Charlie est un adolescent complexé et réservé qui a traversé bien des épreuves. Dès son premier jour au lycée, sa sensibilité et ses goûts sont en décalage avec ceux de ses camarades de classe. Pourtant, la chance pourrait bientôt tourner : son professeur de lettres trouve en lui un talent d’écrivain et deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. Grâce à eux, Charlie va découvrir la musique, les fêtes, le sexe… Un nouveau monde s’offre à lui.

 

♥♥♥♥♥

 

Un livre culte sur l’adolescence devenu un projet emmené par les producteurs de Juno, cela promet n’est-ce pas. Et la promesse du Monde de Charlie est globalement tenue par l’écrivain et scénariste Stephen Chbosky (prononcer Shaboski) qui adapte ici son roman à succès intitulé Pas raccord (The Perks of Being a Wallflower). Le début laisse craindre une vague de bassesses et de misérabilisme, et pour cause. Charlie, ce garçon à part qui a perdu son meilleur ami, doit subir les moqueries dès le jour de sa rentrée au lycée. L’adolescent, via l’écriture, s’adresse en plus à un ami imaginaire. Heureusement, l’auteur-réalisateur filme non seulement un esprit, mais aussi un corps qui va peu à peu s’émanciper. De longs champs contre-champs séparant Charlie de ses camarades moqueurs laissent bientôt place à plus de plans fixes et à un cadre plus serré pour souligner toute l’intimité qui va naître entre l’élève de seconde et ses deux nouveaux compagnons, Sam et Patrick. Charlie ne sort pas de sa bulle, il va s’en créer une plus ouverte. En dehors d’une double scène au symbolisme lourd (l’entrée dans un tunnel avec les vitres ouvertes et la musique à fond pour se sentir vivant), là se trouve le joli paradoxe du monde de Charlie cité dans le titre français : il ne s’agrandit pas mais devient plus respirable. La mise en scène tient donc la route sans être inventive, évitant l’hystérie dans les quelques scènes de drogue ou la machine à verser des larmes lors des révélations douloureuses. Surtout, Stephen Chbosky sait rendre attachants ses personnages. Sam (parfaite Emma Watson) rappelle d’ailleurs un peu le rôle ‘porte-bonheur’ de Natalie Portman dans Garden State auquel on pense parfois (détail plus insolite : l’actrice se nomme aussi Sam dans le film de Zach Braff).

 

©Summit Entertainment

 

Ce sentiment de déjà-vu constitue justement à la fois l’adresse et les limites du premier long-métrage de Chbosky. Malgré lui puisqu’il s’agit au départ d’un roman, sa recette semble présenter les mêmes ingrédients que ces independent movies prompt à séduire autant les critiques du festival de Sundance que les adolescents/jeunes adultes d’hier et d’aujourd’hui. Les sons pop-rock générationnels (Asleep des Smiths, Come on Eilleen des Midnight Runners…) et la référence au Rocky Horror Picture Show de Jim Sharman sorti en 1975 tendent à ravir les trentenaires et les quadras. Les présences de prodiges précoces venus du cinéma d’auteur (Ezra Miller de We need to talk about Kevin, drôle et touchant en Patrick) ou des blockbusters (Logan Lerman dans Percy Jackson et Emma Watson dans Harry Potter) visent pour leur part à attirer les moins de 25 ans. Quant au charmant Paul Rudd, dans les habits un rien archétypaux du brave professeur de lettres qui aide l’ado complexé mais talentueux, il est là pour assurer le capital sympathie auprès des fans de Friends et des comédies de Judd Apatow. Il se présente qui plus est tel un double parfait de Logan Lerman/Charlie. Même passion pour la littérature, même retenue dans le sourire, même cheveux bruns et yeux bleus, il reflète par son physique et sa personnalité ce que pourrait devenir son élève dans le futur.

 

©Summit Entertainment

 

Rien de plus logique cela dit : Le monde de Charlie répond à l’image de Mr Mudd Productions, structure qui a l’habitude de financer des Ghost World et autres Jeff who lives at home. Soit des films centrés sur la jeunesse, la marginalité et l’amitié avec un minimum de têtes d’affiches. A défaut d’épater, l’œuvre de Stephen Chbosky pourra au final être appréciée avec ses imperfections. Elle doit beaucoup à ses interprètes, en particulier Logan Lerman. Les épaules rentrées, la démarche hésitante, le regard fuyard, ce dernier incarne les tourments du héros éponyme avec une incroyable justesse. Intense et subtile, le comédien de 20 ans finit même par bouleverser dans les séquences les plus difficiles. Il s’impose comme le cœur énorme de cette troupe de ‘‘cinglés’’ que beaucoup voudront adopter.

 

Hélène Sécher

 

 

 

LE MONDE DE CHARLIE (The Perks of Being a Wallflower) de Stephen Chbosky en salles le 2 janvier 2013 avec Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller, Paul Rudd, Kate Walsh, Dylan McDermott, Mae Whitman, Mélanie Lynskey. Scénario : Stephen Chbosky, d’après son propre livre. Producteurs : Lianne Halfon, Russell Smith, John Malkovich. Producteurs exécutifs : James Powers, Stephen Chbosky. Image : Andrew Dunn. Musique : Michael Brook. Décors : Inbal Weinberg. Montage : Mary Jo Markey. Costumes : David C. Robinson. Distribution : SND. Durée : 1h43.

.

Commentaires

A la Une

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

J.K. Rowling lance « Harry Potter at Home », une plateforme pour occuper les enfants

La célèbre autrice britannique propose aux parents un site éducatif centré sur l’univers de Poudlard et ses sorciers, pour apprendre… Lire la suite >>

Le remake de Candyman écrit par Jordan Peele sortira à l’automne 2020

Le retour du terrible Candyman sur grand écran devra attendre septembre prochain.       Il va falloir patienter pour… Lire la suite >>

Call Me By Your Name : le réalisateur confirme la suite avec le casting du premier film au complet

La pépite aux allures de dolce vita oscarisée pour son scénario en 2018, va bien connaître une suite sur grand… Lire la suite >>

Hollywood : premières images de la minisérie Netflix de Ryan Murphy

La nouvelle série progressiste du créateur de Glee et American Horror Story sera consacrée à un groupe de talents dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts