Cannes 2017/ Le Musée des Merveilles de Todd Haynes: critique

Publié par Antoine Gaudé le 19 mai 2017

Synopsis : L’histoire suit Ben et Rose, tous deux sourds, à différentes époques, l’un en 1927, l’autre en 1977. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

♥♥♥♥♥

 

Le Musee des Merveilles de Todd Haynes - affiche

Le Musée des Merveilles de Todd Haynes – affiche

En visionnant le dernier film de Todd Haynes, Le Musée des Merveilles (Wonderstruck), la crainte subsistait de voir le cinéaste se faire phagocyter par l’univers foisonnant du scénariste et adaptateur Brian Selznick dont Scorsese s’était inspiré pour Hugo Cabret. Le doute était donc permis, surtout lors d’une première partie, où Haynes se laisse aller à un montage parallèle, figure un brin datée, où deux interminables séquences quasi clipesques – l’une muette et en noir et blanc (les années 1920), l’autre dans un style plus chatoyant et habituel pour l’excellent chef opérateur Ed Lachman (les années 1970) – s’amusent de la répétition des gestes ainsi que des lieux visités par nos deux héros en fuite. Esthétiquement très beau, musicalement très enlevé, Wonderstruck, présenté en Compétition officielle au 70e Festival de Cannes, ressemble alors à une succession de clichés sans vie. Et puis la vie revient de manière plus magistrale lorsque le personnage de Julianne Moore entre en scène et apporte les réponses à la quête identitaire du jeune Ben. Alors que le film ne faisait que caresser ses thèmes (deuil, transmission, identité, langage), voire les préparer pour ce splendide final, Haynes réussit pour ainsi dire à reprendre la main. Il trouve dans le langage des signes une puissance émotionnelle dû à l’attente prolongée qu’implique une réponse écrite sur un bout de papier tant sur le plan dramatique que comique. Ou encore dans les miniatures, où l’on retrouve le côté artisanal qui faisait défaut à cette première partie et qui lui permet de déconstruire cette lisibilité de l’image et cette clarté du son qui ne font jamais bon ménage avec l’imaginaire enfantin, voire tout simplement avec la fiction. Un imaginaire qui puise alors ses sources dans l’animalité primitive (les loups), dans la littérature (le cabinet des curiosités) et dans les lieux (les musées, la ville de New York) dont la maquette géante vient cristalliser, de par ses multiples secrets dissimulés, la rencontre magique entre l’univers aventureux de Selznick et celui plus intime de Haynes.

.

.

  • Note de la rédaction cannoise 
  • Nathalie Dassa : ♥♥♥♥
  • Philippe Descottes : ♥♥♥♥

.

.

.

  • LE MUSÉE DES MERVEILLES (Wonderstruck)
  • Sortie salles : 15 novembre 2017
  • Réalisation : Todd Haynes
  • Avec : Oakes Fegley, Milicent Simmonds, Julianne Moore, Michelle Williams, Amy Hargreaves, Cory Michael Smith, Tom Noonan…
  • Scénario : Brian Selznick  d’après son oeuvre
  • Production : Christine Vachon, Pamela Koffler, John Sloss
  • Photographie : Edward Lachman
  • Montage : Alfonso Gonçalves
  • Décors : Mark Friedberg
  • Musique : Carter Burwell
  • Distribution : Metropolitan FilmExport
  • Durée : 1h57

.

Commentaires

A la Une

Stranger Things : un teaser et un premier spoiler pour la saison 4

La première bande-annonce de la prochaine saison de Stranger Things met fin à l’un des principaux suspenses de la saison… Lire la suite >>

O2 : Noomi Rapace au casting du thriller SF produit par Alexandre Aja

Dans ce film distribué par Wild Bunch, la star de Millenium interprétera une femme qui, à peine sortie de cryogénisation,… Lire la suite >>

Mourir peut attendre : découvrez le titre phare du film chanté par Billie Eilish

La chanson du générique de Mourir peut attendre, composée et interprétée par Billie Eilish est enfin disponible. Elle comptabilise déjà… Lire la suite >>

The French Dispatch : un premier trailer à la hauteur des attentes pour le nouveau Wes Anderson

La bande-annonce promet une œuvre dantesque portée par une galerie d’interprètes qui laisse rêveur ; Tilda Swinton, Frances Mc Dormand, Timotée Chalamet, Elisabeth… Lire la suite >>

César 2020 : Le fonctionnement de l’Académie remis en cause par 400 personnalités

Entre polémiques, opacité et membres nommés à vie, les dysfonctionnements de l’Académie des César ont abouti à la mobilisation du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LE VOYAGE DU DR DOLITTLE 416 180 1 416 180
2 BIRDS OF PREY (ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE DE HARLEY QUINN) 412 178 1 412 178
3 DUCOBU 3 399 199 1 399 199
4 1917 279 512 4 1 723 932
5 BAD BOYS FOR LIFE 239 166 3 1 300 197
6 THE GENTLEMEN 238 040 1 238 040
7 #JESUISLA 112 363 1 112 363
8 LE LION 107 201 2 360 293
9 JOJO RABBIT 91 534 2 223 588
10 SAMSAM 86 711 1 86 711

Source: CBO Box office

Nos Podcasts