Le Chasseur et la Reine des Glaces de Cédric Nicolas-Troyan : critique

Publié par Laurianne de Casanove le 19 avril 2016

Synopsis : Il y a fort longtemps, bien avant qu’elle ne tombe sous l’épée de Blanche-Neige, la reine Ravenna avait dû assister, sans mot dire, à la trahison amoureuse qui avait contraint sa sœur Freya à quitter leur royaume, le cœur brisé. Celle que l’on appelait la jeune reine des glaces, à cause de son habilité à geler n’importe quel adversaire, s’employa alors à lever une armée de guerriers impitoyables, au fond d’un palais glacé. Mais au sein même de ses rangs Eric et Sara allaient subir son impitoyable courroux pour avoir enfreint l’interdit : tomber amoureux. Plus tard, à l’annonce de la défaite de sa sœur, Freya envoie ses guerriers récupérer le miroir dont elle est la seule à pouvoir catalyser les sombres facultés. Des tréfonds dorés de la psyché, elle réussit à ressusciter Ravenna. Les deux sœurs vont alors retourner leur puissance maléfique, décuplée par la rage, sur le royaume enchanté. Leur armée s’avèrera désormais invincible…à moins que… les deux proscrits qui avaient jadis trahi la règle d’or, subissant l’exil et la séparation, ne parviennent à se retrouver…

♥♥♥♥♥

 

Le Chasseur et la Reine des Glaces - affiche

Le Chasseur et la Reine des Glaces – affiche

Quatre ans après Blanche-Neige et le Chasseur, Chris Hemsworth et Charlize Theron se retrouvent dans Le Chasseur et la Reine des Glaces. Cette fois, le bellâtre doit retrouver le fameux miroir de la Méchante Reine avant que celui-ci ne tombe entre les mains d’une autre souveraine, tout aussi belle et cruelle que Ravenna (Charlize Theron). Le premier reproche ici, c’est son manque d’imagination. En ajoutant le personnage de Freya (Emily Blunt) au scénario, Universal Pictures surfe ainsi sur le phénomène de La Reine des Neiges ; la donzelle ne chante pas à tue-tête et préfère la glace que la neige. Il y a donc deux sœurs de sang royale, une rivalité sororale et un traumatisme qui pousse l’une des deux à s’exiler dans un pays lointain. Pas très nouveau donc. Même l’idée de mélanger plusieurs contes a un air de déjà-vu. L’univers de ce second volet lorgne du côté de la Terre du Milieu et l’allure de Sarah, la guerrière interprétée par Jessica Chastain, n’est pas sans rappeler une certaine Katniss Everdeen avec son arc et ses flèches. Si l’on ajoute à cela le fait que les ressorts du scénario sont un peu éculés, on se retrouve au final avec une histoire trop prévisible et quelques longueurs. Pour son premier long métrage en tant que réalisateur, c’est un peu comme si Cédric Nicolas-Troyan avait voulu trop bien faire et rassembler tout ce qui fonctionne au cinéma en ce moment : amour, action, heroic fantasy et sœurs sublimes qui se déchirent. À la fois suite et prequel de Blanche-Neige et le Chasseur, Le Chasseur et la Reine des Glaces a donc du mal à faire des choix. En plus de cette dualité temporelle, il y a deux intrigues là où une seule aurait suffi. D’un côté, la rivalité entre Ravenna et Freya ; de l’autre une histoire d’amour entre le chasseur Eric et Sara. Pourtant, malgré ces défauts, le film reste agréable à regarder.

.

Le Chasseur et la Reine des GlacesLe Chasseur et la Reine des GlacesLe Chasseur et la Reine des GlacesCharlize Theron dans Le Chasseur et La Reine des Glaces

.

Ceci tient d’abord à la performance de ses acteurs. Ou plutôt actrices. Charlize Theron, Jessica Chastain et Emily Blunt sont au meilleur de leur forme. Aussi belles que talentueuses, les trois comédiennes donnent à elles seules envie de se déplacer dans les salles obscures. La première, tout en regard de velours et sourire sadique, est visiblement très à son aise dans le rôle de la méchante. La seconde convainc elle aussi en amazone tiraillée entre ses sentiments amoureux et son allégeance à la reine. Et la troisième apporte à son personnage une certaine fragilité évitant l’écueil de la caricature. Face à elles, Chris Hemsworth s’en sort bien en séducteur un peu bourru, même si on ne sent pas vraiment d’alchimie avec Jessica Chastain. On en vient presque à préférer le duo qu’il forme avec Sheridan Smith, qui incarne une naine rebelle pas insensible aux charmes du gaillard. Particulièrement drôle dans le rôle, l’actrice britannique fait partie des bonnes surprises.

