Ressortie / Total Recall de Paul Verhoeven : critique

Publié par Jacques Demange le 16 septembre 2020

Synopsis : La planète Terre, 2048. Hanté par un cauchemar qui l’entraîne chaque nuit sur Mars, Doug Quaid s’adresse à un laboratoire, Rekall, qui lui offre de matérialiser son rêve grâce à un puissant hallucinogène. Mais l’expérience dérape : la drogue réveille en lui le souvenir d’un séjour bien réel sur Mars, à l’époque où il était l’agent le plus redouté du despote Cohaagen. Des tueurs désormais à ses trousses, Quaid décide de repartir sur la planète rouge où l’attendent d’autres souvenirs et bien d’autres dangers…

♥♥♥♥♥

 

Total Recall - affiche version restauree 4K

Total Recall – affiche version restauree 4K

Second film hollywoodien réalisé par Paul Verhoeven, Total Recall (1990) affirme son rôle de transition entre le grand spectacle futuriste de RoboCop (1987) et le thriller érotique orchestré par Basic Instinct (1992). Adapté d’une nouvelle de Philip K. Dick, le scénario cosigné par Ronald Shusett, Dan O’Bannon et Gary Oldman, respecte le goût du romancier pour les structures nivelées et les basculements identitaires. De fait, le dédoublement du personnage principal interprété par Arnold Schwarzenegger (alors au sommet de sa notoriété) ouvre le récit à une exploration aussi physique que mentale. Le trouble de la personnalité s’associe en effet aux paysages arides de la planète rouge et la plasticité difforme de ses habitants. Verhoeven retrouve ici l’une des principales qualités de son style, consistant à inscrire le tissu de son drame dans la chair de ses interprètes. Le corps musculeux de sa vedette masculine se déchire ainsi dès l’ouverture du film. Son visage littéralement écartelé par la douleur métaphorise le poids d’un destin troué dont il s’agira de retracer le fil. Cette entreprise aux accents mythographiques se développe à travers un rythme soutenu associant la vivacité des scènes d’action à l’impact visuel procuré par la signification du détail. Le gros plan ou l’insert marque la sidération du regard qui traverse un univers oscillant entre le grotesque des toiles de Jérôme Bosch et la fantaisie cartoonesque de Tex Avery.

 

 

Ce merveilleux macabre procure à Total Recall une atmosphère duelle, sans cesse tendue entre la légèreté apparente du film de genre et son indéniable gravité sous-jacente. À l’instar de RoboCop (et plus tard de Starship Troopers), Verhoeven semble agir à la manière du contrebandier cher à Martin Scorsese. Tempérament européen oblige ? Toujours est-il que le cinéaste hollandais distille un discours aux nombreuses ramifications critiques, entre inégalités sociales et pouvoir abusif d’un monde politique gangréné par la cupidité. Ce discours qui ne se voile qu’en partie a en outre l’intelligence de se déployer à l’intérieur d’une mise en scène aussi efficace qu’ingénieuse. S’adaptant parfaitement au climat hollywoodien, Verhoeven choisit de condenser son espace pour mieux le maîtriser. Chaque lieu, chaque territoire, se définit d’abord par ses limites. Les intérieurs du film correspondent à des cases ou des scènes uniques dont le cinéaste prend plaisir à exploiter les potentialités dramatiques.

 

 

La possibilité offerte par Carlotta de redécouvrir Total Recall sur grand écran, et en version 4K, amplifie ce sentiment de claustration grandiose. Les différents effets numériques employés par le film affirment alors la fonction réversible propre à leur nature d’artefacts. L’enveloppe charnelle s’évanouit au profit d’une danse macabre de synthèse, tandis que les traits du visage s’écrasent, se dilatent, puis se reforment comme pour attester de la plasticité de figures soumises à l’évanescence de l’apparence. Le spectacle en vaut la chandelle et confirme la cohérence de la filmographie américaine de Verhoeven. Façon comme une autre d’insister sur la nécessité de redécouvrir la totalité de son œuvre.   

 

 

 

  • TOTAL RECALL
  • Ressortie salles : 16 septembre 2020
  • Version restaurée 4K
  • Réalisateur : Paul Verhoeven
  • Avec : Arnold Schwarzenegger, Rachel Ticotin, Sharon Stone, Michael Ironside et Ronnie Cox…
  • Scénario : Ronald Shusett, Dan O’Bannon et Gary Oldman, d’après la nouvelle Souvenirs à vendre de Philip K. Dick
  • Producteurs : Buzz Feitshans et Ronald Shusett
  • Photographie : Jost Vacano
  • Montage : Carlos Puente et Frank J. Urioste
  • Décors : William Sandell
  • Costumes : Erica Edell Phillips
  • Musique : Jerry Goldsmith
  • Distribution ressortie : Carlotta Films
  • Durée : 1h43
  • Sortie initiale : 1er juin 1990 (États-Unis) – 17 octobre 1990 (France)

 

Commentaires

A la Une

Poker Face : Ellen Barkin rejoint la première série de Rian Johnson

Le réalisateur Rian Johnson présentera prochainement une série policière d’anthologie dont le casting continue de s’agrandir avec la présence d’Ellen… Lire la suite >>

El Conde : Pablo Larrain à la réalisation d’une comédie vampirique pour Netflix

Le réalisateur chilien Pablo Larrain s’associe à Netflix pour la production d’une comédie où le dictateur Augusto Pinochet est un… Lire la suite >>

Enzo le croco : Première bande-annonce pour la comédie musicale avec Javier Bardem

L’adaptation du livre pour enfants Lyle, Lyle, Crocodile, réalisé par le duo comique Will Speck et Josh Gordon, dévoile ses… Lire la suite >>

La comédie musicale Retour vers le futur à Broadway en 2023

Broadway va accueillir la comédie musicale adaptée de la trilogie culte de Robert Zemeckis, Retour vers le futur, l’année prochaine…. Lire la suite >>

À l’Est d’Eden : Florence Pugh dans la prochaine série Netflix écrite par Zoe Kazan

Le géant du streaming Netflix a annoncé la mise en chantier d’une série adaptée de l’œuvre de John Steinbeck, À… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 627 968 2 1 927 033
2 TOP GUN : MAVERICK 471 870 4 3 806 879
3 INCROYABLE MAIS VRAI 133 330 1 133 330
4 CHAMPAGNE ! 68 518 2 188 682
5 DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS 64 865 7 3 117 096
6 FRATE 36 400 1 36 400
7 C'EST MAGNIFIQUE ! 25 220 3 149 950
8 COMPETITION OFFICIELLE 24 421 3 116 936
9 MEN 22 829 2 60 250
10 LES BAD GUYS 19 517 11 1 069 641

Source: CBO Box office

Nos Podcasts