Sortie DVD/ Le Solitaire de Michael Mann: critique

Publié par Thierry Carteret le 9 mars 2015

Synopsis : Après onze années passées en prison, Frank, un talentueux voleur de bijoux, décide de se lancer dans un dernier coup avant de se ranger pour de bon avec son amie Jessie et fonder une famille. Mais son employeur ne voit pas son avenir du même œil et Franck se retrouve pris dans un engrenage infernal. En ressortira-t-il indemne ?

 

♥♥♥♥♥

 

Le Solitaire - jaquette director's cut

Le Solitaire – jaquette director’s cut

Ouverture de nuit sur une voiture garée dans une rue pluvieuse de Chicago. Deux hommes attendent un complice en train de percer un coffre fort sur la musique synthétique du groupe Tangerine Dream. La scène, longue, précise et dénuée de dialogue, se déroule dans l’observation de ce perceur de coffre, effectuant sa mission comme un véritable expert. Ce sera le seul talent de Franck, voleur de bijoux, incarné par James Caan, dans ce premier et déjà chef-d’œuvre de Michael Mann sorti en 1981. Avec Le solitaire, qui sort en France dans un director’s cut inédit le 11 mars chez Wild Side, le cinéaste brosse le portrait d’un marginal enfermé dans sa condition et en quête d’un rêve obsessionnel : celui de tout quitter pour une existence rangée avec une compagne, un enfant, un belle voiture et une maison confortable. Franck s’accroche à ce désir illusoire comme une recherche du temps perdu, après des années de prison. Il ignore que Léo, son patron gangster qu’il considère comme un père, sera le ver dans le fruit de son projet. Robert Prosky campe en outre excellemment ce personnage effrayant dissimulé derrière la facade d’un homme tranquille. Le solitaire doit autant à son fond qu’à sa forme. Tiré librement du roman noir à succès The Home Invaders de Frank Hohimer, il puise aussi sa source de la vie du cambrioleur John Santucci, apparaissant ici sous les traits d’un policier corrompu. Déjà en quête du moindre détail réaliste, Mann livre ici une mise en scène maniaque. Sa conception ultra soignée des plans et du montage est annonciatrice de ses oeuvres à suivre : Le sixième sens, Révélations et surtout Heat.

 

James Caan dans Le Solitaire de Michael Mann

James Caan dans Le Solitaire de Michael Mann

 

À la manière du film noir, la mécanique de l’échec se met progressivement en place dans ce récit, dictant de nouvelles règles à celui qui pensait maîtriser sa vie, avec autant de talent et d’expertise que son activité de voleur de bijoux. Le Solitaire s’enfonce alors peu à peu dans la nuit, le drame et le chaos jusqu’à un final explosif, haletant et nihiliste, qui évoque d’ailleurs Sam Peckinpah. Le personnage de Frank semble dès lors faire écho à celui de Neil, le braqueur de Heat, interprété par Robert De Niro, qui déclarait dans l’une de ses répliques : « Si tu veux faire de vieux os dans ce métier, sois libre comme l’air. Tout ce qui a pu prendre une place dans ta vie, tu dois pouvoir t’en débarrasser en trente secondes, montre en main, dès que tu as repéré un seul flic dans le coin. ». Michael Mann plante dès cet instant toutes les bases de son cinéma, dans lequel se fond également une part romantique, avec Jessie, pendant féminin de Frank, emmené par Tuesday Weld.

 

James Caan et Tuesday Weld dans LE Solitaire de Michael Mann

James Caan et Tuesday Weld dans LE Solitaire de Michael Mann

 

Son personnage, très bien caractérisé et à la psychologie complexe, donne nuance à cette femme, à la fois douce et forte, qui semble aux prises entre sa volonté de liberté et son désir de rentrer dans le plan de son compagnon par amour. Le couple révèle une osmose quasi parfaite à l’écran. La très longue séquence entre James Caan et Tuesday Weld dans le café est sans doute l’un des passages les plus marquants. Michael Mann parvient à filmer la naissance d’un amour partagé avec justesse et un naturel extraordinaire. Les seconds couteaux sont aussi d’importance, à l’instar de l’acteur et musicien country Willie Nelson, émouvant dans le rôle de l’ami de prison dont les jours sont comptés. Quant à James Belushi, il campe sobrement l’un des complices durant les deux longues séquences de cambriolage, dont la dernière devient un véritable modèle du genre dans son déluge apocalyptique et pyrotechnique dans la chambre forte avec le percage du coffre.

 

Le Soltaire de Michael Mann

Le Soltaire de Michael Mann

 

Se déroulant en grande partie de nuit, Le Solitaire révèle aussi déjà l’importance de la photographie dans la filmographie de Michael Mann. Le chef opérateur Donald Thorin conçoit ici un travail fabuleux sur les éclairages, comme ces lumières de la ville se reflétant sur la carrosserie de la voiture de Frank. L’esthétique visuelle évoque aussi celui de son producteur, Jerry Bruckheimer. La séquence d’ouverture découpée en gros plans préfigure le style des futures productions Bruckheimer pour la télévision comme FBI : Portés disparus ou Les experts, sans nul doute marqué par le travail de Michael Mann. Mais revoir ou découvrir aujourd’hui Le solitaire, c’est aussi prendre conscience de tout son héritage sur l’évolution du film criminel. DRIVE de Nicolas Winding Refn (notre critique) en est en outre un bel exemple. Bien sûr Ryan Gosling ne possède pas le charisme de James Caan. On préfère nettement ce dernier à la froideur du chauffeur solitaire de l’œuvre de Refn, dans son humanité profonde et touchante en quête d’un rêve d’existence prospère pour lequel il semble en décalage total. Cet anti-héros, faussement solitaire malgré le titre, est empreint d’une force émotionnelle qui n’a jamais été aussi présente par la suite dans la filmographie du réalisateur. Le solitaire se révèle ainsi d’une classe inouie, dont la richesse formelle et narrative augmente à chaque nouvelle vision. On nomme cela, un grand film tout simplement.

 

 

DVD/ Wild Side Vidéo nous offre un superbe director’s cut inédit, restauré en 4K et supervisé par le réalisateur lui-même. Dans les bonus, se trouve un long entretien avec James Caan qui revient sur sa collaboration avec Michael Mann. Et cerise sur le gâteau, le DVD/Blu-ray s’accompagne d’un livre signé de Michael Henry Wilson, ancien critique à la revue Positif. L’ouvrage de 156 pages, illustré de photos, se compose pour l’essentiel d’une suite d’entretiens effectués entre 2002 et 2014. Le cinéaste revient sur ses films avant d’évoquer Le solitaire et y livrer quelques précieuses informations. Ce supplément passionnant reste cependant incomplet suite à la disparition de son auteur en 2014.

 

 

  • LE SOLITAIRE (Thief) réalisé par Michael Mann disponible dans sa version définitive en DVD/ Blu-ray + livre de 156 pages à partir du 11 mars 2015.
  • Avec : James Caan, Tuesday Weld, Robert Prosky, Willie Nelson, James Belushi…
  • Scénario : Michael Mann d’après le roman The Home Invaders de Frank Hohimer
  • Production : Jerry Bruckheimer
  • Photographie : Donald Thorin
  • Montage : Dov Hoenig
  • Décors : John M. Dwyer
  • Costumes : Mary Dodson
  • Musique : Tangerine Dream
  • Distribution : Wild Side Vidéo
  • Date de sortie initiale : 27 Mars 1981
  • Durée : 2h04
  • Prix public indicatif : 29,99€ le coffret Blu-ray+DVD+Livre

.

Commentaires

A la Une

Une nouvelle bande-annonce pour Le Daim de Quentin Dupieux

Le Daim de Quentin Dupieux, comédie absurde présentée en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs, a dévoilé une nouvelle bande-annonce…. Lire la suite >>

Un premier trailer pour Terminator Dark Fate 

Paramount Pictures a mis en ligne le premier trailer de Terminator Dark Fate, sixième opus de la saga, réalisé par… Lire la suite >>

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh au casting de Tenet de Christopher Nolan 

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh rejoignent le casting de Tenet, nouveau film de Christopher Nolan.       Aaron Taylor-Johnson… Lire la suite >>

[vidéo] À la rencontre de Charlotte Blum pour The Art of Television saison 2

OCS poursuit son exploration des coulisses des séries américaines avec la deuxième saison de The Art of Television réalisée par… Lire la suite >>

De fausses affiches et une lettre aux fans pour Once Upon A Time In Hollywood

Alors que Once Upon A Time In Hollywood sera présenté cette semaine à Cannes, Quentin Tarantino écrit une lettre à ses fans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 NOUS FINIRONS ENSEMBLE 357 301 3 2 307 854
2 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 352 168 2 1 088 742
3 AVENGERS : ENDGAME 338 792 4 6 339 797
4 DOULEUR ET GLOIRE 237 771 1 237 771
5 THE DEAD DON'T DIE 186 806 1 186 806
6 LES CREVETTES PAILLETEES 142 779 2 396 188
7 SEDUIS-MOI SI TU PEUX ! 122 000 1 122 000
8 COLD BLOOD LEGACY : LA MEMOIRE DU SANG 77 596 1 77 596
9 HELLBOY 58 010 2 210 693
10 LA MALEDICTION DE LA DAME BLANCHE 43 421 5 779 786

Source: CBO Box office

Nos Podcasts