The Dressmaker de Jocelyn Moorhouse: critique

Publié par Laurianne de Casanove le 21 décembre 2015

Synopsis : 1951, après 20 ans d’absence, Tilly Dunnage revient à Dungatar, sa ville natale, perdue dans l’arrière pays australien. La jeune femme est là pour s’occuper de sa mère malade mais aussi pour faire payer tous ceux qui l’ont fait souffrir. Alors qu’elle était enfant, les habitants l’ont chassée, la pensant responsable de la mort d’un élève de sa classe. Tilly est bien décidée à se venger. Ses armes ? Une machine à coudre et un sacré sens du style. À coup de robes dernier cri et de séances de relooking, elle va reconquérir sa place dans la communauté et découvrir la vérité sur son passé.

 

♥♥♥♥♥

 

The Dressmaker - poster

The Dressmaker – poster

The Dressmaker marque le grand retour de Jocelyn Moorhouse au cinéma, dix-huit ans après The Secrets. Un événement, marqué par le choix de la réalisatrice australienne de la très populaire Kate Winslet comme tête d’affiche. Tiré du roman éponyme de Rosalie Ham, cette comédie dramatique a de quoi surprendre. Imaginez une petite communauté perdue au milieu du désert australien, des matchs de rugby dans la poussière, des cancans, des préjugés. Ajoutez à cela un numéro de Vogue des années 1950, avec boas, paillettes et fume-cigarettes. Vous obtenez The Dressmaker ; un mélange improbable et plutôt plaisant pour tous les amateurs de mode et d’humour déjanté. Les costumes sont sublimes et le contraste entre les robes haute couture et les paysages désertiques vaut le détour. S’il règne ici une flamboyance kitsch et foutraque qui fait le charme du cinéma australien, The Dressmaker ne tient pourtant pas réellement ses promesses. Le premier problème vient du scénario. Policier, bluette, comédie ? La réalisatrice a du mal à choisir et finit par s’égarer à force de va-et-vient. L’histoire démarre pourtant bien, sur une musique de western-spaghetti, avec du sable rouge et une créature sexy bien décidée à en découdre avec ceux qui l’ont chassée vingt ans plus tôt. Tilly (Kate Winslet) annonce d’emblée la couleur : « I am back, you bastards ». Hélas, notre héroïne s’éprend du beau gosse local (Liam Hemsworth) et la plaisanterie tourne court. Sortez les violons, la musique de David Hirschfelder change de ton et la comédie vire au mélodrame. Entre le flic travesti (Hugo Weaving), le pharmacien bossu et une galerie de personnages tous plus déjantés les uns que les autres, le récit passe sans cesse du mystère à la romance et du grand-guignol au film à suspense. Vengeance, amour, rédemption, n’en jetez plus, la coupe est pleine. Reste cependant la photo de Donald McAlpine, particulièrement soignée, et des acteurs plutôt inspirés.

 

Kate Winslet et Liam Hemsworth dans The Dressmaker

Kate Winslet et Liam Hemsworth dans The Dressmaker

 

Cependant, les prises de vue aériennes de la scène d’ouverture sont remarquables. McAlpine a beau faire figure de vétéran dans le monde du cinéma (il est né en 1934), son travail démontre toujours parfaitement son talent. Aux images de désert australien accablé par le soleil répondent des flashbacks aux couleurs sépia. Ce changement d’atmosphère nous ramène à l’époque où Tilly a quitté la communauté après la mort d’un autre enfant du village. L’effet est plutôt réussi et renforce le côté dramatique du récit. Quant aux acteurs, Kate Winslet est plus glamour que jamais et prend un malin plaisir à jouer les vamps. Plutôt à l’aise dans un répertoire comique, on appréciera son air blasé et sa parfaite maîtrise de l’accent australien. À ses côtés, Judy Davis (Molly) évite l’excès de jeu et parvient elle aussi à nous séduire dans le rôle de la mère indigne. The Dressmaker prend souvent l’allure d’un patchwork des grands classiques australiens : il y a quelque chose de The Year My Voice Broke dans cette bourgade où tout le monde s’épie, une touche de Ballroom Dancing dans cette manie de relooker à tout va, et une bonne dose de Priscilla, folle du désert et de Muriel à travers cette galerie de personnages farfelus et névrosés. Si ce mélange a du mal à nous convaincre pleinement et est souvent maladroit, The Dressmaker reste malgré tout attrayant.

 

 

 

  • THE DRESSMAKER réalisé par Jocelyn Moorhouse ne dispose pas encore de date de sortie en France.
  • Avec : Kate Winslet, Liam Hemsworth, Hugo Weaving, Sarah Snook, Judy Davis, Caroline Goodall, Kerry Fox, Rebecca Gibney, Julia Blake, Shane Jacobson, Barry Otto…
  • Scénario : J.P Hogan, Jocelyn Moorhouse
  • Production : Sue Maslin
  • Photographie : Donald McAlpine
  • Montage : Jill Bilcock
  • Décors : Lisa Thompson
  • Costumes : Marion Boyce, Margot Wilson
  • Musique : David Hirschfelder
  • Distribution : non encore précisé en France
  • Durée : 1h58

.

Commentaires

A la Une

Top Gun Maverick : Tom Cruise face à son passé sur une nouvelle photo du tournage

Sur son compte Instagram, l’acteur a dévoilé une photo prise sur le tournage de la suite du classique de Tony… Lire la suite >>

Norman Lloyd, compositions extraordinaires

Disparu le 11 mai 2021 à l’âge de 106 ans, Norman Lloyd reste encore méconnu des cinéphiles. Dirigé par Orson… Lire la suite >>

Lisey’s Story : une première bande annonce pour la nouvelle série écrite par Stephen King

Réalisée par Pablo Larraín, avec en vedette Julianne Moore et Clive Owen, cette nouvelle série adaptée d’un roman de Stephen… Lire la suite >>

Killers of the Flower Moon : première image avec Leonardo DiCaprio et Lily Gladstone

Produit par Apple, le prochain film de Martin Scorsese mettra en scène une histoire de meurtres d’une tribu amérindienne dans… Lire la suite >>

Venom 2 : Carnage se dévoile dans une première bande-annonce

Comme le titre original le laisse entendre, Let There Be Carnage, Venom affrontera son ennemi Carnage dans cette suite attendue exclusivement… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts