Synopsis : Jay est un jeune vendeur de disques. Récemment insomniaque et dénué de toute émotion, il est en proie à une présence étrange, qui deviendra son bourreau, mais aussi son libérateur.

 

♥♥♥♥

 

Noct - affiche

Noct – affiche

Vincent Toujas étonne avec Noct. Ce réalisateur français trentenaire ne cesse d’ailleurs de faire voyager son court métrage en multipliant les prix et les nominations dans différents festivals. Ingénieur en traitement d’images faisant ses gammes dans la fiction courte, le clip et la publicité, il se lance aujourd’hui dans le grand bain de la réalisation audiovisuelle en affichant clairement ses ambitions. Noct évoque (in)consciemment la thématique du Horla, figure emblématique du double, brillamment imaginée par Guy de Maupassant dans une nouvelle publiée en 1885. Son inspiration, Vincent Toujas la puise cependant dans les tréfonds de ses références cinématographiques. En tant que grand amateur de films de monstre, le cinéaste a conçu une bestiole savamment mise en scène. « J’ai été bercé par Alien, le symbole même du film de monstre, tout comme La Mouche, Gremlins, Critters, Predators et autres. […]. Avec Noct, je voulais faire une sorte de film de monstre à la française, suggéré et intimiste, près du personnage ». Et le résultat s’avère pour le moins convaincant. Si Toujas ne l’évoque donc pas, le Horla est toutefois représenté sous les traits de la créature, miroir des troubles de Jay. Inventé par Maupassant, le motif du Horla désigne littéralement une chose « hors » et « là ». Une figure présente et concrète mais située en-dehors du moi, à l’aura spectrale. Toute l’ambiguïté du récit repose précisément sur les doutes liés à la nature de cet être, une démence passagère ou une véritable force occulte.

 

Noct de Vincent ToujasNoct de Vincent ToujasNoct de Vincent ToujasNoct de Vincent Toujas

 

Dans Noct, le personnage doit faire face à une énergie qui le dépasse et le pousse à surmonter sa nature propre. Attachant mais un peu banal, il représente un homme troublé par sa perception du réel. La scène de lacération témoigne, dans cette optique, du vide intérieur ressenti par le protagoniste. Un vide à la fois psychologique et physique. La bête intervient alors malicieusement en laissant une empreinte véritablement horrifique au récit écrit par Giles Daoust. D’abord, tapie dans la pénombre, elle se nourrit des troubles de Jay et renforce ainsi ses douloureuses apparitions. De douleur, il en est question dans la séquence de confrontation, qui se mue en judicieuse démonstration gore, déversant son lot de sensations fortes. Les lumières portent véritablement la séquence, notamment le jeu d’ombres sur le mur, et permettent d’attirer l’attention sur la conception du monstre. La mise en scène est soignée, à l’image de l’ambiance calfeutrée qui berce l’appartement, le théâtre du mal.

 

Pas à pas, Vincent Toujas confie donc les clés du récit à une créature cauchemardesque et remarquablement confectionnée selon des motifs clairement définis. Il choisit de la faire apparaître en plein espace public, un snack-bar à l’allure typiquement américaine, en montrant le visage incrédule des clients face au comportement de Jay. Cette belle séquence permet à Noct de voguer vers une forme d’ironie réjouissante à l’univers de Toujas en faisant passer le personnage au second plan. La thématique du double est ici développée dans le but de laisser une place dominante à la représentation même de ces maux. Le monstre constitue bien l’atout majeur du film et l’une de ses plus grandes réussites. Car, en décidant d’affronter sa psychose, le protagoniste s’affirme et semble parvenir à surmonter ses peurs. Une fois la bête disparue, le court métrage perd significativement en intensité. Les deux séquences finales souffrent à ce titre de quelque longueur. Mais qu’on ne s’y trompe pas, cette petite perle française reste une réelle réussite témoignant d’une maîtrise certaine et du style singulier développé par Vincent Toujas. Comme dans la nouvelle du Horla, qui s’empare à jamais de l’âme du narrateur, la longueur du dernier plan de Noct, centré sur le regard étrangement pensif de Jay, laisse songer que le monstre patiente silencieusement dans son antre.

 

 

 

  • NOCT réalisé par Vincent Toujas, disponible gratuitement le lundi 26 octobre pour Halloween via le site officiel du film
  • Avec : Thomas Barraud, Julien Marot
    Scénario : Giles Daoust
    Production : Giles Daoust et Vincent Toujas
  • Photographie : Thomas Pantalacci
  • Effets Spéciaux : David Scherer
  • Concert Art : Kévin Macio
  • Montage : Vincent Toujas
  • Décors : Aurélie Faugier, Charlène Sales
  • Costumes : Aurélie Fougier
  • Musique : Ernst W.Meinrath
  • Durée : 15min

.

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts