Synopsis : 11ème siècle : Ecosse. Macbeth, chef des armées, sort victorieux de la guerre qui fait rage dans tout le pays. Sur son chemin, trois sorcières lui prédisent qu’il deviendra roi. Comme envoûtés par la prophétie, Macbeth et son épouse montent alors un plan machiavélique pour régner sur le trône, jusqu’à en perdre la raison.

 

♥♥♥♥♥

 

Macbeth - affiche

Macbeth – affiche

« Êtes-vous chose que l’homme peut questionner » ? Cette réplique répétée à plusieurs reprises par Macbeth devient en finalité la principale interrogation de cette relecture sombre, viscérale et sanguinaire de l’une des plus emblématiques tragédies shakespeariennes. Cette noirceur imposée par l’Australien Justin Kurzel, à qui l’on doit le drame violent Les Crimes de Snowtown, mention spéciale à la Semaine de la Critique en 2011, doit beaucoup – si ce n’est totalement – à son acteur principal. Michael Fassbender transcende ce Général des armées, ce guerrier vaillant et retors, qui ne recule devant rien pour devenir Roi d’Écosse. Sa prestation n’est certainement pas la meilleure de sa carrière, mais la star germano-irlandaise accapare l’écran dans l’évolution psychologique de ce seigneur tyrannique qui souffre du syndrome de stress post-traumatique causé par la guerre. De ce postulat de départ, Macbeth démarre solidement et avec conviction, dès la rencontre avec les trois oracles qui prédisent son avenir, nous immergeant dans le cadre historique du XIe siècle tout en reprenant le langage originel de l’œuvre classique. Cette approche respectueuse et théâtrale fonctionne, avec des comédiens plutôt convaincants, qui nous transporte au cœur de paysages désolés et démesurés de l’Écosse médiévale. La texture visuelle vient à juste titre en renfort pour marquer la trajectoire fatale du personnage-titre ; de cette brume constante et menaçante en passant par certains éléments surnaturels jusqu’à l’explosion de couleurs vives lors des scènes de batailles, souvent filmées au ralenti pour accentuer le chaos.

 

Michael Fassbender et Marion Cotillard dans Macbeth

Michael Fassbender et Marion Cotillard dans Macbeth

 

Si ce parti pris pictural va dans le sens du récit, le directeur de la photographie Adam Arkapaw (TRUE DETECTIVE – notre critique, TOP OF THE LAKE – notre critique) surexploite à l’excès ce procédé, saturant cette palette ‘à feu et à sang’ jusqu’à franchir la facticité. Mais ce n’est pas le seul défaut de l’œuvre de Justin Kurzel. L’autre déception émane de la caractérisation de Lady Macbeth, annihilée par les coscénaristes Todd Louiso, Jacob Koskoff et Michael Lesslie. Cette figure féminine ancestrale des plus complexes dans le répertoire occidental perd totalement de sa consistance au fil de l’intrigue. Cette femme ambitieuse et manipulatrice, désespérée d’avoir perdu leur enfant, qui ordonne à son époux d’utiliser tous les vils subterfuges pour assassiner le roi Duncan (David Thewlis) et s’emparer du trône, se révèle bien trop humaine et fragile, envahie par la douleur, le chagrin et la frustration. Ainsi, l’interprétation imposante de Marion Cotillard dans les premières scènes finit par s’effacer du cadre progressivement, allant même jusqu’à déséquilibrer la cruauté de ce couple royal shakespearien, inexorablement lié. En dépit de ces anomalies certaines, Justin Kurzel fait résonner une sensibilité moderne dans cette nouvelle adaptation sanglante, qui a terminé la compétition du 68e Festival de Cannes, avec un Macbeth charismatique tout en fêlure, toujours dévoré par son ambition démoniaque, son désir de pouvoir et ses peurs.

 

 

  • MACBETH de Justin Kurzel en salles le 18 novembre 2015.
  • Avec : Michael Fassbender, Marion Cotillard, Jack Reynor, David Hayman, Paddy Considine, David Thewlis, Sean Harris, Elizabeth Debicki, Maurice Roëves, Shane Salter…
  • Scénario : Todd Louiso, Jacob Koskoff et Michael Lesslie
  • Production : Emilie Sherman, Laura Hastings-Smith, Ian Canning
  • Photographie : Adam Arkapaw
  • Montage : Chris Dickens
  • Décors : Fiona Crombie
  • Costumes : Jacqueline Durran
  • Compositeur : Jed Kurzek
  • Distribution : StudioCanal
  • Durée : 1h53

.

Commentaires

A la Une

Polaris : Joaquin Phoenix et Rooney Mara dans le nouveau projet de Lynne Ramsay

Après A Beautiful Day, Joaquin Phoenix va retrouver la réalisatrice Lynne Ramsay pour Polaris, aux côtés de sa compagne Rooney… Lire la suite >>

Blacula revient d’entre les morts dans une nouvelle version

La MGM et les producteurs Deon Taylor et Roxanne Avent Taylor préparent une relecture de Blacula, classique de l’horreur et… Lire la suite >>

Colin Farrell et Rachel Weisz dans une relecture du mythe œdipien de Todd Solondz

Après The Lobster de Yorgos Lanthimos, Colin Farrell et Rachel Weisz vont se retrouver dans le nouveau film cauchemardesque et… Lire la suite >>

Zoë Kravitz passe à la réalisation avec Pussy Island

Zoë Kravitz fera ses débuts derrière la caméra avec Pussy Island, qui mettra en vedette Channing Tatum dans la peau… Lire la suite >>

Wild West : le nouveau vivier français du cinéma de genre

Cette nouvelle société de production, installée dans le sud-ouest de la France, va se consacrer entièrement aux films et séries… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 409 283 2 1 074 759
2 SANS UN BRUIT 2 228 844 1 228 844
3 UN HOMME EN COLERE 149 025 1 149 025
4 UN TOUR CHEZ MA FILLE 146 389 1 146 389
5 LES 2 ALFRED 118 883 1 118 883
6 NOMADLAND 104 442 2 229 469
7 LE DISCOURS 94 587 2 216 327
8 THE FATHER 82 439 4 467 582
9 ADIEU LES CONS 73 187 35 1 757 150
10 LES BOUCHETROUS 55 260 4 245 014

Source: CBO Box office

Nos Podcasts