Into the Woods de Rob Marshall: critique

Publié par Julie Braun le 27 janvier 2015

Synopsis : Les intrigues de plusieurs contes de fées bien connus se croisent afin d’explorer les désirs, les rêves et les quêtes de tous les personnages. Cendrillon, le Petit Chaperon rouge, Jack et le haricot magique et Raiponce. Tous sont réunis dans un récit où interviennent également un boulanger et sa femme qui espèrent fonder une famille, mais à qui une sorcière a jeté un mauvais sort…

 

♥♥♥♥

 

Into the Woods - affiche

Into the Woods – affiche

Rob Marshall est devenu depuis Chicago et Nine une certaine référence dans la réalisation de comédies musicales. Il nous le prouve une nouvelle fois en adaptant Into the Woods. Cette œuvre à succès, écrite par James Lapine et Stephen Sondheim, et jouée à Broadway depuis 1986, est un mélange de contes de fées de notre enfance. Ainsi, Cendrillon (Ana Kendrick), Blanche Neige (Lila Crawford), Jack (Daniel Huttlestone) et Raiponce (MacKenzie Mauzy) se retrouvent dans les bois pour vivre des aventures qui vont les rapprocher, avec au centre de l’intrigue un boulanger et son épouse (James Corden et Emily Blunt). L’adaptation cinématographique, qui reprend la structure narrative du musical originel, transcende les histoires et personnages en les entremêlant avec habileté pour former un récit unique et cohérent. Construit comme une sorte de diptyque, il propose deux parties bien distinctes, rappelant également l’architecture des contes de Perrault et des frères Grimm. Dans un premier temps, il nous dévoile des personnages classiques, égoïstes et centrés sur leur propre existence. Mais le fil des événements va bien sûr forcer les protagonistes à s’unir et à s’affirmer, laissant derrière eux leur existence passée. Ce tableau est mis en évidence grâce au montage impeccable de Wyatt Smith. Si à la première lecture, on retrouve le manichéisme des œuvres de Disney, cette vision traditionnelle impose rapidement ses couleurs grâce à l’ensemble des dispositifs artistiques mis en œuvre. Tout est habilement exploité. La photographie intense comme les décors surréalistes apportent leur force, étincelant ce pays imaginaire haut en couleurs et cette forêt aux lumières sombres et inquiétantes. Mais lorsqu’on découvre les habitats des villageois, simples et inscrits dans une certaine réalité, on y perçoit dès lors tout l’exercice méticuleux qui révèle démesure et technicité.

 

James Corden, Emily Blunt et Meryl Streep dans Into the Woods de Rob Marshall

James Corden, Emily Blunt et Meryl Streep dans Into the Woods de Rob Marshall

 

On apprécie également d’emblée l’humour décalé, ajouté au contexte volontairement dramatique, notamment dans une scène dans laquelle deux frères, les princes charmants de Cendrillon et de Raiponce se livrent à un combat de coqs pour savoir qui est le plus beau et le plus fort. Chris Pine, vu récemment dans COMMENT TUER SON BOSS 2 (notre critique), et Billy Magnussen, jouent savoureusement de leur sex-appeal se réappropriant avec une parfaite désinvolture ces princes précieux et ridicules. L’ajout de la morale explicite dans le dénouement, à la manière des fables de La Fontaine, renforce la dimension philosophique de Into the Woods et rappelle que les contes de fées ont droit aussi à plusieurs degrés de lecture. Rob Marshall parviendrait ainsi presque à nous faire oublier qu’il s’agit d’une comédie musicale, tant les dialogues sont intégrés aux personnages et aux situations avec simplicité et naturel. Mention spéciale à Meryl Streep, qui interprète cette méchante sorcière, fausse mère de Raiponce, revendiquant par son jeu l’inhumanité et l’aigreur de son personnage classique. Into the Woods commet finalement la seule erreur de nous proposer dans ce tableau deux actes un peu inégaux. Car si la première partie introduit les personnages avec rythme et fraîcheur, la seconde moitié s’étend souvent en longueur, explicitant la fin de leurs aventures. Into the woods reste cependant une comédie musicale revigorante qui fait voyager les adultes au pays de leur âme d’enfant, et les plus jeunes dans un univers féerique et philosophique. Un conte qui plaira ainsi tout naturellement aux petits comme aux grands…

 

 

 

  • INTO THE WOODS : PROMENONS NOUS DANS LES BOIS réalisé par Rob Marshall en salles le 28 Janvier 2015.
  • Avec : Meryl Streep, James Corden, Emily Blunt, Anna Kendrick, Chris Pine, Johnny Depp, MacKenzie Mauzy, Christine Baranski, Lila Crawford, Daniel Huttlestone, Billy Magnussen…
  • Scénario : James Lapine d’après la comédie musicale Into the Woods de Stephen Sondheim et James Lapine
  • Production : John DeLuca, Rob Marshall, Callum McDougall, Marc Platt
  • Photographie : Dion Beebe
  • Montage : Wyatt Smith
  • Décors : Dennis Gassner
  • Costumes : Colleen Atwood
  • Musique : James Lapine, Stephen Sondheim
  • Distribution : The Walt Disney Company France
  • Durée : 2h04

 .

Commentaires

A la Une

Austin Butler incarnera Elvis Presley dans le biopic réalisé par Baz Luhrmann

Le réalisateur de Moulin Rouge a enfin trouvé l’acteur qui tiendra le rôle principal de son biopic sur le King,… Lire la suite >>

Babylon : Brad Pitt et Emma Stone pressentis dans le prochain Damien Chazelle

Damien Chazelle aurait prévu de s’entourer de Brad Pitt et d’Emma Stone, qu’il retrouverait après La La Land, pour Babylon,… Lire la suite >>

Un trailer pour The King’s Man : Première Mission

La genèse des Kingsman, l’organisation britannique, sera dévoilée dans un film dérivé dont le premier trailer vient d’être mis en… Lire la suite >>

Lashana Lynch incarnera une espionne 007 dans le prochain James Bond

L’actrice britannique Lashana Lynch incarnera Nomi, une espionne 007, dans le prochain James Bond, avec Daniel Craig.      … Lire la suite >>

Christoph Waltz de retour dans le rôle de Blofeld dans Bond 25

L’acteur Christoph Waltz incarnera de nouveau l’antagoniste Ernst Stavro Blofeld, ennemi juré de James Bond et grand adorateur de chats… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : FAR FROM HOME 1 370 178 1 1 370 178
2 TOY STORY 4 926 491 2 2 432 170
3 IBIZA 300 924 1 300 924
4 YESTERDAY 215 264 1 215 264
5 PARASITE 134 542 5 1 110 526
6 ALADDIN 106 764 7 2 261 240
7 MEN IN BLACK : INTERNATIONAL 103 988 4 882 778
8 BEAUX-PARENTS 75 339 3 432 873
9 X-MEN : DARK PHOENIX 71 312 5 1 360 369
10 MADE IN CHINA 62 339 2 235 622

Source: CBO Box office

Nos Podcasts