Sortie DVD/ Hot Spot de Dennis Hopper: critique

Publié par Franck Brissard le 1 septembre 2015

Synopsis : Le mystérieux Harry Madox est engagé comme vendeur de voitures dans une petite ville paisible du Texas. Il fait la connaissance de la gentille et naïve Gloria, et de la torride Dolly, la femme de son patron. Entretenant une liaison avec les deux femmes, il s’intéresse également de très près à la banque locale…

 

♥♥♥♥♥

 

Hot Spot - jaquette

Hot Spot – jaquette

Dennis Hopper n’est pas que le réalisateur d’Easy Rider (1969). Pour beaucoup de cinéphiles, c’est aussi celui de Hot Spot (son sixième long métrage),  d’après le roman Je t’attends au tournant (Hell Hath No Fury) de Charles Williams en 1953. Ce thriller caniculaire sorti en 1990 rend hommage au cinéma hollywoodien des années 40-50 à travers une esthétique soignée, dans laquelle transparaît le regard acéré du photographe talentueux qu’était aussi Dennis Hopper. Mais ce qui fait également la renommée de Hot Spot, c’est bien évidemment son trio d’acteurs principal, sexy en diable. Don Johnson trouve l’un, si ce n’est son plus grand rôle, et le bellâtre-macho se voit entouré par deux bombes atomiques, Jennifer Connelly, âgée de 20 ans, et Virginia Madsen, formidable et probablement l’une des actrices les plus sous-estimées. Sur une musique de Jack Nitzsche mêlée aux morceaux de John Lee Hooker, Miles Davis, Taj Mahal, Tim Drummond et Roy Rogers, l’œuvre de Dennis Hopper nous plonge dans une petite bourgade paumée des Etats-Unis, avec ses habitants qui vivent sans penser au lendemain. Les hommes chiquent le tabac et s’épongent la nuque sous le soleil ardent, les femmes, tout aussi suintantes, le font bien comprendre, notamment à ce « pauvre » Harry qui débarque un beau matin. Il trouve un travail grâce à sa tchatche et convoite la banque de la ville. Mais c’était sans compter sur sa rencontre avec la jeune et superbe secrétaire, la brune Gloria, et la vénéneuse et provocante femme de son patron, la blonde Dolly, véritable femme fatale, qui vont contrecarrer ses plans.

 

Don Johnson, Virginia Madsen et Jennifer Connelly dans Hot Spot de Dennis Hopper

Don Johnson, Virginia Madsen et Jennifer Connelly dans Hot Spot de Dennis Hopper

 

Il y a du David Lynch dans Hot Spot. Dennis Hopper a d’ailleurs joué dans Blue Velvet quatre ans auparavant. L’esthétique puise ici dans celle des années 50 ; du rouge éclatant (photo signée Ueli Steiger), aux décors en passant par les lèvres pulpeuses de Virginia Madsen. Les tubes rétro soulignent l’ensemble et crée un décalage avec la contemporanéité de l’action. Hot Spot, tirant son nom de la boîte à striptease de la ville, est une œuvre hors du temps, qui convoque à la fois Boulevard du Crépuscule de Billy Wilder, des personnages archétypaux du film noir, les peintures d’Edward Hopper et les couleurs acidulées du Pop Art. Ajoutez à cela l’innocente, la juvénile, troublante et provocante sensualité de Jennifer Connelly qui ne laisse jamais indifférent, tout comme la sexualité effrontée de Virginia Madsen. Hot Spot est donc un film noir aux couleurs vives, nimbées d’un soleil plombant qui recouvre les corps de sueur, use les nerfs, fait ressortir les pulsions sexuelles, meurtrières, animales, inavouables. L’espoir de rédemption et d’une deuxième chance, ainsi que le retour à la virginité s’incarnent dans le personnage d’une brune angélique, peut-être pas si innocente que cela. Dans cet enfer sur Terre, les flammes semblent s’abattre et sortir des bas-fonds, même la pureté paraît souillée. L’immoralité et l’arrivisme règnent en maître. Dennis Hopper codifie volontairement son récit pour le spectateur, puis sur un rythme languissant, détourne et triture les règles pour livrer une atmosphère surprenante, passionnante, sulfureuse et excitante.

 

 

 

Jennifer Connelly dans Hot Spot de Dennis Hopper

Jennifer Connelly dans Hot Spot de Dennis Hopper

TEST BLU-RAY : Seul supplément au programme de cette édition de Wild Side, Hopper par Hopper, une leçon de cinéma (28’) a été enregistré à l’occasion de la rétrospective dédiée au cinéaste d’octobre à décembre 2008. L’acteur, réalisateur, poète, peintre et photographe évoque ici son apprentissage à la fameuse Lee Strasberg Acting School. Il parle également de ses rencontres avec Marlon Brando et James Dean, mais aussi du travail de l’émotion au cinéma et ses inspirations pour Easy Rider. Un très beau moment. Si l’image affiche une propreté indéniable avec des couleurs souvent ravivées, le piqué n’est pas toujours renforcé et la profondeur de champ laisse parfois à désirer. Si le cadre est habilement exploité, les contrastes ne sont pas aussi fermes qu’attendus. Certains plans manquent de netteté et se révèlent même légèrement flous. Les scènes sombres posent également problème avec un grain plus appuyé. Toutefois, la colorimétrie retrouve un éclat et une chaleur inédits, un équilibre indéniable (malgré des visages un peu rosés) et un étalonnage plus conforme aux partis pris esthétiques originaux. Les mixages anglais et français DTS-HD Master Audio 2.0 sont propres et distillent parfaitement la musique sensuelle. La piste anglaise (avec les sous-titres français imposés) est la plus équilibrée du lot, avec une homogénéité entre les dialogues et les bruitages. Au jeu des différences, la version française (au doublage excellent) s’avère un peu trop axée sur les voix, mais ne manque pas d’ardeur, surtout en ce qui concerne le rendu musical. Le changement de langue est impossible à la volée et nécessite le retour au menu contextuel.

 

 

 

  • HOT SPOT (The Hot Spot) de Dennis Hopper, disponible en DVD/Blu-ray le 2 septembre 2015.
  • Avec : Don Johnson, Virginia Madsen, Jennifer Connelly, Charles Martin Smith, William Sadler, Jerry Hardin, Barry Corbin, Jack Nance, Virgil Frye, Debra Coleman, Margaret Bowman…
  • Scénario : Nona Tyson, d’après le roman Hell Hath No Fury de Charles Williams
  • Production : Paul Lewis, Deborah Capogrosso
  • Photographie : Ueli Steiger
  • Montage : Wende Phifer Mate
  • Décors : Cary White
  • Costumes : Mary Kay Stolz
  • Musique : Jack Nitzsche
  • Editeur : Wild Side Vidéo
  • Tarif : 24,99 €
  • Durée : 2h10
  • Date de sortie initiale : 16 janvier 1991

.

Commentaires

A la Une

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Oppenheimer : Les enjeux du prochain film de Christopher Nolan

La pandémie, qui a stoppé le monde sur près de deux ans, a également provoqué le divorce entre Christopher Nolan… Lire la suite >>

Pam & Tommy : Première bande-annonce rock’n’roll

La surprenante minisérie d’Hulu sur la fuite d’une sextape entre Pamela Anderson et Tommy Lee, dévoile ses premières images avant… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts