Série/ Boardwalk Empire (l’intégrale): critique

Publié par Guillaume Ménard le 11 décembre 2014
Steve Buscemi (Nucky Thompson) et Shea WHigham (son frere Elias) dans Boardwalk Empire - HBO

Steve Buscemi (Nucky Thompson) et Shea WHigham (son frere Elias) dans Boardwalk Empire – HBO

 

Tout comme la mise en scène, le montage nerveux et/ou faussement serein est calculé au millimètre. Il construit ainsi un rythme qui joue sur les gammes des différents acteurs de l’histoire, accentuant une tension de plus en plus insoutenable, laquelle explose dans une seconde saison belliciste. Effectivement, les références assumées aux dramaturges hellénistes s’imposent dans cette deuxième partie. On assiste alors à une impressionnante relecture d’Œdipe de Sophocle où la notion de rédemption disparaît. Les éléments renvoyant à la tragédie grecque se multiplient et les passions ainsi que les luttes familiales se déchaînent. Les Phéniciennes d’Euripide est cité directement à travers la lutte entre Nucky et son frère Elias (Shea WHigham), personnification d’Etéocle et de Polynice. Le théâtre est ici une mise en abyme via le cabaret de Nucky, lieu de réunion, de spectacle et de terreur. La dimension spectaculaire du music-hall est mise en exergue, appuyant le prestige du personnage. Il participe surtout au caractère vivant de la série et fait revivre les années 1920 avec talent.

 

Boardwalk Empire - cabaret de Nucky Thompson - HBO

Boardwalk Empire – cabaret de Nucky Thompson – HBO

 

La musique et la danse sont donc très importantes dans ce cabaret, réservé à une classe élite où le raffinement et la renommée vont de pair. Ce qui n’est pas le cas avec la bande originale éclectique, qui regorge de chansons oubliées. Elle dépeint à merveille cette époque contradictoire où la rudesse de la vie flirtait avec la légèreté de l’époque. On peut entendre les reprises des grands standards de cette période par des chanteurs contemporains, comme l’envoûtant My Man de Regina Spektor ou l’excentrique Life is a Funny Preposition de Stephen De Rosa. L’ensemble est très jazzy, et nous immerge davantage dans ce voyage temporel. A l’inverse, le titre anachronique Straight Up and Down de The Brian Jonestown Massacre sert le générique d’ouverture. Celui-ci nous montre Nucky, debout sur le sable devant une mer agitée, où le ressac des vagues fait face aux nuages qui s’amoncellent. Les effets de ralentis et d’accélérés contribuent à cette distorsion du temps régi par l’océan. Le sous-texte implique la dépendance de Nucky à cette voie maritime qui lui permet de faire transiter ses marchandises. Les vagues ramènent inlassablement à ses pieds les bouteilles de whisky, quand celles-ci n’ont pas le malheur de se fracasser sur les rochers. L’écume, alcoolisée, disparaît dans le sable face à notre anti-héros et son empire. Le rapport à l’eau n’est pas que source de profit, il évoque aussi la noyade et la submersion. Les plans d’insert sur le trésorier d’Atlantic City sont révélateurs de la nature du personnage, obsédé par le pouvoir. La question de la morale est donc constante et a le mérite de ne pas céder à la facilité.

 

Bobby Cannavale (Gyp Rosetti) dans Boardwalk Empire - HBO

Bobby Cannavale (Gyp Rosetti) dans Boardwalk Empire – HBO

 

La troisième et la quatrième saisons en sont la preuve, effectuant un virage scénaristique inattendu. Après la perte d’un personnage principal, l’arrivée d’un nouveau venu à Atlantic City, Gyp Rosetti (Bobby Cannavale) vient changer la donne. L’escalade de la violence atteint un nouveau degré dans ces deux saisons. Les relations entre les bandes se détériorent de plus en plus, Al Capone et Lucky Luciano poursuivent leur ascension au détriment des anciennes règles. La série introduit encore de nouveaux personnages, avec le redoutable Docteur Narcisse (Jeffrey Wright) et J. Edgar Hoover (Eric Ladin), fameux directeur du FBI. Le principe d’expiation commence à naître au cœur de ces vingt-quatre épisodes. Assurément, les destins se précisent. Les pêchés de ces grandes figures du crime viennent les rattraper. Rien n’est laissé au hasard, les protagonistes sont maudits, marqués par leurs décisions, au-delà de tout pardon. Ils deviennent masochistes, comme si la punition devait être effectuée intrinsèquement par soi-même. Nucky s’affirme davantage dans ses choix par sa capacité à trancher, au détriment des siens. L’éclairage naturel, qui prend progressivement plus d’importance dans la série, accentue cette descente aux enfers. Car les scènes violentes au départ étaient le plus souvent nocturnes.

 

Car dès la troisième saison, les limites deviennent inexistantes. Le crime éclate au grand jour sous le ciel bleu, devant une mer calme ou dans une rue animée. La photographie renvoie singulièrement à l’impressionnisme, des pique-niques sur la plage jusqu’aux boutiques. Le projecteur est braqué ainsi sur la vie quotidienne. L’image picturale est donc lumineuse en extérieur. L’arrière-plan, aussi important que le premier, rappelle les toiles de Monet et de Seurat. Le souci du détail dans les décors et les costumes renforce cette impression de tableau. La rose sur la veste de Nucky, les coiffures italiennes, la porcelaine des salons, les bars enfumés de Chicago, rien n’est laissé au hasard et rend la reconstitution totalement crédible. Le décor du bord de mer est ancré dans la réalité économique de l’époque, qui voit l’émergence des futures multinationales avec les enseignes de Gillette, Coca-Cola, Lucky Strike…

Commentaires

A la Une

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

J.K. Rowling lance « Harry Potter at Home », une plateforme pour occuper les enfants

La célèbre autrice britannique propose aux parents un site éducatif centré sur l’univers de Poudlard et ses sorciers, pour apprendre… Lire la suite >>

Le remake de Candyman écrit par Jordan Peele sortira à l’automne 2020

Le retour du terrible Candyman sur grand écran devra attendre septembre prochain.       Il va falloir patienter pour… Lire la suite >>

Call Me By Your Name : le réalisateur confirme la suite avec le casting du premier film au complet

La pépite aux allures de dolce vita oscarisée pour son scénario en 2018, va bien connaître une suite sur grand… Lire la suite >>

Hollywood : premières images de la minisérie Netflix de Ryan Murphy

La nouvelle série progressiste du créateur de Glee et American Horror Story sera consacrée à un groupe de talents dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts