Listen up Philip d’Alex Ross Perry: critique

Publié par Julie Braun le 20 janvier 2015

Synopsis : A la sortie de son deuxième roman, Philip est nerveux. D’autant plus que New York l’oppresse et que la relation avec sa petite amie Ashley se détériore. Quand Ike Zimmerman, son idole, l’invite dans sa maison de vacances, Philip trouve enfin la sérénité et parvient à se concentrer sur son sujet préféré : lui-même.

 

♥♥♥♥

 

Listen Up Philip - affiche

Listen Up Philip – affiche

Après la romance en noir et blanc The color wheel en 2012, Alex Ross Perry se situe toujours dans la lignée allenienne. Son deuxième long métrage Listen up Philip, mention spéciale du jury au dernier festival de Locarno, le confirme. Le titre nous met sur la voie. Philip (Jason Schwartzman) est un écrivain torturé, égocentrique et misogyne. Il n’écoute pas. Il se complaît dans ses fêlures, ses blessures, ses constantes remises en question et cherche toujours l’approbation dans le regard de l’autre. Il ne laisse donc pas beaucoup de place à la communication et construit ses relations dans un monologue permanent de plaintes et de regrets. Il se sent incompris, jugé et certainement pas apprécié à sa juste valeur. Il a besoin d’une interaction, si minime soit-elle, avec ses alter ego. Mais Philip avance seul et trébuche. Lorsque Woody Allen filme des personnages dépressifs qui se lancent dans d’interminables monologues, il ajoute toujours sa légendaire bande son jazz des années 30 qui adoucit le propos. Son amour incroyable de New York est dévoilé dans chacun de ses plans avec des personnages qui nous émeuvent parce qu’ils sont pétris de contradictions. Alex Ross Perry applique ainsi très consciencieusement toutes ces techniques scénaristiques. Mais s’il se veut disciple du réalisateur new yorkais, il n’arrive pas à son niveau et parvient seulement à l’imiter sans véritable succès. Malgré cette application hasardeuse et mal maîtrisée, il met en relief avec un certain talent, la question de la femme. Personnage apparemment relégué au second plan, elle prend ici une place qui s’avère prépondérante.

 

Elisabeth Moss et Jason Schwartzman dans Listen Up Philip de Alex Ross Perry

Elisabeth Moss et Jason Schwartzman dans Listen Up Philip de Alex Ross Perry

 

Alex Ross Perry pose un regard acerbe sur les relations homme-femme, mais sa mise en scène dévoile progressivement son amour et son admiration pour la gent féminine. Selon Philip, la femme est une tentatrice inconstante et têtue. Elle est définie, au premier degré, comme une créature dont l’indépendance et l’intégrité intellectuelles sont toujours à remettre en question. Mais en filigrane, le regard bienveillant du metteur en scène en fait la véritable héroïne de son œuvre. Elle est présentée comme un soutien indéfectible. Elle se bat pour l’homme qu’elle aime sans tomber dans le sentimentalisme et l’aliénation. On retient particulièrement la performance d’Elisabeth Moss (Mad Men) dans le rôle d’Ashley Kane, la petite amie officielle de Philip. Alex Ross Perry la met en scène avec affection comme Woody Allen l’avait fait avec Diane Keaton à l’époque d’Annie Hall ou de Meurtre Mystérieux à Manhattan.

 

Elisabeth Moss dans Listen Up Philip de Alex Ross Perry

Elisabeth Moss dans Listen Up Philip de Alex Ross Perry

 

Malheureusement, si le traitement des personnages féminins donne un certain cachet au récit, Alex Ross Perry semble hors sujet. Car les femmes dament le pion au personnage central campé par Jason Schwartzman. Ainsi, un bon tiers du film est consacré à Ashley. On n’a donc pas le temps découvrir Philip en profondeur, ne surnagent que son arrogance et sa prétention. Si le réalisateur avait donné davantage de place à l’identité de ce personnage, il aurait gagné en sympathie car nous en aurions perçu les contradictions. Même Ike Zimmerman, porté par Jonathan Pryce, qui semble être une version plus âgée de Philip, nous ennuie. Il ne s’agit pas de remettre en cause le talent du réalisateur ou des comédiens, le problème émane également du côté caricatural des protagonistes. Philip et Ike ne nous émeuvent pas, ni ne nous font rire. Alex Ross Perry a conçu des caractères bien définis mais omet de leur donner une dimension comique, comme l’aurait fait Molière au temps du Misanthrope. Listen up Philip rate ainsi le coche par manque de recul et livre une histoire assez barbante et maniérée. Agaçant.

 

 

 

  • LISTEN UP PHILIP écrit et réalisé par Alex Ross Perry en salles le 21 Janvier 2015.
  • Avec : Jason Schwartzman, Elisabeth Moss, Jonathan Pryce, Krysten Ritter, Joséphine de la Baume, Eric Bogosian, Jess Weixler, Dree Hemingway
  • Production : David Lowery, Joshua Blum, Toby Halbrooks, James M. Johnston, Katie Stern
  • Photographie : Sean Price Williams
  • Montage : Robert Greene
  • Décors : Scott Kuzio
  • Costumes : Amanda Ford
  • Musique : Keegan DeWitt
  • Distribution : Potemkine Films
  • Durée : 1h48

 .

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts