Ressortie/ Batman de Leslie H. Martinson: critique

Publié par Eric Delbecque le 24 mars 2016

Synopsis : Batman et Robin combattent le Joker, Catwoman, le Pingouin et le Sphinx, unis dans le vol d’une invention capable de déshydrater entièrement tout être vivant.

♥♥♥♥♥

 

Batman de Leslie H. Martinson - affiche

Batman de Leslie H. Martinson – affiche

Le Batman de Leslie H. Martinson de 1966 s’impose comme le nec plus ultra du kitsch et il est à redécouvrir en salles dans une belle version restaurée 4K pour fêter dignement son 50e anniversaire. En la matière, on ne saurait faire mieux. Bien entendu, il faut le regarder au énième degré ; il fait flotter dans l’air un parfum très particulier de joie d’enfance. Un certain nombre d’entre nous en font déjà sa madeleine de Proust car il nous replonge dans nos jeunes années et nous autorise à communiquer gentiment avec un monde perdu. L’ironie revendiquée de cet affrontement en toc entre Batman (Adam West), Robin (Burt Ward) et ses meilleurs ennemis (le Joker, le Pingouin, Catwoman et le Sphinx) réjouit notre sens de l’absurde ; il subvertit aimablement les standards de l’univers super-héroïque d’une façon assez étonnante pour l’époque. Car l’ensemble de la mise en scène, des décors et du comportement des personnages mêlent deux approches opposées dans leurs principes. On ne trouve pas simplement dans ce film, tiré de la série originelle, une simple apologie infantile des valeurs traditionnelles américaines des années 50 et 60. On y débusque aussi quelques produits plus toxiques. Bien sûr, le côté sombre du Chevalier Noir est totalement gommé pour en faire un personnage lisse, qui incarne à merveille la bonne société de l’Est américain. Gotham est une cité modèle et non un nid du crime, Bruce Wayne est un richissime playboy sans véritable conflit intérieur, et Batman ne suscite pas la méfiance des forces de l’ordre. Il pose même en héros de la police, laquelle coopère avec lui dans l’enthousiasme et en prenant quasiment ses ordres dans la batcave. La scène de la conférence de presse devient un must lorsque Batman et Robin déclarent être des représentants de la loi assermentés, dont la mission est d’appuyer la police. Le commissaire Gordon va même jusqu’à expliquer pourquoi il est absolument nécessaire que les deux compères portent un masque. Sans équivoque aucune, l’homme chauve-souris est un auxiliaire de l’ordre établi qui ne manque jamais de révérer ostensiblement le modèle WASP.

.

Batman - film 1966Batman - film 1966

Batman - film 1966Batman - film 1966

.

Le cadrage lui-même participe aux scènes professorales et moralisantes, qui nous immergent dans une salle de classe enseignant la bienséance, les bonnes mœurs et les principes cardinaux de la saine moralité protestante. Tout évoque le respect de l’Oncle Sam, la grandeur de l’Amérique et l’horreur sacrée des criminels. Notons au passage que les super-vilains sont désignés comme des « super-criminels » et que Catwoman (Lee Meriwether) qualifie le quatuor qu’elle forme avec le Joker (Cesar Romero), le Pingouin (Burgess Meredith) et le Sphinx (Frank Gorshin) « d’union sacrée de la pègre ». Pourtant, tout est un peu plus compliqué qu’il n’y paraît. L’ambiance psychédélique ne fait pas que promouvoir les règles esthétiques de la pop-culture et de l’esprit contestataire, naissant de cette période « bénie » des Trente Glorieuses. Derrière les couleurs criardes, la musique quasi expérimentale, les onomatopées en fluo et les costumes improbables, on surprend un second degré qui tourne franchement à la moquerie : les forces de l’ordre en premier lieu. Le commissaire Gordon et son adjoint ne brillent pas par leur intelligence. Les déductions de Bruce Wayne et de Dick Grayson sont faites pour pasticher Sherlock Holmes et tous les grands détectives de roman.

.

De son côté, la technologie tire systématiquement sur la farce, tant elle semble grotesque. Quant à certains décors, accessoires et interprétations, ils ne cessent d’étonner ; la scène du requin en plastique bourré d’explosifs mérite les honneurs de la série Z. On pourrait aussi évoquer le téléphone rouge qui relie par exemple la Bat-mobile à la police, ou encore le Bat-copter, les gadgets de la bande du Pingouin et le sous-marin à nageoires. On se rend compte rapidement que le tournage fut donc un pur défoulement pour l’ensemble des acteurs ; Cesar Romero (le Joker) et Burgess Meredith (le Pingouin) en tête. Et Lee Meriwether, beauté archétypale des années 60, donne un charme indescriptible à Catwoman. On a quand même hâte de voir finir les bagarres façon cours de gymnastique dans le dernier quart d’heure. Mais au final, ce retour dans les années insouciantes de l’Amérique d’après-guerre nous offre une super-farce héroïque et grinçante, un peu comme on goûte quelques instants agréables pour mieux sourire à l’enfant qui s’attarde en nous.

 .

.

  • Ressortie de BATMAN réalisé par Leslie H. Martinson en salles le 23 mars 2016 en version restaurée 4K.
  • Avec : Adam West, Burt Ward, Cesar Romero, Lee Meriwether, Burgess Meredith, Frank Gorshin, Alan Napier, Neil Hamilton, Stafford Repp, Reginald Denny…
  • Scénario : Lorenzo Semple Jr. d’après le comics Batman de Bob Kane, publié par DC Comics, et adapté de la série éponyme de 1966
  • Production : William Dozier
  • Photographie : Howard Schwartz
  • Montage : Harry W. Gerstad
  • Décors : Chester Bayhi, Walter M. Scott
  • Costumes : Pat Barto (non crédité)
  • Musique : Nelson Riddle
  • Distribution : Splendor Films
  • Durée : 1h45
  • Date de sortie initiale : 30 juillet 1966 (États-Unis) et 6 septembre 1967 (France)

.

Commentaires

A la Une

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Les 4 Fantastiques : le casting dévoilé et une date de sortie annoncée

Pedro Pascal, Vanessa Kirby, Joseph Quinn et Ebon Moss-Bachrach composeront la nouvelle équipe de super-héros de ce nouvel opus des 4 Fantastiques dans le MCU. 

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts