Séduis-moi si tu peux ! de Jonathan Levine : critique

Publié par Erica Farges le 15 mai 2019

Synopsis : Fred, un journaliste au chômage, a été embauché pour écrire les discours de campagne de Charlotte Field, en course pour devenir la prochaine présidente des Etats-Unis et qui n’est autre… que son ancienne baby-sitter ! Avec son allure débraillée, son humour et son franc-parler, Fred fait tâche dans l’entourage ultra codifié de Charlotte. Tout les sépare et pourtant leur complicité est évidente. Mais une femme promise à un si grand avenir peut-elle se laisser séduire par un homme maladroit et touchant ?

♥♥♥♥♥

 

Seduis-moi si tu peux - affiche

Séduis-moi si tu peux – affiche

Si Jonathan Levine a débuté sa carrière de réalisateur avec le slasher movie All The Boys Love Mandy Lane qui a révélé Amber Heard, il se dirige ensuite vers la comédie qu’il revisite souvent en l’associant à d’autres registres. Encore plus osé, son septième long-métrage est une sorte de Pretty Woman un peu politisé où Charlize Theron est Richard Gere et Seth Rogen Julia Roberts, ou plutôt, comme le dit Fred (Seth Rogen) à Charlotte (Charlize Theron) : « Je suis Marilyn et tu es JFK ! ». Comédie romantique sur fond de manigances à la Maison-Blanche portée par l’alchimie surprenante du duo Theron-Rogen, Séduis-moi si tu peux ! reprend les codes du genre afin de les inverser. Ayant déjà tourné dans deux autres films de Levine (50/50, The Night Before) et d’emblée associé à ses personnages comiques, la présence de Seth Rogen n’est pas du tout déroutante. En revanche, le choix de Charlize Theron pour incarner l’héroïne semble plus audacieux et étonnant. Effectivement, malgré quelques performances dans des comédies discrètement sorties ces dernières années (Albert à l’Ouest, Gringo), l’actrice-caméléon oscarisée pour son interprétation inoubliable dans Monster reste plutôt connue pour ses rôles dramatiques et d’action. La romance anticonformiste truffée de références à la pop culture, dont certaines relatives à la stoner comedy de laquelle Seth Rogen est un habitué, servant de prétexte pour dénoncer une politique internationale qui est devenue une parodie d’elle-même en sur-médiatisant ses représentants fonctionne assez bien. D’ailleurs, on se réjouit de retrouver Saul Goodman (Bob Odenkirk), l’avocat complètement loufoque de Breaking Bad, en acteur élu Président des États-Unis grâce à son interprétation de cette fonction dans une série à succès.

 

Seduis-moi si tu peux

Séduis-moi si tu peux!

 

Incarnation de la peopolisation des personnalités politiques qui, avec leur théâtralité, détournent la population des décisions importantes, il passe plus de temps à revoir en boucle les anciens épisodes où il a joué et à planifier sa reconversion au cinéma qu’à diriger le pays, cédant machinalement à la moindre volonté des grands magnats. Bien que très inventif quant à l’élaboration de ses personnages et lorsqu’il s’agit d’utiliser des références, Séduis-moi si tu peux !, en voulant s’affranchir des normes du divertissement hollywoodien en termes de scénario, finit par être pénalisé à cause de son script parfois un peu incohérent et bancal. C’est pourquoi il marche moins bien et se place en-deçà des meilleures réalisations de Jonathan Levine parmi lesquelles Warm Bodies et Wackness. En dépit de cela, on salue l’audace qu’a eu le réalisateur en incluant une réflexion sur un sujet complexe au sein d’une comédie destinée au grand public et on reconnaît que la représentation parodique de la sphère politique actuelle montrée ici se révèle être élaborée ingénieusement. Ainsi, l’originalité dont fait preuve le cinéaste pour mettre en scène une histoire d’amour improbable se déroulant dans des hautes sphères étatiques quasiment transformées en plateau de télé-réalité prend le dessus sur les quelques faiblesses scénaristiques, offrant aux spectateurs une satire à la fois drôle, gentiment cynique et rafraîchissante.

 

 

 

  • SÉDUIS-MOI SI TU PEUX ! (Long Shot)
  • Sortie salles : 15 mai 2019
  • Réalisation : Jonathan Levine
  • Avec : Charlize Theron, Seth Rogen, O’Shea Jackson Jr., Andy Serkis, June Diane Raphael, Bob Odenkirk, Alexander Skarsgard, Ravi Patel, Lisa Kudrow, Randall Park, Wanya Morris, Shawn Stockman, Aviva Mongillo, Braxton Herda
  • Scénario : Liz Hannah et Dan Sterling
  • Production : Charlize Theron, A.J. Dix, Beth Kono, Seth Rogen, Evan Goldberg, James Weaver
  • Photographie : Yves Bélanger
  • Montage : Melissa Bretherton et Evan Henke
  • Décors : Kalina Ivanov
  • Costumes : Mary E. Vogt
  • Musique : Marco Beltrami et Miles Hankins
  • Distribution : SND
  • Durée : 2h05

 

Commentaires

A la Une

Un premier trailer pour Terminator Dark Fate 

Paramount Pictures a mis en ligne le premier trailer de Terminator Dark Fate, sixième opus de la saga, réalisé par… Lire la suite >>

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh au casting de Tenet de Christopher Nolan 

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh rejoignent le casting de Tenet, nouveau film de Christopher Nolan.       Aaron Taylor-Johnson… Lire la suite >>

[vidéo] À la rencontre de Charlotte Blum pour The Art of Television saison 2

OCS poursuit son exploration des coulisses des séries américaines avec la deuxième saison de The Art of Television réalisée par… Lire la suite >>

De fausses affiches et une lettre aux fans pour Once Upon A Time In Hollywood

Alors que Once Upon A Time In Hollywood sera présenté cette semaine à Cannes, Quentin Tarantino écrit une lettre à ses fans… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Un Jour de pluie à New York de Woody Allen

Le cinquantième film de Woody Allen, Un Jour de pluie à New York, se dévoile enfin dans une première bande-annonce… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 NOUS FINIRONS ENSEMBLE 357 301 3 2 307 854
2 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 352 168 2 1 088 742
3 AVENGERS : ENDGAME 338 792 4 6 339 797
4 DOULEUR ET GLOIRE 237 771 1 237 771
5 THE DEAD DON'T DIE 186 806 1 186 806
6 LES CREVETTES PAILLETEES 142 779 2 396 188
7 SEDUIS-MOI SI TU PEUX ! 122 000 1 122 000
8 COLD BLOOD LEGACY : LA MEMOIRE DU SANG 77 596 1 77 596
9 HELLBOY 58 010 2 210 693
10 LA MALEDICTION DE LA DAME BLANCHE 43 421 5 779 786

Source: CBO Box office

Nos Podcasts