Synopsis : Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.

 

♥♥♥♥

 

La Planete des Singes - L'Affrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves - affiche francaise

La Planète des Singes – L’Affrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves – affiche francaise

Si en 2011 Rupert Wyatt est parvenu à redynamiser l’une des plus mythiques sagas de science-fiction et même dépasser les attentes en signant une brillante genèse sur l’invasion des anthropoïdes sur Terre, Matt Reeves relève le défi considérable de donner à sa suite une intense profondeur d’âmes. La Planète des Singes : L’affrontement prend aujourd’hui une dimension plus émotionnelle, complexe et profonde, portée à son apogée grâce à une mise en scène concentrée davantage sur les personnages, une performance capture plus soutenue et une bande son vibrante de Michael Giacchino. Cette force cinématographique pour le moins étonnante réside encore dans le scénario intelligent, coécrit par Amanda Silver et Rick Jaffa, déjà derrière LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES (notre critique). Car si les enjeux dramatiques restent indéniablement classiques, l’universalité du propos résonne fortement grâce à toute l’exécution magistrale mise en œuvre. Ce nouvel opus illustre ainsi avec maestria le fait qu’un blockbuster estival peut aussi être gratifiant pour l’esprit et pas seulement pour exalter les pupilles. Car à l’instar des Origines, L’affrontement évite tout tape-à-l’œil explorant davantage la nature profonde de l’Homme et des primates génétiquement avancés qui se révèlent bien plus semblables, dans cette bataille inéluctable pour des valeurs, des espoirs, des croyances et des objectifs analogues.

 

La Planète des Singes - L'Affrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves

La Planète des Singes – L’Affrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves

 

Le regard des scénaristes et du réalisateur créent dès lors une véritable empathie de part et d’autre puisqu’ils nous plongent non seulement dans la dynamique humaine mais surtout dans l’existence des simiens, dirigés par César parvenu à faire évoluer les siens dans une société pacifique qui se voit désormais menacée par l’arrivée des survivants humains. En cela le titre français – pour une fois judicieux – évoquant de prime abord un conflit inéluctable entre les races, dévoile progressivement sa subtilité et ses perspectives. Car de quel affrontement s’agit-il vraiment ? C’est tout l’art du réalisateur de Cloverfield et de Laisse-moi entrer (remake de Morse), qui parvient à faire rythmer la grammaire narrative, visuelle et numérique de cet opus situé dix ans après qu’un virus – la grippe simienne – ait décimé une partie de l’humanité. Entre mouvements panoramiques, travellings et gros plans, il réussit d’une main de maître à soigner tant les scènes d’action, plongées dans les décors sauvages et post-apocalyptiques de la ville en ruine de San Francisco recouverte de plantes, que celles plus intimistes entre Malcom et César, campés respectivement par Jason Clarke et Andy Serkis, lesquels créent une alchimie assez admirable.

 

Cesar (Andy Serkis) - La Planete des Singes - L'Affrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves

César (Andy Serkis) – La Planète des Singes – L’Affrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves / © Twentieth Century Fox

 

Mais la star incontestable – et oscarisable – reste Andy Serkis qui repousse au firmament les prouesses émotionnelles et technologiques de la performance capture et retranscrit avec un suprême talent l’hypersensibilité de ce leader simien, qui a mené les siens à la révolte mais dont le regard assombri et le cœur restent profondément déchiré – encore davantage puisqu’il est maintenant père. Quarante six ans après Charlton Heston au milieu des singes dans le chef d’œuvre de Franklin J. Schaffner au rythme de la bande son animale de Jerry Goldsmith, le spectateur s’identifie désormais Corps et Âme à Andy Serkis dans son évolution émotionnelle et psychologique au travers de cette guerre vers un nouvel ordre mondial. Il est d’autant plus mémorable que Matt Reeves le filme absolument puissant et dominant sur son étalon au milieu de ce somptueux théâtre équestre. Face à lui, Jason Clarke – le regard tout aussi bouleversant – renvoie toute cette affectivité, en père de famille reconstituée avec son côté réfléchi et rationnel, pour ainsi former cette alliance pacifique fragile et précaire. Saluons au centre le travail de performance capture de Tobby Kebbell dans la peau de Koba, le bras droit de César, qui s’est radicalisé depuis le premier opus n’accordant ici aucune grâce ni confiance envers la race humaine. Quant à Gary Oldman, si le voir reste un réel plaisir, son personnage de leader désigné pour gérer la communauté de survivants est en revanche en demi-teinte.

 

Jason Clarke - La Planete des Singes - L'Afrrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves

Jason Clarke – La Planète des Singes – L’Afrrontement (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves / © Twentieth Century Fox

 

Le récit offre ainsi une analyse complexe du comportement d’une profonde authenticité tout en abordant les problématiques existentielles sur l’intolérance, la trahison, l’ignorance, la méfiance, l’instinct guerrier inhérent, la soif de pouvoir, la terreur de l’autre et de la différence… Matt Reeves et les scénaristes nous placent au centre, face à ce duo de sages dans leur volonté de paix, pour nous confronter à une conséquence morale bouleversante, qui ne bascule jamais dans le mélodramatique ni le pathos. De fait, L’Affrontement rassérène en revendiquant le statut de blockbuster de science-fiction intelligent de cet été. Car s’il nous laisse sur une note narrative sombre, il augure aussi toute l’ambition potentielle du prochain épisode qui va désormais imposer l’espèce dominante de Schaffner sur Terre…

 

 

 

  • LA PLANÈTE DES SINGES : L’AFFRONTEMENT (Dawn of the Planet of the Apes) de Matt Reeves en salles le 30 juillet 2014.
  • Casting : Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman, Keri Russell, Toby Kebbell, Kodi Smit-McPhee, Judy Greer, Jocko Sims…
  • Scénario : Rick Jaffa, Amanda Silver, Mark Bomback
  • Production : Peter Chernin, Dylan Clark, Rick Jaffa, Amanda Silver
  • Photographie : Michael Seresin
  • Son : Will Files, Douglas L. Murray
  • Musique : Michael Giacchino
  • Montage : Stan Salfas, William Hoy
  • Costumes : Melissa Bruning
  • Décors : James Cinlund
  • Effets Spéciaux : John S. Baker, Alex Burdett
  • Effets Visuels : Joe Letteri, Dan Lemmon
  • Maquillage : Lisa Love, Tegan Taylor
  • Distribution : 20th Century Fox
  • Durée : 2h07

.

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts