Sortie Blu-ray/ Lenny de Bob Fosse: critique

Publié par Thierry Carteret le 30 mars 2016

Synopsis : Après la mort du comique américain le plus célèbre et le plus controversé des années 60, un intervieweur recueille les témoignages de ses proches et tente de retracer sa vie… En écumant les cabarets, Lenny Bruce rencontre Honey, une stripteaseuse qui devient sa compagne. Ensemble, ils créent un duo qui flirte avec le politiquement incorrect, et Lenny devient un provocateur admiré pour ses saillies cinglantes contre la société américaine bien-pensante.

♥♥♥♥♥

 

Lenny de Bob Fosse - jaquette

Lenny de Bob Fosse – jaquette

Lenny Bruce – de son vrai nom Leonard Alfred Schneider -, célèbre comique issu d’une modeste famille juive américaine, est considéré aujourd’hui comme l’inventeur du stand-up. Il reste une référence pour de nombreux comiques actuels. Bob Fosse décrit ici la carrière et la vie mouvementée de cet homme à la fois génial, provocateur et autodestructeur. L’histoire de Lenny, qui demeure l’un des chefs-d’œuvre du réalisateur de Cabaret (1972) et Que le spectacle commence (1980), c’est celle de l’Amérique des années 1950-60, puritaine et enfermée dans la bien-pensance et le politiquement correct. Lenny est l’homme qui met à jour l’hypocrisie des institutions américaines en abordant dans ses spectacles le racisme envers les communautés, la guerre du Vietnam, le sexe ou encore le puritanisme religieux. En guise de réponse à une censure qui tente de le museler, il repousse les limites de la provocation. La succession d’arrestations pour obscénité et les procès, qu’il perd en même temps que sa fortune, achèvent de l’épuiser aussi bien physiquement que nerveusement. Dans sa vie personnelle, il doit également se battre pour préserver son mariage avec la strip-teaseuse Honey Harlow qui sombre dans la drogue, l’alcool et la déchéance. Contraint d’élever un enfant sans sa compagne, en prison, Lenny finit sa vie prématurément à 40 ans alors que, totalement nu, il s’injectait une ultime dose de drogue sur le siège de ses toilettes le 3 août 1966. Le brillant artiste avait dès lors perdu sa bataille pour la liberté d’expression.

.

LennyLennyLennyLenny

.

Au départ, on doit ce projet d’adaptation à Marvin Worth, manager de Lenny Bruce, qui a pris contact avec le scénariste Julian Barry pour écrire un film-hommage suite à son décès. Barry et Worth se connaissaient déjà pour fréquenter les mêmes endroits, notamment les clubs de jazz ; Worth fut d’ailleurs l’agent de Charlie Parker. Faute d’investissement suffisant, Lenny est devenu d’abord une pièce à Broadway. Son succès a attiré rapidement des producteurs et des réalisateurs dont Bob Fosse, auréolé de 8 Oscars pour Cabaret. Ce dernier est un homme complexe dont la vie et le travail sont nourris par la passion, le doute, la dépression et les femmes. Il avait une vision toute personnelle de son biopic sur Lenny Bruce. Si son choix de tourner en noir et blanc a réfréné d’abord les diffuseurs des chaînes de télévision américaines, il s’est imposé rapidement comme une nécessité. Bob Fosse et son scénariste se sont inspirés des reportages et des interviews d’époque, ce qui donne cet aspect documentaire, renforcé par le grain de l’image monochrome. Ce résultat est rendu grâce au directeur de la photographie Bruce Surtees, qui avait déjà à son actif Un frisson dans la nuit, L’homme des hautes plaines, L’inspecteur Harry, Les proies. Choix judicieux ; ce noir et blanc granuleux et contrasté s’avère l’un des nombreux points forts de Lenny, qui a d’ailleurs valu à Surtees une citation à l’Oscar de la meilleure photographie. Fosse a également opté pour un montage qui mêle passé et présent. Si les témoignages, les moments de vie et la carrière de Lenny Bruce ajoutent de l’authenticité, ils construisent surtout un portrait fidèle de l’humoriste. Ce procédé n’est d’ailleurs pas sans rappeler Citizen Kane d’Orson Welles.

.

LennyLennyLennyLenny

.

Bien sûr, la réussite de Lenny revient à Dustin Hoffman. Outre la ressemblance physique, le comédien livre l’une des performances les plus marquantes de sa carrière. Au départ pourtant, Fosse ne voulait pas d’une star et préférait Cliff Gorman, le Lenny de la pièce à Broadway. Entre Hoffman et Fosse, l’entente ne fut d’ailleurs pas au beau fixe ; le comédien a dû subir de nombreuses petites humiliations. Toujours terriblement exigeant, le réalisateur a épuisé son interprète principal et l’ensemble de son équipe. La sensuelle et gironde Valérie Perrine (Superman), qui incarne Honey, la compagne de Lenny, en a fait également les frais. Fosse n’a pas hésité à inventer que son petit ami est décédé dans un accident d’avion pour repousser ses limites émotionnelles lors d’une séquence de procès. Le résultat fut cependant payant ; elle a obtenu le Prix d’interprétation à Cannes en 1975 et le BAFTA de la révélation de l’année en 1976. Honey, la belle strip-teaseuse qui tombe amoureuse de Lenny avant de devenir sa compagne pour le meilleur – et surtout pour le pire – reste en effet son plus beau rôle. Lenny, nommé pour 6 Oscars, s’avère encore aujourd’hui une réussite exemplaire, retranscrivant à la fois magnifiquement les séquences scéniques des one man show, les dialogues provocateurs et les moments intimes de vie de cet artiste engagé. Doté d’un budget de seulement 2 millions de dollars, dont la moitié a été octroyée à Dustin Hoffman, ce classique est non seulement l’un des biopics de référence mais aussi rejoint sans doute les œuvres majeures du Nouvel Hollywood, aux côtés des premières réalisations de Coppola, Spielberg ou Scorsese…

.

.

Blu-ray : Cette édition collectof, proposée par Wild Side, est vraiment à saluer. Le très beau travail de restauration en HD est d’une beauté et d’une précision remarquable ; une qualité que vient confirmer le directeur de la photographie Darius Khondji dans un entretien passionnant de trente minutes. À l’instar de LE SOLITAIRE de Michael Mann (notre critique) et de LOVE STREAMS de John Cassavetes (notre critique), ce master est également agrémenté d’un livre de 200 pages, intitulé Seul sur scène, écrit par Samuel Blumenfeld. Le journaliste raconte la préparation et le tournage de Lenny et offre un portrait intéressant et détaillé de Bob Fosse ; la vie excessive et la personnalité particulière du cinéaste se confond à bien des égards avec celle du héros de son film.

.

.

.

  • LENNY de Bob Fosse est disponible en combo DVD + Blu-ray + Livre le 30 mars 2016.
  • Avec : Dustin Hoffman, Valerie Perrine, Jan Miner, Stanley Beck, Frankie Man, Rashel Nivikoff, Gary Morton, Mark Harris…
  • Scénario : Julian Barry
  • Production : Marvin Worth
  • Photographie : Bruce Surtees
  • Montage : Alan Heim
  • Décors : Joel Schiller
  • Costumes : Albert Wolsky
  • Musique : Ralph Burns
  • Edition : Wild Side Video
  • Tarif du combo Blu-ray + DVD + Livre : 29,99 €
  • Durée : 1h51 (Blu-ray) – 1h47 (DVD)
  • Sortie en salles : 11 juin 1975

.

Commentaires

A la Une

Being the Ricardos : Amazon diffuse les premières images

Porté par Nicole Kidman et Javier Bardem, le prochain film d’Aaron Sorkin sur l’envers du décor de la série I… Lire la suite >>

La Folle Histoire du Monde : Mel Brooks annonce la suite de son film culte

Contre toute attente et quarante ans après la première, Mel Brooks et Hulu dévoilent la mise en préparation d’une Partie… Lire la suite >>

The Lost Daughter : Maggie Gyllenhaal fait ses débuts à la réalisation dans la première bande-annonce

Après une représentation mondiale remarquée au festival de Venise, Netflix dévoile les images du premier film de Maggie Gyllenhaal, attendu… Lire la suite >>

Ghostbusters Afterlife : Une nouvelle bande-annonce avant la sortie

Suite à de nombreux reports, le troisième opus de la saga SOS Fantômes arrivera finalement le 1er décembre au cinéma…. Lire la suite >>

Les Monstres : Premier aperçu du casting

À l’approche d’Halloween, Rob Zombie partage une photo officielle de son prochain film adapté de la série des années 60… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOURIR PEUT ATTENDRE 1 384 858 1 1 384 858
2 DUNE 275 234 4 2 468 407
3 BOITE NOIRE 100 553 5 970 224
4 BAC NORD 89 864 8 2 040 604
5 SHANG-CHI ET LA LEGENDE DES DIX ANNEAUX 63 480 6 1 304 432
6 POURRIS GATES 53 173 4 395 431
7 EUGENIE GRANDET 46 891 2 117 041
8 TOUT S'EST BIEN PASSE 46 137 3 220 937
9 STILLWATER 42 298 3 272 181
10 TRALALA 41 732 1 41 732

Source: CBO Box office

Nos Podcasts