Synopsis : Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller, le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus. De son côté, Loki essaie de trouver des indices pour arrêter le coupable avant que Keller ne commette l’irréparable… Les jours passent et les chances de retrouver les fillettes s’amenuisent…

 

♥♥♥♥

 

Prisoners afficheLe cinquième long-métrage de Denis Villeneuve, Prisoners, vaut largement une séance rattrapage ou une seconde vision à l’occasion de sa sortie en DVD/Blu-Ray. Tout d’abord parce que plus de trois ans après l’intense et terrassant Incendies, le réalisateur canadien livre à nouveau avec une maîtrise évidente une enquête familiale aussi lourde dans ses causes que dans ses effets. Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de six ans, Anna et Joy, disparaissent en plein jour pendant Thanksgiving. Le père d’Anna (Hugh Jackman) sombre dans un état de détresse et de fureur, surtout lorsque l’inspecteur Loki (Jake Gyllenhaal) est contraint de relâcher le suspect n°1 (Paul Dano). Ce père, devenu incontrôlable, va repousser les limites du raisonnable pour retrouver sa fille. Ensuite ? Il reste encore presque deux heures de plongée infernale dans un labyrinthe dont personne ne sort indemne, voire pas du tout. Mais comment tenir sur la durée sans pour autant épuiser le public de ce spectacle tragique au temps resserré ou, au contraire, sans que ce dernier ne souffre de baisses de rythme ? Les réponses de Denis Villeneuve sont multiples. Primo, il multiplie les indices et détails marquants tout au long du récit : un camping-car en pleine rue, une fenêtre ouverte, une chanson parodiée qui n’amuse pas longtemps… jusqu’à ce petit sifflet rouge qui tient en haleine ce thriller psychologique à haute tension. Secundo, c’est tout simplement son sens de l’ellipse qui force l’admiration lui évitant de mettre en scène des séquences inutiles. Larmes et inflexions vocales il y a, mais elles restent relativement rares sur un film d’une telle durée, et ces bonds de quelques heures ou jours dans le temps permettent au cinéaste de ne pas en rajouter une couche.

 

Hugh Jackman - Prisoners

Hugh Jackman – Prisoners / ©SND

 

Mieux : elles ajoutent de la profondeur aux individus concernés. Juste après la séquence de la disparition dans les 20 premières minutes d’exposition – soit quelques jours dans l’histoire -, les parents d’Anna ne ressemblent qu’à l’ombre d’eux-mêmes. Le choc du temps qui passe prévaut une longue descente aux enfers et Villeneuve va droit au but tout en brouillant les pistes. Car l’important pour lui n’est pas tant cette enquête que l’abolition de diverses frontières – celles entre bien et mal, croyance et désespoir, bourreaux et victimes. Et toute l’intelligence de Villeneuve et de son scénariste Aaron Guzikowski se trouve dans le fait de ne pas attendre que le drame familial se produise. Le film s’ouvre ainsi sur un père qui, en fervent croyant, récite le Notre Père tout en faisant de son fils un chasseur accompli. Sa nature paradoxale, faite de violence et de recueillement, est d’emblée perceptible et l’épreuve qu’il va traverser ne fait qu’exploser cette rage qu’il contenait déjà en lui.

 

Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman - Prisoners

Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman – Prisoners / © SND

 

Les personnages et, par voie de conséquence, les comédiens constituent ainsi l’une des grandes forces du film. Hugh Jackman, à la fois inquiétant et déchirant mais toujours à fleur de peau en père de famille meurtri, offre probablement sa meilleure performance à ce jour. Les seconds rôles ne sont pas en reste, en particulier la trop rare Maria Bello en mère et épouse anéantie, et la géniale Mélissa Leo, flippante et magnétique dans le rôle de la tante du suspect n°1. Jake Gyllenhaal, dans une prestation qui n’est pas sans rappeler celle de Zodiac, épate tout autant. Bientôt à nouveau devant la caméra de Denis Villeneuve avec ENEMY, prévu courant 2014, l’acteur est magistralement crédible en Loki, ce flic d’abord émotionnellement détaché face aux événements mais qui va à son tour succomber à cette guerre des nerfs. Pas étonnant donc que ce brillant casting ait été sacré « meilleure distribution » aux National Board of Review Awards 2013.

 

 Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman - Prisoners / ©SND

Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman – Prisoners / ©SND

 

Le plaisir de découvrir ou revoir Prisoners – surtout en Blu-ray – provient également du travail de Roger Deakins. On souhaite au chef opérateur anglais, seul nommé aux Oscars pour ce film, d’être enfin consacré pour sa photographie, après les magnifiques images du SKYFALL de Sam Mendes (notre critique). Entre le cadre extérieur pluvieux et enneigé et les intérieurs obscurs et claustrophobes, elle participe pleinement à l’ambiance glaciale et brumeuse, presque fantomatique, de cette longue course contre le temps. Le cinéaste utilise d’ailleurs ces minutes précieuses pour développer son propre regard sur une Amérique qui, à force de vouloir séparer le blanc du noir, en oublie parfois sa propre complexité. Aussi insondable que ce maudit labyrinthe une fois qu’on en a pris connaissance. On est chez Denis Villeneuve après tout : affronter la vérité requiert un prix à payer.

 

 

  • PRISONERS réalisé par Denis Villeneuve est disponible en DVD/Blu-ray depuis le 12 février 2014 avec Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Viola Davis, Maria Bello.
  • Scénario : Aaron Guzikowski
  • Production : Broderick Johnson, Andrew A. Kosove, Adam Kolbrenner.
  • Photographie : Roger Deakins.
  • Musique : Johann Johannsson.
  • Distributeur cinéma : SND.
  • Editeur DVD : M6 Vidéo.
  • Durée : 2h33.
  • Interdit aux moins de 12 ans à sa sortie en salles.

 .

Commentaires

A la Une

Sony conclut un accord avec Disney pour diffuser les Spider-Man et ses prochains films sur Disney+

Sony Pictures est l’un des seuls groupes à ne proposer pour le moment aucune plateforme de diffusion en streaming. Pourtant,… Lire la suite >>

Antoine Fuqua à la barre d’une nouvelle adaptation de La chatte sur un toit brûlant

Le réalisateur de Training Day et d’Equalizer va adapter la pièce de Tennessee Williams, La chatte sur un toit brûlant…. Lire la suite >>

Monte Hellman, le prix de l’indépendance

Principalement connu pour son film Macadam à deux voies (1971), le réalisateur Monte Hellman nous a quittés ce mardi 20… Lire la suite >>

Rob Zombie à la réalisation d’une adaptation de la série Les Monstres

Rob Zombie va réaliser un film adapté de la série Les Monstres des années 1960. Cette relecture pourrait être diffusée à la… Lire la suite >>

Love, Death + Robots : une première bande-annonce impressionnante pour la saison 2

La série animée d’anthologie de David Fincher et Tim Miller sera de retour sur Netflix en mai prochain.      … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts