A travers une galerie d’instants volés, passés ou présents, le film raconte l’histoire d’un amour que l’on pensait avoir trouvé, et qui pourtant s’échappe… Dean et Cindy se remémorent les bons moments de leur histoire et se donnent encore une chance, le temps d’une nuit, pour sauver leur mariage vacillant.

 

♥♥♥♥

 

Sélectionné à Cannes en 2010 dans la section Un Certain Regard et à Sundance, Blue Valentine est une magnifique pépite du cinéma indépendant, porté par la performance du couple Michelle Williams (nominée aux Oscars et aux Golden Globes) et Ryan Gosling (nominé aux Golden Globes) en parfaite harmonie. Le cinéaste américain Derek Cianfrance – qui a essentiellement fait ses gammes dans l’univers du documentaire – écrit et réalise ici son second long-métrage de fiction depuis Brother Tied en 1998. C’est après une gestation de plus de dix ans, avec 57 versions du scénario, que Blue Valentine prend corps à l’écran au travers du thème universel vieux comme le monde, la sphère intimiste d’un mariage en déclin. Filmé caméra à l’épaule dans un style visuel documentaire, Cianfrance se sépare avec intelligence de tous les clichés de cette thématique surexploitée dans le septième art. Ainsi il reconstruit le puzzle de la vie intime de Cindy et de Dean dans des flashbacks retraçant les étapes de leur rencontre, dans un désordre chronologique bien agencé, rattachés à 24 heures dans le présent. Dans ce patchwork bouleversant entre premières lueurs, passion et désamour, le spectateur est plongé dans l’atmosphère intimiste de ce jeune couple qui tente en vain de retrouver une existence ensemble, après six ans de vie commune. Comme des clichés instantanés, le cinéaste joue avec le temps passé et présent et parvient à capter, via des gros plans, chaque parcelle d’émotions et de sentiments de ces deux personnages dont la relation s’effeuille au quotidien. Cianfrance maîtrise un style esthétique, dans lequel les failles du couple renvoient à leurs souvenirs où se mêlent instants charnels, joies et blessures. Dès les premières scènes d’exposition, le cinéaste marque les différences via des petits détails physiques, des attitudes ou des silences qui font de leur éloignement minime, une profonde fissure. Il filme son couple avec beaucoup d’authenticité et de réalisme, parsemé de moments d’improvisation, à la manière d’un John Cassavetes moins jusqu’au-boutiste, qui rendent ces deux personnages d’autant plus empathiques et attachants, au rythme de la bande son pop folk de Grizzly Bear.

 

 

Dean et Cindy vivent ensemble depuis plusieurs années. Ils ont une fille âgée de six ans, Frankie (premier rôle à l’écran de Faith Wladyka). Tous deux font face à l’inévitable étape de chaque couple et Dean en prend conscience. Cet ouvrier aux multiples talents potentiels, compréhensif et bourré d’humour mais sans ambition, paresseux et trop penché sur la picole, a laissé le temps filer en remplissant son rôle de bon mari et de bon père. Profondément amoureux de sa femme, il a conscience que son mariage bat de l’aile et décide de louer une chambre d’hôtel, afin de renouer les liens qui l’ont unis à elle un beau jour, le temps de quelques heures. Cindy est devenue médecin. Trop contenue, silencieuse et amère d’avoir été piégée à la fois par ses propres blessures intimes (dont un avortement raté) et par le fait de le voir gaspiller ses qualités, elle semble avoir définitivement perdu cette flamme depuis longtemps. Ryan Gosling (Half Nelson, La faille) accompagné de son ukulélé avec lequel il interprète de manière improvisée ses propres chansons et la poignante Michelle Williams (Brokeback Mountain, Shutter Island et prochainement dans My week with Marilyn) – tous deux également coproducteurs – incarnent avec spontanéité, humour, charme, bonheur, frustration et désarroi, toute la dynamique d’un couple au bord du précipice, incapable de grandir ensemble. A l’instar de l’excellent et bouleversant Les Noces Rebelles de Sam Mendes, Cianfrance se nourrit à l’écran de l’intimité de ces deux amants et livre un drame romantique contemporain captivant.

 

 

‘Blue Valentine’ de Derek Cianfrance en salles le 15 juin, avec Michelle Williams et Ryan Gosling. Scénario : Derek Cianfrance, Joey Curtis, Cami Delavigne. Production : Jamie Patricof, Lynette Howell, Alex Orlovsky. Ventes internationales : The Weintein Company. Distribution : Films sans Frontières. Avec le soutien du CNC. Durée : 1h54.
.
.

 

 

Articles sur le même thème

  1. Rabbit Hole : parcours poignant vers la résilience (critique)
  2. Taking Off : planant et jubilatoire
  3. Kaboom : explosif !
  4. 127 heures : véritable plaidoyer pour la vie
  5. True Grit : les frères Coen ou l’art de se réapproprier le western

 

Commentaires

A la Une

Wild West : le nouveau vivier français du cinéma de genre

Cette nouvelle société de production, installée dans le sud-ouest de la France, va se consacrer entièrement aux films et séries… Lire la suite >>

Ned Beatty, acteur dans Délivrance, Network et Superman, nous a quittés

Disparu le 13 juin 2021 à l’âge de 83 ans, c’est en tant que second rôle que Ned Beatty se… Lire la suite >>

Toxic Avenger : Kevin Bacon incarnera le méchant dans le remake

L’acteur américain a rejoint le casting du prochain remake de Toxic Avenger, basé sur le film culte de Troma Entertainment, avec en… Lire la suite >>

Un remake de Christine en préparation par le créateur d’Hannibal

Produite par Sony et Blumhouse, la nouvelle adaptation de Christine, l’une des œuvres majeures de Stephen King, va être réalisée… Lire la suite >>

Carey Mulligan et Zoe Kazan dans la peau des journalistes qui ont fait tomber Harvey Weinstein

Le long métrage de Maria Schrader, réalisatrice de Unorthodox, va retracer l’enquête des deux journalistes du New York Times qui a… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 665 476 1 665 476
2 NOMADLAND 125 027 1 125 027
3 LE DISCOURS 121 740 1 121 740
4 THE FATHER 93 583 3 385 143
5 ADIEU LES CONS 88 201 34 1 683 963
6 DEMON SLAYER - KIMETSU NO YAIBA - LE FILM :... 49 311 4 659 599
7 TOM & JERRY 42 542 4 461 621
8 NOBODY 41 594 2 122 034
9 LES BOUCHETROUS 41 435 3 189 754
10 CHACUN CHEZ SOI 40 025 2 129 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts