et film d’aventure –, le cinéaste échoue sur tous les terrains et à tous les niveaux. Au final, le voyage ressemble au mauvais Safari (2009) d’Olivier Baroux et à du sous-Chatilliez. Quand même la pétillante Valérie Bonneton ne parvient pas à donner un peu de saveur à l’ensemble, le tout sent le souffre à plein nez. Mieux vaut alors passer son chemin que de fourcher sa langue devant le guichet.

 

 

EYJAFJALLAJÖKULL d’Alexandre Coffre en salles le 2 octobre 2013 avec Dany Boon, Valérie Bonneton, Denis Ménochet, Bérangère McNeese. Scénario : Laurent Zeitoun, Yoann Gromb, Alexandre Coffre d’après une idée originale de Yoann Gromb. Producteurs : Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou et Laurent Zeitoun. Producteurs associés : Dominique Boutonnat, Arnaud Bertrand, Hubert Caillard. Directrice de production : Camille Lipmann. Coproductrice : Geneviève Lemal. Directeur de la photographie : Pierre Cottereau. Premier assistant réalisateur : Daniel Noah Dittman. Montage : Sophie Fourdrinoy. Casting : Marion Tenet. Décors : Gwendal Bescond. Son : Pascal Armand, Marc Bastien, Dominique Gaborieau. Costumes : Sonia Philouze. Maquillage : Flore Masson, Suzel Bertrand. Coiffure : Juliette Martin. Musique originale : Thomas Roussel. Distribution : Mars Distribution. Durée : 1h32.

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts