Synopsis : Deux enfants sont envoyés passer une semaine en Pennsylvanie, dans la ferme de leurs grands-parents. Mais lorsque l’un d’eux découvre qu’ils sont impliqués dans quelque chose de profondément dérangeant, leurs chances de retour s’amenuisent de jour en jour.

 

♥♥♥♥♥

 

The Visit - affiche

The Visit – affiche

M. Night Shyamalan marque un retour en grande forme et inscrit sa nouvelle réalisation dans une veine horrifique clairement jubilatoire. Après Le Sixième Sens, Le Village ou encore Signes, le cinéaste américain utilise les codes de l’épouvante et les met clairement au premier plan. Cette démarche était inespérée tant Shyamalan s’enfonçait dans des projets toujours plus bancales comme Le dernier maître de l’air, After Earth, suite à l’échec de Phénomènes, toutefois assez convaincant. Mais ici, le récit de The Visit brille par son minimalisme et sa simplicité. Cette idée se révèle même être un de ses grands atouts. On se retrouve instantanément transporté au cœur d’une visite de famille réunissant grands-parents et petits-enfants, étrangers les uns aux autres. Suite à un différend inconciliable qui l’oppose à ses parents, Loretta (Kathryn Hahn) préfère rester en retrait mais intervient cependant au travers de conversations Skype avec ses enfants. Afin d’amorcer son retour, Shyamalan s’est associé avec le producteur américain Jason Blum, patron de Blumhouse Production, qui a construit sa réputation sur le succès de franchises telles que Sinister, Insidious, American Nightmare, sans oublier les lucratifs opus tirés de Paranormal Activity. La vigilance était donc légitimement de mise lorsque l’on s’attarde sur leurs qualités esthetico-artistiques et d’autant plus car le found-footage fut avancé comme concept largement écumé. Mais ici, Shyamalan poursuit une démarche préfacée par V/H/S, signé par plusieurs réalisateurs américains. Les sketches se démarquent par une série d’interrogations quant à l’usage du médium exploité pour les prises de vue.

 

The VisitThe VisitThe VisitThe Visit

 

Le cinéaste américain approfondit cette voie et justifie ce choix en confiant les clés à Rebecca (Olivia DeJonge), qui s’improvise ici documentariste pour son voyage. De nombreuses interviews sont ainsi insérées, tout comme des moments de flottement liés aux directives de la jeune fille envers ses intervenants. Ces instants de détente permettent à The Visit de bénéficier d’une touche humoristique qui évite les longueurs. Ils sont renforcés par le charisme de Tyler, interprété par Ed Oxenbould âgé de 14 ans. Le jeune acteur capte constamment l’attention, que ce soit en improvisant des textes de RAP, riches en inventivité, ou en étant pétrifié par les événements qu’il vit. Sa mine attachante, mais aussi délicieusement agaçante, confère une dimension purement affective. L’empathie est profonde pour ce gamin courageux, débordant de naïveté. Le procédé found-footage devient ainsi assez efficace et le résultat satisfait, notamment lors de la séquence de pardon accordé par la grand-mère. À partir de ce point précis, The Visit s’engage dans une voie totalement folle dont le niveau de démence atteint des sommets. Plusieurs scènes réussissent à instaurer une ambiance terrifiante, initiées par la folie des grands-parents, reposant systématiquement sur une idée brillante.

 

Le jeu de cache cache se transforme en véritable labyrinthe de la peur, à l’image du lavage de four qui représente une forme aiguë de danger. Comme le mentionne Tyler, Doris (Deanna Dunagan) se mue en véritable Michael Myers une fois la nuit tombée. L’hommage va plus loin lorsque la mamie apparaît revêtue intégralement d’une couverture renvoyant à Halloween. Le cinéma japonais est également ciblé avec la représentation de différentes postures fantomatiques adoptées par Doris, surgissant des recoins les plus sombres tel l’ombre de Sadako imaginé par Hideo Nakata dans The Ring. The Visit conjugue ainsi habilement une forme d’ironie douce, une multitude de motifs terrifiants et un climat de tension grandissant (les interviews sont parsemées de souvenirs douloureux). Shyamalan adopte un langage cinématographique rigoureusement plus sobre, avec des thématiques qui lui sont chères (enfance, lien familial, dangerosité surnaturelle), prouvant qu’il est l’un des conteurs fantastiques les plus habiles de sa génération. The Visit s’impose comme une œuvre horrifique totale. Espérons que la prochaine collaboration du cinéaste avec le producteur, déjà contractualisée, parviendra encore à le prouver avec réjouissance.

 

 

 

  • THE VISIT écrit et réalisé par M. Night Shyamalan, en salles depuis le 7 octobre 2015.
  • Avec : Kathryn Hahn, Ed Oxenbould, Benjamin Kanes, Erica Lynne Marszalek, Peter McRobbie, Olivia DeJonge, Deanna Dunaga, Celia Keenan-Bolger…
  • Production : Marc Bienstock, Jason Blum et M. Night Shyamalan
  • Photographie : Maryse Alberti
  • Montage : Luke Franco Ciarrocchi
  • Décors : Naaman Marshall
  • Costume : Amy Westcott
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 1h34


Commentaires

A la Une

Rebecca : premier aperçu du remake du classique d’Hitchcock

Le thriller dramatique Rebecca, premier film américain d’Alfred Hitchcock oscarisé en 1940 va bénéficier d’une nouvelle version, toujours adaptée du… Lire la suite >>

Teaser de The Comey Rule : Brendan Gleeson en Donald Trump pour la minisérie Showtime

Billy Ray consacre un portrait grinçant à la rivalité entre Donald Trump et l’ex-patron du FBI James Comey, licencié alors… Lire la suite >>

Alan Parker, le réalisateur de Midnight Express, Birdy et The Wall, nous a quittés

Le grand réalisateur britannique Alan Parker, connu pour ses grands succès critiques et publiques, est décédé à l’âge de 76… Lire la suite >>

Ratched : le prequel de Vol au-dessus d’un nid de coucou par Ryan Murphy se dévoile en photos

Sarah Paulson et Sharon Stone apparaissent dans les premiers clichés de la nouvelle production de Ryan Murphy pour Netflix, une… Lire la suite >>

Adieu les cons : Virginie Efira dans le teaser hilarant du nouvel Albert Dupontel

L’actrice apparaît dans le premier extrait du prochain film d’Albert Dupontel, Adieu les cons, dans lequel elle campe une quadragénaire… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SCOOBY ! 136 617 3 480 224
2 DIVORCE CLUB 128 698 2 371 367
3 TOUT SIMPLEMENT NOIR 114 515 3 522 204
4 ETE 85 76 791 2 270 181
5 ADORABLES 69 567 1 69 567
6 L'AVENTURE DES MARGUERITE 58 645 2 144 320
7 IP MAN 4 LE DERNIER COMBAT 58 408 1 58 408
8 MON NINJA ET MOI 51 963 2 110 277
9 MADRE 30 484 1 30 484
10 EN AVANT 25 365 21 881 832

Source: CBO Box office

Nos Podcasts