.

Le Chasseur et la Reine des Glaces fonctionne aussi du point de vue esthétique ; les images baignent dans une lumière laiteuse qui donne à l’ensemble un intérêt nouveau. Les costumes de Colleen Atwood sont un autre point fort. D’une infinité de détails, les robes des deux souveraines sont des éléments à part entière du récit. Elles transforment Charlize Theron et Emily Blunt en créatures mythologiques faites de chair, de tissus, de plumes et de métal. Côté réalisation, on peut regretter l’emploi excessif de la voix off. Pour le reste, Cédric Nicolas-Troyan parvient à retranscrire le souffle qui convient à ce genre de récit et la musique vient joliment souligner son propos. Dans l’ensemble, Nicolas-Troyan nous rappelle que le Français a d’abord supervisé les effets spéciaux de nombreux films, dont Blanche-Neige et le Chasseur qui lui avait valu une nomination aux Oscars en 2013. Chaque image est embellie numériquement ; les immenses murs de glace qui se dressent brusquement et la vague ondoyante et dorée qui glisse hors du miroir enchantée n’en sont que quelques exemples. Au final, cette deuxième aventure du Chasseur sans Blanche-Neige est un sympathique divertissement. Une resucée de conte de fées où les héroïnes sont splendides, indépendantes et ont mieux à faire que d’attendre le Prince Charmant.

.

.

.

  • LE CHASSEUR ET LA REINE DES GLACES (The Huntsman: Winter’s War) réalisé par Cédric Nicolas-Troyan en salles le 20 avril 2016.
  • Avec : Chris Hemsworth, Emily Blunt, Jessica Chastain, Charlize Theron, Sheridan Smith, Rob Brydon, Nick Frost, Alexandra Roach, Sam Claflin, Sophie Cookson, Niamh Walton, Conrad Khan, Sope Dirisu, Sam Hazeldine, Colin Morgan.
  • Scénario : Evan Spiliotopoulos et Craig Mazin, d’après des personnages créés par Evan Daugherty.
  • Production : Joe Roth
  • Photographie : Phedon Papamichael
  • Montage : Conrad Buff
  • Décors :  Dominic Watkins
  • Costumes : Colleen Atwood
  • Musique :  James Newton Howard
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 1h54

.

Commentaires

A la Une

Les nommés aux César 2022

Ce mercredi 26 janvier, Véronique Cayla, Présidente de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, a communiqué les films sélectionnés… Lire la suite >>

Brad Pitt et Damien Quintard relancent le studio d’enregistrement Miraval dans le sud de la France

C’est durant l’été 2022 que les portes du nouveau studio Miraval rouvriront après une refonte par Brad Pitt, aidé du… Lire la suite >>

Civil War : Kirsten Dunst dans le prochain Alex Garland

Le réalisateur britannique Alex Garland continue sa collaboration avec A24 pour produire son prochain film Civil War, avec Kristen Dunst… Lire la suite >>

Nyad : Jodie Foster rejoint Annette Bening dans le biopic consacré à Diana Nyad

Jodie Foster sera aux côtés d’Annette Bening pour les débuts des documentaristes Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi au cinéma,… Lire la suite >>

The Girl From Plainville : premier aperçu d’Elle Fanning dans la série tirée de l’affaire Commonwealth v. Michelle Carter

La prochaine série d’Hulu, prévue pour cet été, reviendra sur l’affaire Michelle Carter, accusée d’homicide involontaire dans le suicide de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 310 286 5 6 444 355
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 261 930 1 261 930
3 SCREAM 212 555 1 212 555
4 TOUS EN SCENE 2 145 018 4 2 147 464
5 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 131 293 3 670 114
6 OUISTREHAM 126 975 1 126 975
7 EN ATTENDANT BOJANGLES 125 509 2 353 985
8 LICORICE PIZZA 75 170 2 192 041
9 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 71 194 8 2 601 773
10 MATRIX RESURRECTIONS 61 990 4 919 226

Source: CBO Box office

Nos Podcasts