Synopsis : La plus grande chasse au trésor du XXe siècle est une histoire vraie. En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats – des directeurs et des conservateurs de musées, des artistes, des architectes, et des historiens d’art – se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d’art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Mais ces trésors sont cachés en plein territoire ennemi, et leurs chances de réussir sont infimes. Pour tenter d’empêcher la destruction de mille ans d’art et de culture, ces Monuments Men vont se lancer dans une incroyable course contre la montre, en risquant leur vie pour protéger et défendre les plus précieux trésors artistiques de l’humanité…

 

♥♥♥♥♥

 

Monuments Men afficheCinquième long métrage derrière la caméra pour George Clooney. Avec Monuments Men, la star hollywoodienne, toujours très engagée, se penche cette fois sur le plus grand pillage artistique et historique commis par les nazis, après avoir exploré entre autres la corruption d’une campagne politique dans Les Marches du Pouvoirs ou encore les limites de la liberté de la presse dans les années 1950 dans Good Night et Good Luck. Il a aussi produit Les chèvres du Pentagone réalisé par Grant Heslov sur la guerre en Irak et ARGO de Ben Affleck (notre critique), lauréat de l’Oscar du meilleur film, sur l’opération ultra-secrète entre le gouvernement canadien, la CIA et Hollywood pendant la révolution iranienne en novembre 1979. Toujours en collaboration avec son partenaire de SmokeHouse, George Clooney interprète, coproduit et coécrit le scénario adapté du livre de Robert M. Edsel, The Monuments Men: Allied Heroes, Nazi Thieves, and the Greatest Treasure Hunt in History. Monuments Men retrace les faits d’armes d’un groupe composé de directeurs de musées, de conservateurs et d’historiens américains et britanniques, chargé par le gouvernement américain alors dirigé par Franklin D. Roosevelt, de récupérer les œuvres d’art volées par les nazis et ce aux dépens de leur vie.

 

Monuments Men de George Clooney ©20th Century Fox

Monuments Men de George Clooney ©20th Century Fox

 

Avec un tel matériel historique en mains, issu de la véritable Monuments Men Foundation, cette adaptation ambitieuse aurait pu devenir une des plus grandes épopées cinématographiques si George Clooney n’avait pas pêché par excès en surexploitant les éléments patriotiques au détriment d’un récit riche et puissant qui n’en avait pourtant pas besoin. La tonalité humoristique pas très bien gérée et la bande originale trop sentimentale d’Alexandre Desplat – lequel joue d’ailleurs aussi un rôle – deviennent souvent contre-productives face à l’émotion intrinsèquement liée à l’histoire. George Clooney voulait – de sa propre volonté – rendre hommage à certains films de son enfance comme Les Canons de Navarone et La Grande Evasion, mais Monuments Men hésite souvent entre drame et comédie. On pourrait aussi reprocher un traitement narratif long à se mettre en place avec des personnages davantage renforcés par ce casting de haute volée que par la force de leur caractérisation. Bill Murray, Matt Damon, John Goodman, Bob Balaban, Jean Dujardin ou encore Dimitri Leonidas tirent leur épingle du jeu, mais celle qui parvient à dégager le mieux toute l’émotion de son personnage est Cate Blanchett, empreinte d’une gravité solennelle dans le rôle de cette attachée de conservation au musée du Jeu de Paume et résistante française oubliée. Nommée Claire Simone à l’écran, elle incarne Rose Valland qui avait dressé dans un cahier un inventaire des différentes collections, agrémentées d’un point rouge, permettant à ces hommes de pouvoir les récupérer et les authentifier. Ses mémoires dans le livre ‘Le Front de l’Art’ avaient déjà inspiré John Frankenheimer pour Le Train en 1961. Notons que Cate Blanchett retrouve George Clooney après le thriller de guerre The Good German de Steven Soderbergh (2006).

 

Cate Blanchett dans Monuments Men ©20th Century Fox

Cate Blanchett dans Monuments Men ©20th Century Fox

 

Nonobstant ces défauts certains avec cette inégalité de ton et ce parti pris bien trop homogène, ce récit héroïque à l’ancienne, situé à la fin de la guerre entre le D-Day (Jour du Débarquement en Normandie) et le V-E Day (Jour de la Victoire en Europe), reste néanmoins important. George Clooney a le mérite de révéler au cinéma un événement méconnu de l’Histoire et ce, en raison des dernières actualitésMonuments Men résonne comme un devoir de mémoire en rendant hommage à ces experts, ou plus exactement à ces hommes ordinaires, qui ont accepté de donner leur vie pour l’Art, une noble cause parmi tant d’autres. Confrontés aux obstacles sur les lignes prises entre l’armée américaine, soviétique et les soldats fuyants du Reich, ils parviennent à retrouver de nombreuses oeuvres issues des collections publiques et privées (Rembrandt, Cezanne, Rotschild…), saisies et cachées entre autres dans des mines, au détriment de celles brûlées (Picasso…), considérées comme dégénérées par Hitler. George Clooney met aussi en exergue l’image de ce dictateur, peintre raté des Beaux-Arts désirant s’octroyer maladivement le génie artistique qu’il n’a jamais eu pour son propre projet de musée à Linz, mais aussi cette mission historique qui va bien au-delà de la simple protection de l’art puisqu’il est surtout question d’empêcher sa destruction et de préserver le patrimoine culturel encore et toujours d’actualité…

 

 

  • THE MONUMENTS MEN de George Clooney en salles le 12 mars 2014.
  • Avec : George Clooney, Matt Damon, Bill Murray, Cate Blanchett, Jean Dujardin, John Goodman, Hugh Bonneville, Bob Balaban, Dimitri Leonidas.
  • Scénario : George Clooney, Grant Heslov d’après le livre de Robert M. Edsel, The Monuments Men: Allied Heroes, Nazi Thieves, and the Greatest Treasure Hunt in History.
  • Production : George Clooney, Grant Heslov.
  • Photographie : Phedon Paramichael
  • Compositeur : Alexandre Desplat
  • Décors : Bernhard Henrich
  • Costumes : Louise Frogley
  • Montage : Stephen Mirrione
  • Superviseur des effets visuels : Angus Bickerton.
  • Superviseur des effets spéciaux : Gerd Nefzer
  • Distribution : 20th Century Fox
  • Durée : 1h58

.

Commentaires

A la Une

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts