La Momie d’Alex Kurtzman : critique

Publié par Camille Carlier le 12 juin 2017

Synopsis : Bien qu’elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d’un insondable désert, une princesse de l’ancienne Égypte, dont le destin lui a été injustement ravi, revient à la vie et va déverser sur notre monde des siècles de rancœurs accumulées et de terreur dépassant l’entendement humain. Des sables du Moyen Orient aux pavés de Londres en passant par les ténébreux labyrinthes d’antiques tombeaux dérobés, La Momie nous transporte dans un monde à la fois terrifiant et merveilleux, peuplé de monstres et de divinités, dépoussiérant au passage un mythe vieux comme le monde.

♥♥♥♥♥

 

La Momie - affiche

La Momie – affiche

La question de la mort et son après fascinent notre monde depuis la nuit des temps et fournit au cinéma une substance inépuisable. Elle peut prendre la forme d’une quête initiatique pour son héros, en proie à des questions ontologiques mais également voir les morts revenir à la vie pour devenir des revenants, ce motif phare dont naît parfois le monstre. Alex Kurtzman propose ici une réécriture du personnage de La Momie et de son identité à travers un film qui lance officiellement la franchise Dark Universe des studios Universal Pictures et verra d’autres « films de monstres » arriver dans les prochaines années, redonnant vie aux créatures qui ont fait l’âge d’or de la société de production. La Momie version 2017 s’ouvre sur une prière de résurrection, à l’instar de l’œuvre de Karl Freund datant de 1932 et qui commençait par les mots prononcés par Isis, pour ramener Osiris à la vie. Symbolique et ambiance solennelle nous imprègnent alors immédiatement. On regrette cependant que la première partie, contant l’histoire de ladite momie soit trop légère dans le traitement bien qu’efficace car elle nous place directement dans l’action et les enjeux d’un monstre dont on connaît les motivations. Un humain déchu et maudit dont le repos mortuaire ne peut qu’être troublé. Élément qui a son intérêt, la fameuse momie est ici une femme, Ahmanet (parfaite Sofia Boutella), jalouse de se voir ravir le trône par sa demi-sœur nouvellement née. Ahmanet est par la suite condamnée à être enterrée vivante pour avoir assassiné sa famille et réalisé un pacte avec le diable, en l’occurrence Seth, le dieu des ténèbres. Un peu expédiée dans l’introduction, la dimension que revêt la malédiction de cette momie est malheureusement – et tout du long – éclipsée par cette promesse d’une organisation anti-monstre pour une franchise à venir et la première créature n’est qu’un prétexte. 

.

La Momie

La Momie

.

Les décors sont superbes, quand bien même cette nouvelle version s’est affranchie de l’Egypte romantique à laquelle nous étions habitués et qui nous manque un peu, au profit d’un Londres sombre et brumeux qui rappelle les œuvres inspirées de l’univers de Bram Stoker. D’un désert irakien à une abbaye anglaise, Kurtzman réalise ici un film d’action qui dose aventure et suspense. Mais également l’horreur, qui ne tient pas tant dans la peur éprouvée que dans le malaise et l’incompréhension de personnages en proie au Léviathan démoniaque qu’ils ne savent comment vaincre. « Le passé ne reste jamais enfoui à jamais » tient alors lieu de maxime, énoncé à plusieurs reprises.

.

Dans ce cadre soigné évoluent des personnages trop archétypaux, dont les plus intéressants sont Nick Morton (Tom Cruise en grande forme) et Dr Jekyll (Russell Crowe), fasciné par la monstrueuse Ahmanet qui aura elle aussi sa vengeance dans cette vie ou dans l’autre. Tel le Nick Fury de l’univers Avengers, Jekyll est à la tête d’une organisation, le Prodigium, qui trouve, étudie et annihile les monstres. L’arrivée dans leurs locaux est d’ailleurs l’occasion de plusieurs clins d’œil, au film de Stephen Sommers sorti en 1999 et à l’univers Dark Universe. Un simple plan d’un crâne aux canines longues conservé dans du formol nous mène à constituer un puzzle mental attrayant, curieux de savoir jusqu’où ira le jeu de piste.

.

La Momie

La Momie

.

Tom Cruise apparaît comme un choix pertinent pour lancer cette nouvelle série de films. Il fallait au moins cela aux studios Universal, qui tentent de tout reconstruire, quitte à faire des films inégaux qui serviront un grand ensemble. Bien que nous soyons habitués à voir la star sauver le monde, son personnage se gorge d’une tentative de substance particulière car désappointé. De tête brûlée amorale, il se meut en victime sans recours dont l’humanité est questionnée tout du long, contraint de se libérer d’une malédiction et de faire face aux responsabilités qui l’accompagnent. Dans une veine qui rappelle Allan Quatermain ou Indiana Jones, Nick Morton ne parvient pourtant pas à nous faire oublier Rick O’Connell, le héros du film de Sommers. Sofia Boutella, quant à elle, forte de sa formation de danseuse, est parfaite dans sa gestuelle, sublimée par les costumes de Penny Rose, qui a officié pour Pirates des Caraïbes entre autres. Mention spéciale aux effets spéciaux de très bonne facture qui participent à l’ambiance crépusculaire, tout comme les cascades, pour lesquelles Cruise a donné de sa personne.

.

La Momie est un film d’aventure agréable qui nous tire quelques sursauts mais dont on ne sort pas réellement marqué. À trop souhaiter mixer les genres, les studios Universal s’éparpillent. Un peu léger en tant que film unitaire, il pose cependant les premiers arcs narratifs des prochains projets estampillés Dark Universe dont La Fiancée de Frankenstein devrait être le suivant.

.

.

.

LA MOMIE (The Mummy) réalisé par Alex Kurtzman en salles le 14 juin 2017
Avec : Tom Cruise, Annabelle Wallis, Russell Crowe, Sofia Boutella, Jake Johnson, Courtney B. Vance, Marwan Kenzari, Stephen Thompson…
Scénario : David Koepp, Dylan Kussman, Christopher McQuarrie
Production : Alex Kurtzman, Crhis Morgan, Sean Daniel
Photographie : Ben Seresin
Montage : Gina Hirsch, Paul Hirsch, Andrew Mondshein
Décors : Jon Hutman, Dominic Watkins
Costumes : Penny Rose
Musique : Brian Tyler
Distribution : Universal Pictures
Durée : 1h47

 .

Commentaires

A la Une

If It Bleeds : Darren Aronofsky, Ben Stiller et Blumhouse acquièrent trois nouvelles du recueil de Stephen King

If It Bleeds, le recueil de nouvelles horrifiques de l’auteur dont les adaptations sont les plus prolifiques au monde intéresse… Lire la suite >>

Incroyable mais vrai : Quentin Dupieux prépare son nouveau film

Après Mandibules qui sortira prochainement, Quentin Dupieux retrouve Alain Chabat et Anaïs Demoustier pour une nouvelle comédie invraisemblable, Incroyable mais… Lire la suite >>

The Boys : l’équipe de bras cassés est de retour dans le trailer de la saison 2

Humour noir, hémoglobine, têtes tranchées et traque sans merci rythment le premier trailer de la deuxième saison de The Boys,… Lire la suite >>

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts