The Raid 2 de Gareth Evans: critique

Publié par Didier Flori le 23 juillet 2014

Synopsis : Après un combat sans merci pour s’extirper d’un immeuble rempli de criminels et de fous furieux, laissant derrière lui des monceaux de cadavres de policiers et de dangereux truands, Rama, jeune flic de Jakarta, pensait retrouver une vie normale, avec sa femme et son tout jeune fils…. Mais il se trompait. On lui impose en effet une nouvelle mission : Rama devra infiltrer le syndicat du crime, où coexistent dans une sorte de statu quo mafia indonésienne et yakusas. Sous l’identité de « Yuda », un tueur sans pitié, il se laisse jeter en prison afin d’y gagner la confiance d’Uco, le fils d’un magnat du crime indonésien – son ticket d’entrée pour intégrer l’organisation. Sur fond de guerre des gangs, il risquera sa vie dans un dangereux jeu de rôle destiné à porter un coup fatal à l’empire du crime.

 

♥♥♥♥♥

 

The Raid 2 de Gareth Evans - affiche

The Raid 2 de Gareth Evans – affiche

A la découverte de l’Indonésien The Raid en 2011, on avait ressenti un sentiment d’exaltation comme on en connaît rarement au cinéma. L’oeuvre tirait sa force de son économie narrative, racontant en 1h30 la prise d’un immeuble où logeait le chef d’un trafic de drogue par une unité d’élite. Le huis clos d’action renvoyait à Piège de Cristal mais surtout à la demi-heure finale de l’extraordinaire A toute épreuve de John Woo. Le Gallois Gareth Evans faisait preuve d’une virtuosité à couper le souffle similaire dans sa mise en scène, si ce n’est que les gunfights avaient laissé place aux combats au corps à corps. D’une violence extrême, The Raid transmettait au spectateur l’intensité des coups échangés et le laissait finalement KO, avec en prime le sourire aux lèvres. On vibrait aux côtés de Rama (Iko Uwais) et de son frère Andi (Donny Alamsyah), tout en exultant dans leur victoire face à un adversaire fou furieux d’anthologie, judicieusement nommé « chien fou » (Yayan Ruhian). Aujourd’hui si The Raid 2 relève le défi, son statut est plus complexe que celui de simple suite. Il s’agit en réalité d’un projet qui avait précédé le premier opus mais n’avait pu être produit, faute de moyens. La réussite de ce dernier a assuré au réalisateur l’obtention d’un budget plus approprié, même si The Raid 2 reste loin des grosses machines d’action américaines, avec ses 5 millions de dollars alloués.

 

Iko Uwais dans The Raid 2 de Gareth Evans

Iko Uwais dans The Raid 2 de Gareth Evans

 

Gareth Evans peut toutefois réaliser aujourd’hui son fantasme de film de gangsters, fresque ambitieuse de 2h30. Du cinéma d’action, on passe ici au polar, et ce changement de genre se ressent dès la première image. Si The Raid plaçait le spectateur au centre des combats, The Raid 2 s’ouvre sur un plan d’ensemble en plongée qui semble tout droit sorti d’Il était une fois en Anatolie. Et comme pour entériner la rupture, il se débarrasse d’emblée de personnages centraux ayant survécu à son prédécesseur. Si la première scène d’action se fait attendre, les séquences de dialogue entre les personnages n’aident pas vraiment à patienter. On éprouve alors un sentiment de déjà-vu, le scénario de Gareth Evans n’apportant rien de nouveau par rapport à ses pairs, comme la trilogie du Parrain pour la partie mafia ou Infernal Affairs pour le récit d’infiltration. Même sensation au niveau de la mise en scène. Elle a beau être techniquement impressionnante, l’esbroufe se fait ressentir. Avec son aspect opératique emprunté à Francis Ford Coppola, Brian de Palma ou Park chan-wook, sans jamais égaler ces maîtres dans ce registre, The Raid 2 perd l’énergie viscérale qui ressortait de chaque plan de l’épisode précédent.

 

The Raid 2 de Gareth Evans

The Raid 2 de Gareth Evans

 

De plus, l’intrigue se complexifie inutilement, comme avec le retour inexpliqué de Yayan Ruhian, le « chien fou », dont l‘importance dans le récit prête à discussion. Gareth Evans rate alors hélas un peu le coche de sa saga mafieuse qui manque à la fois d’originalité et de rigueur dans l’écriture. C’est d’autant plus dommage que The Raid 2 offre des scènes d’action mémorables avec des chorégraphies toujours plus folles et maîtrisées. C’est le véritable point fort du cinéaste. Il ne manque pas d’imagination et se donne les moyens de ses ambitions. Il dirige d’une main de maître une émeute dantesque dans une prison tout en jouant à merveille de la combinaison de la pluie et de la boue. Il gère aussi avec brio une poursuite de voiture haletante et introduit dans la danse macabre un trio d’assassins charismatiques en tirant le meilleur parti de leurs armes de prédilection. Pourtant un bémol point avec le dernier mouvement du film. Ainsi en dépit de sa générosité ébouriffante dans l’action, The Raid 2 semble se cantonner à être un bis repetita mineur. Si l’on ne garde pas un souvenir impérissable, on reste néanmoins en attente du troisième opus annoncé, avec cependant moins de trépidation…

 

Didier Flori

 

 

  • THE RAID 2 écrit et réalisé par Gareth Evans en salles le 23 juillet 2014.
  • Avec : Iko Uwais, Julie Estelle, Yayan Ruhian, Arifin Putra, Oka Antara, Tio Pakusodewo, Cok Simbara, Cecep Arif Rahman…
  • Production : Nate Boltin, Ario Sagantoro, Aram Tertzakian
  • Photographie : Matt Flannery, Dimas Imam Subhono
  • Montage : Gareth Evans
  • Décors : Tony Dwi Setyanto
  • Costumes : Rinaldi Fikri
  • Musique : Joseph Trapanese, Fajar Yuskemal Tamin
  • Distribution : The Jokers / Le Pacte
  • Durée : 2h30

Commentaires

A la Une

Pacifiction : une bande annonce pour le thriller à Tahiti d’Albert Serra

Les films du losange a livré des images de Pacifiction – Tourment sur les îles, le nouveau film d’Albert Serra,… Lire la suite >>

Megalopolis : Le tournage du prochain Coppola commence cet automne

Francis Ford Coppola a terminé le casting de Megalopolis, son drame épique qu’il va tourner cet automne en Géorgie.  … Lire la suite >>

Dune – The Sisterhood : Emily Watson et Shirley Henderson au casting de la série d’HBO Max

Emily Watson et Shirley Henderson seront les têtes d’affiche de la série Dune : The Sisterhood, un préquel de Dune… Lire la suite >>

Diane Kruger en Marlène Dietrich dans la série de Fatih Akin

En 2017, Diane Kruger remportait le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour son rôle dans In the fade…. Lire la suite >>

Le Flic de Beverly Hills 4 : Kevin Bacon rejoint le casting du film Netflix

Le quatrième épisode de la fameuse saga policière prend forme doucement mais sûrement, avec l’arrivée de Kevin Bacon.    … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR (REP 2022) 229 620 2 564 979
2 SMILE 226 686 1 226 686
3 JUMEAUX MAIS PAS TROP ! 210 444 1 210 444
4 SANS FILTRE 179 786 1 179 786
5 UNE BELLE COURSE 117 217 2 297 251
6 THE WOMAN KING 100 875 1 100 875
7 LES ENFANTS DES AUTRES 97 702 2 240 104
8 DON'T WORRY DARLING 91 621 2 242 893
9 REVOIR PARIS 82 084 4 457 404
10 KOMPROMAT 81 146 4 549 675

Source: CBO Box office

Nos Podcasts