Sortie Blu-ray/ Dragon, l’histoire de Bruce Lee de Rob Cohen: critique

Publié par Franck Brissard le 27 septembre 2015

Synopsis : Après un entraînement rigoureux aux arts martiaux pendant son enfance, Bruce Lee réalise enfin son rêve : ouvrir sa propre école de Kung-Fu en Amérique. Il est très vite repéré par un producteur hollywoodien. Commence alors une ascension fulgurante vers la gloire. Il devient l’un des héros de films d’action les plus charismatiques de l’histoire du cinéma mais dont le règne fut trop court.

 

♥♥♥♥♥

 

Dragon, l'histoire de Bruce Lee - jaquette

Dragon, l’histoire de Bruce Lee – jaquette

Dragon, l’histoire de Bruce Lee réalisé par Rob Cohen date en fait de 1993 mais sort seulement maintenant en Blu-ray en France. Ce biopic est une libre adaptation du livre de Linda Lee Cadwell, veuve de Bruce Lee, intitulé Bruce Lee : The Man Only I Knew. Cependant, cette histoire est passée à la sauce américaine, et certains adorateurs de l’artiste martial, réalisateur, acteur, producteur et scénariste disparu prématurément en 1973 à l’âge de 32 ans d’un œdème cérébral, ont immédiatement rejeté le film. Il est vrai que Rob Cohen n’a jamais été réputé pour sa finesse, bien qu’il ait signé quelques divertissements sympathiques comme Coeur de dragon, Fast and Furious premier du nom, et l’excellent Daylight avec Sylvester Stallone. Pourtant, il fait ici preuve de sobriété, outre certains éléments du scénario abracadabrants ou ridicules. C’est le cas concernant les cauchemars du père de Bruce Lee, lequel s’imagine une sorte de monstre lui en voulant ainsi qu’à sa famille. Le film commence d’ailleurs par cette scène et place quelques pseudo-superstitions comme leitmotiv. Le récit se contente ensuite d’illustrer les événements marquants et déterminants de celui qui devient le Petit Dragon. Cela débute dans les années 1950 lorsqu’il étudie le Wing Chun à l’école du célèbre maître Yip Man. Puis, à l’aide d’un fondu enchaîné malin, l’enfant grandit et devient un jeune adulte. On voit alors Bruce Lee se débarrasser de quelques soldats américains venus parasiter la fête des lampions. Dragon se dévide ainsi, respectant un cahier des charges sans se fouler. Il arrive aux Etats-Unis où il devient plongeur dans un restaurant de San Francisco en 1962 avant de rencontrer et de se marier avec Linda Emerly en 1964. S’ensuivent ses premiers enseignements, l’inauguration de sa première école d’arts martiaux et l’invention du Jet Kun Do. Il est ensuite repéré par un producteur qui lui propose alors d’être la co-vedette de la série télévisée Le Frelon Vert, avant d’obtenir le premier rôle dans Big Boss en 1971. Le reste appartient à la légende.

 

Jason Scott Lee dans Dragon, l'histoire de Bruce Lee de Rob Cohen

Jason Scott Lee dans Dragon, l’histoire de Bruce Lee de Rob Cohen

 

Le cinéaste emballe soigneusement son troisième long métrage avec l’aide d’une belle photographie et de l’investissement de son acteur principal, Jason Scott Lee (aucun lien), acteur mais surtout spécialiste en arts martiaux. S’il s’en sort parfaitement dans les scènes de combats et démonstrations physiques, le comédien d’origine hawaïenne n’a pas le magnétisme de l’icône chinoise et ressemble à un cousin éloigné de Justin Long. Néanmoins, il porte le film sans dommage et campe un Bruce Lee attachant, y compris dans ses contradictions vers la fin de sa vie où absorbé par son travail, il délaisse sa femme et ses deux enfants. Son épouse est d’ailleurs impeccablement interprétée par Lauren Holly, avant de se faire réellement connaître dans Dumb & Dumber. Le problème récurrent de Dragon émane de la volonté des scénaristes de tracer seulement les grandes lignes de l’histoire de Bruce Lee, en les mettant en scène comme dans les films qui ont fait sa renommée internationale.

 

Du coup, les combats, qui sont supposés s’être déroulés dans sa vie privée, n’ont rien de crédible et ce jusqu’à la fin – mention au célèbre cri du Petit Dragon lorsqu’il tabasse. Par ailleurs, les fans du Bruce Lee « acteur » doivent attendre la dernière demi-heure, qui semble d’ailleurs relativement expédiée. En même temps, rétrospectivement, la carrière cinématographique triomphale de Bruce Lee n’a duré que 5 films, tournés de 1971 à 1973. Dragon, l’histoire de Bruce Lee est dédié à la mémoire de Brandon Lee, décédé accidentellement l’année de la sortie du film sur le tournage de The Crow. Aujourd’hui, un nouveau biopic consacré au Petit Dragon est en préparation par sa fille Shannon et devrait être réalisé par George Nolfi (L’Agence).

 

 

 

Jason Scott Lee et Lauren Holly dans Dragon, l'histoire de Bruce Lee de Rob Cohen

Jason Scott Lee et Lauren Holly dans Dragon, l’histoire de Bruce Lee de Rob Cohen

TEST BLU-RAY : L’image de l’édition HD de Dragon, l’histoire de Bruce Lee redonne un petit coup de jeune au film de Rob Cohen. La copie est stable, propre, débarrassée des poussières, imperfections et autres scories diverses qui demeuraient visibles sur les anciennes éditions DVD. La gestion du grain original demeure solide, l’image est souvent éclatante, la palette colorimétrique est revue à la hausse et les contrastes sont à l’avenant. En revanche, les amateurs de piqué et de détails risquent d’être légèrement déçus : le relief manque à l’appel, notamment durant la partie californienne. L’image de Dragon, l’histoire de Bruce Lee, qui date de 1993, ne rivalise pas avec les standards HD plus récents. Toutefois, cette édition Blu-ray surpasse aisément les précédentes versions. Si l’éditeur s’embarrasse d’une multitude de pistes sonores, la version originale proposée en DTS HD Master Audio 5.1 surpasse son homologue française DTS 5.1, même si cette dernière s’en sort finalement très bien. Si ce n’est pas un film référence avec lequel vous pouvez pousser les enceintes à fond pour tester votre installation, de nombreuses séquences (les scènes de cauchemars, les séquences de bastons) permettent de bénéficier d’une remarquable spatialisation et d’un mixage d’une clarté absolue. Malheureusement, l’éditeur n’a même pas trouvé une seule bande-annonce en guise de supplément alors que le DVD et le Blu-ray américain en regorgent. Notons tout de même que le montage présenté ici par Universal est inédit et enfin proposé en version intégrale.

 

 

 

  • DRAGON, L’HISTOIRE DE BRUCE LEE (Dragon : The Bruce Lee Story) réalisé par Rob Cohen, disponible en Blu-ray depuis le 1er septembre 2015.
  • Avec : Jason Scott Lee, Lauren Holly, Nancy Kwan, Robert Wagner, Michael Learned, Forry Smith, John Cheung, Ric Young,…
  • Scénario : Edward Khmara, John Raffo, Rob Cohen d’après le livre de de Linda Lee Cadwell
  • Production : Raffaella De Laurentiis
  • Photographie : David Eggby
  • Montage : Peter Amundson
  • Décors : Dayna Lee
  • Costumes : Carol Ramsey
  • Musique : Randy Edelman
  • Edition : Universal Pictures Vidéo
  • Durée : 2h
  • Distribution cinéma : Universal Pictures
  • Date de sortie initiale : 23 juin 1993

.

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts