Ressortie/ Sorcerer de William Friedkin: critique

Publié par Thierry Carteret le 26 juin 2015

Synopsis : Quatre étrangers de nationalités différentes, chacun recherché dans son pays, s’associent pour conduire un chargement de nitroglycérine à travers la jungle sud-américaine… Un voyage au coeur des ténèbres…

 

♥♥♥♥

 

Sorcerer Directors Cut - affiche

Sorcerer Directors Cut – affiche

Sorcerer (Le convoi de la Peur), titre inspiré d’un album de Miles Davis que William Friedkin écoutait en boucle à l’époque du tournage, ressort en salles dès le 15 juillet 2015 en version Director’s Cut restaurée. Amputé de près de 30 minutes lors de son exploitation, ce thriller d’action et d’aventure culte fut un échec cuisant et a bien failli précipiter la carrière du cinéaste de L’Exorciste et French Connection dans un avenir aussi sombre que celui des protagonistes dans l’intrigue. Outre une projection privée en amont où nous étions présents, Sorcerer a été diffusé au Champs-Elysées Film Festival lors d’un cycle consacré à William Friedkin, lequel a donné une masterclass exceptionnelle. Retour en 1977. À cette époque, le cinéaste était au sommet de sa carrière, ayant déjà à son actif deux des plus grands succès précités du Nouvel Hollywood. Grâce à sa renommée, il put ainsi prendre le temps de choisir son nouveau sujet. Quatre années passèrent avant d’entreprendre Sorcerer. Lors de l’avant-première de L’Exorciste en 1974, tandis qu’il dînait en compagnie de François Truffaut et Claude Berri, il évoqua pour la première fois l’envie de mettre en scène sa propre version du Salaire de la Peur de Henri-Georges Clouzot, présent lui aussi ce soir-là. Ce dernier fut peu emballé par le projet de remake du jeune réalisateur. Il estimait, sans doute par fausse modestie, que son film était assez peu réussi. Friedkin rejeta rapidement l’idée de reproduire vainement ce chef-d’œuvre de l’Histoire du cinéma, et proposa plutôt de se réapproprier le roman de Georges Arnaud pour le transformer en une fable humaniste et un film d’aventure.

 

Sorcerer de William Firedkin

Sorcerer de William Firedkin

 

William Friedkin se heurta dès lors à l’expérience la plus éprouvante de toute sa carrière. Si les conflits houleux furent nombreux avec la production, c’est surtout au niveau du casting que le réalisateur regretta ses décisions par la suite. Roy Scheider, alors en plein succès des Dents de la Mer, remplaça Steve McQueen pour le personnage de Scanlon, ancien chauffeur d’un gang de malfrats et un des conducteurs des deux camions convoyant le chargement de nitroglycérine. Lino Ventura, envisagé un temps pour le personnage de Manzon, a laissé sa place à Bruno Cremer. Seuls Amidou (La vie, l’amour, la mort), dans le rôle du terroriste arabe Kassem, et Francisco Rabal (Viridiana), dans celui du tueur à gages mexicain Nino, furent conservés. En redécouvrant Sorcerer près de quarante plus tard, la distribution paraît tout à fait pertinente, même si aucune star prévue ne figurait alors au générique. Le tournage fût ensuite une plongée cauchemardesque au cœur des ténèbres, digne de celle de Apocalypse Now. L’équipe dût composer avec un décor hostile et inhospitalier au Mexique, des conditions météorologiques parfois épouvantables dans la jungle brésilienne, et une ambiance infernale gérée par un réalisateur souvent despote. À l’écran, cette tension palpable se ressent particulièrement lors de son climax intense : le camion, qui transporte le dangereux chargement, doit traverser un pont sur le point de s’effrondrer sous une pluie battante.

 

Sorcerer de William Firedkin

Sorcerer de William Firedkin

 

Après une introduction relativement longue présentant les différents personnages, à savoir des hommes au bout du rouleau contraints de fuir et de changer de vie, Sorcerer dévide un suspense et une tension constantes, soutenu par la superbe partition très psychédélique de Tangerine Dream. William Friedkin, présent aussi lors de cette projection privée à Paris, évoque son œuvre comme une allégorie où les nations doivent s’unir pour résoudre un conflit mondial. Ce groupe d’étrangers se solidarise en effet pour un même but avec des intérêts communs. L’erreur du réalisateur provient sans doute dans l’approche trop pessimiste de son épilogue. Alors que débarquaient sur les écrans les premiers blockbusters comme Les Dents de la Mer et La Guerre des Étoiles, Sorcerer se révélait une œuvre éprouvante, nihiliste et au style quasi documentaire, à contre-courant des attentes du public. Cela peut ainsi expliquer en partie son échec commercial. Mais autre temps, autre époque. La ressortie de Sorcerer aujourd’hui est l’occasion d’une nouvelle chance pour ce film maudit. Car Friedkin signe certainement l’une de ses œuvres majeures au même titre que Police Fédérale Los Angeles. Une expérience forte de cinéma à ne surtout pas manquer dans les salles obscures !

 

 

 

  • Ressortie du SORCERER (Le Convoi de la Peur) réalisé par William Friedkin en salles le 15 juillet 2015 en version Director’s Cut restaurée.
  • Avec : Roy Scheider, Bruno Cremer, Francisco Rabal, Amidou, Ramon Bieri, Joe Spinell, Peter Capell, Chico Martinez…
  • Scénario : Wallon Green, d’après le roman Le Salaire de la Peur de George Arnaud
  • Production : William Friedkin
  • Photographie : Dick Bush, John M. Stephens
  • Montage : Bud S. Smith, Robert K. Lambert
  • Décors : Roy Walker
  • Costumes : Anthony Powell
  • Musique : Tangerine Dream
  • Distribution reprise : Bac Films en association avec La Rabbia
  • Durée : 2h01
  • Date de sortie initiale en France : 15 novembre 1978

.

Commentaires

A la Une

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts