La vie réserve parfois quelques surprises… Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents. Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme. Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives.

 

♥♥♥♥

 

Happiness Therapy Silver Linings Playbook afficheDeux ans après l’excellent Fighter, le cinéaste David O. Russell revient avec une comédie dramatique romantique, pétillante et ardente, dans l’air du temps. Véritable feel-good movie de ce début d’année 2013, Silver Linings Playbook (titré en France par Happiness Therapy) est l’un des films plébiscités par Hollywood et les critiques américaines. Il a été récompensé au dernier festival de Toronto, a récemment raflé 8 citations aux Oscars dans les catégories principales (film, réalisateur, scénario, acteur et actrice) et a valu à Jennifer Lawrence de décrocher plusieurs prix dont le Golden Globe de la meilleure actrice. A cela rien d’étonnant. En signant un scénario rafraîchissant et plein d’effervescence, adapté du roman éponyme de Matthew Quick, le cinéaste parvient non seulement à détourner les codes du genre mais également les attentes du spectateur. Sa caméra tournoie autour de personnages excentriques et à fleur de peau, captant leur état d’urgence sur les chemins sinueux de leur reconstruction personnelle. Si le récit aborde les troubles psychologiques entre bipolarité et dépression, l’adultère, l’obsession du football américain et la danse en compétition, David O. Russell évite intelligemment de sombrer dans l’écueil de la facilité, du cliché et de la mièvrerie. Il trouve le ton approprié pour frayer la trajectoire de ces deux écorchés vifs, en conflit avec eux-mêmes, qui font sauter les verrous de la retenue et des conventions tout en tentant de panser les blessures internes de leur vie. Bradley Cooper incarne Pat, qui doit retourner vivre avec ses parents suite à un séjour en institut psychiatrique où il a été diagnostiqué bipolaire après une réaction violente et excessive en surprenant sa femme et son amant, tous deux en pleine action sous la douche. Il a perdu son travail et sa maison et se voit soumis à une injonction d’éloignement par son ex-femme. Jennifer Lawrence se glisse, quant à elle, dans la peau de Tiffany, dont le décès de son mari la fait sombrer dans une dépression, à laquelle elle tente d’échapper en multipliant les aventures masculines pour combler l’absence.

 

JENNIFER LAWRENCE and BRADLEY COOPER star in SILVER LININGS PLAYBOOK

 

Dans ce contexte noir, obsessionnel et angoissé, David O. Russell injecte avec talent de la légèreté et de la tendresse tout en conservant une intensité dramatique palpable. Happiness Therapy garde constamment cet optimisme décalé à l’écran qui parvient à remporter l’adhésion du public. Le cinéaste n’octroie aucune censure interne à ses personnages, focalisés sur eux-mêmes tout en s’ouvrant à l’autre. Ils sont authentiques, sincères, farfelus, maladroits et abrupts se lançant tous dans un franc-parler désopilant. C’est la force et l’originalité de ce film, dont les  fondements tiennent davantage dans la caractérisation de ses protagonistes que dans le genre dans lequel il est assimilé. Ainsi Bradley Cooper, cité à l’Oscar du meilleur acteur, dévoile un potentiel dramatique intéressant au travers de son personnage, exalté et prompt au bonheur. S’il est dans l’illusion et le déni, déterminé à récupérer son ex-femme, il ne rechigne pas à mettre tout en œuvre pour se rétablir et participer à des séances régulières et cocasses avec son psychiatre (Anupam Kher). Sa confrontation avec le rôle déprimé, incarné par Jennifer Lawrence citée aussi à l’Oscar, lors d’un dîner organisé par un couple d’amis (John Ortiz et Julia Stiles) et dont le mariage est en baisse de régime, en devient un bel élément déclencheur détonant, décalé, maladroit et drôle. La jeune actrice, ici à la fois forte, stratégique, vulnérable et bouleversante, démontre une fois de plus qu’elle est l’une des meilleures comédiennes de sa génération.

 

Silver Linings Playbook Happiness Therapy

 

Mais Happiness Therapy prend encore plus de puissance grâce à la présence de Robert de Niro, Jacki Weaver et Chris Tucker, qui confèrent par leur jeu, à la fois une tonalité convaincante et réjouissante. De Niro, également cité à l’Oscar en tant que meilleur acteur dans un second rôle, compose sans doute l’une de ses meilleures performances de cette dernière décennie dans une comédie dramatique. Il est proprement hilarant dans le rôle du père de Bradley Cooper, superstitieux et accro aux matchs de football américain pour lesquels il a développé un véritable TOC. De son côté, Jacki Weaver, vue dans le puissant Animal Kingdom, est ici savoureuse dans sa prestation d’épouse et de mère dévouée et compréhensive, qui prend des risques à faire sortir son fils prématurément de la clinique psychiatrique. La scène de diatribe de Bradley Cooper sur L’Adieu aux armes d’Ernest Hemingway dans la chambre de ses parents à 4h du matin est tout simplement grandiose et symbolique sur sa condition existentielle. Quant à Chris Tucker, dont l’apparition marque son retour à l’écran depuis Rush Hour 3 en 2007, il s’en sort plutôt bien en ami solidaire de Pat qui parvient à s’enfuir de l’institution psychiatrique pour quelques visites sympathiques. Happiness Therapy, rythmé par une bande son de Danny Elfman et certains titres de Bob Dylan, Jack White et de Stevie Wonder, déroule certes une issue un peu trop solennelle, mais le chemin parcouru entre ces deux êtres pour y parvenir reste si agréable et si inspiré qu’on tombe forcément sous le charme…

 

 

 

HAPPINESS THERAPY (Silver Linings Playbook) écrit et réalisé par David O. Russell en salles le 30 janvier 2013 avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert de Niro, Jacki Weaver et Chris Tucker. Producteurs : Donna Gigliotti, Bruce Cohen, Jonathan Gordon. Photographie : Masanobu Takayanagi. Montage : Jay Cassidy. Costumes : Mark Bridges. Décors : Judy Becker. Compositeur : Danny Elfman. Distribution : StudioCanal. Durée : 1h40.

.

Commentaires

A la Une

Edgar Wright planche sur l’adaptation d’un roman de science-fiction

Pour son prochain film, le cinéaste et scénariste britannique abordera le genre de la science-fiction en adaptant le roman Set… Lire la suite >>

L’American Film Institute crée son Movie Club ; Steven Spielberg ouvre avec le Magicien d’Oz

L’organisation culturelle à but non lucratif AFI lance le Movie Club en proposant chaque jour un grand classique, complété par… Lire la suite >>

Confinement : La Comédie-Française lance sa web télé

Les amateurs de théâtre ont de quoi se réjouir. La Maison de Molière transporte les planches de la salle Richelieu… Lire la suite >>

Confinement : projections de quartier, programmations virtuelles, le cinéma de proximité subsiste

Des projections nocturnes d’une cour d’immeubles à Lyon aux initiatives de petites salles, le cinéma reste un biais d’échange et… Lire la suite >>

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts