Terry Gilliam trouve un nouveau producteur pour The Man who Killed Don Quixote

The Man who Killed Don Quixote

.

.

Depuis ses débuts, l’Histoire du Cinéma a été jalonnée de « films maudits ». Des projets ont avorté, des tournages ont été retardés ou arrêtés par de multiples catastrophes, quand ce ne sont pas par les blessures, les problèmes de santé, voire même le décès d’un comédien. À moins qu’il ne s’agisse de différends artistiques entre le réalisateur et le producteur, de copies perdues à jamais ou de films censurés ou interdits. Des Rapaces d’Erich von Stroheim au NAPOLÉON de Stanley Kubrick qui n’a jamais vu le jour pour le moment, du tournage dantesque d’Apocalypse Now de Francis Ford Coppola aux péripéties des Amants du Pont-Neuf de Leos Carax, les exemples sont nombreux.

.

À la liste, est venue s’ajouter en 2000 The Man who Killed Don Quixote de Terry Gilliam, sur un scénario coécrit avec Tony Grisoni, qui pourrait enfin voir le jour sur les écrans. Le réalisateur du Zero Theoreme semble avoir trouvé la solution en la personne de Paulo Branco, figure légendaire du cinéma d’auteur, producteur, entre autres, de Wim Wenders, David Cronenberg, Raoul Ruiz et Manoel De Oliveira. Il serait donc l’interlocuteur idéal pour lui permettre de mener à bien son entreprise. L’information a été révélée par voie de communiqué via Alfama Films, la société de production. Pour l’heure, on ignore tout du casting, mais le budget est évalué à 16 millions d’euros, le tournage devrait débuter en septembre de cette année et se dérouler en Espagne et au Portugal.

.

L’idée d’adapter l’œuvre de Miguel de Cervantes germe dans l’esprit de Terry Gilliam en 1990. Mais il ne commence à le tourner que dix ans plus tard, après avoir connu notamment quelques difficultés pour boucler le budget de cette coproduction européenne. Le casting réunit alors Jean Rochefort, Johnny Depp, Vanessa Paradis et Rossy de Palma. Le tournage tourne rapidement au fiasco. Les extérieurs se déroulent non loin de Madrid, près d’une base aérienne et le vol des avions militaires rend impossible la prise de son direct. Des pluies diluviennes s’abattent sur la région et endommagent une partie du matériel. Enfin, Jean Rochefort souffre d’un mal de dos. Une double hernie discale est diagnostiquée et le comédien n’a plus la capacité physique de tenir son rôle. La production prend du retard, René Cleitman, le producteur français, doit se retirer. Le film n’ira donc pas plus loin. De ce cauchemar naîtra néanmoins Lost in La Mancha, un documentaire passionnant réalisé en 2002 par Keith Fulton et Louis Pepe.

.

Le génial créateur de Brazil (1985) et de L’Armée des douze singes (1995) n’abdique pas. Après avoir récupéré les droits de son scénario en 2008, il le remanie et songe à associer Robert Duvall et Ewan McGregor. Cependant, en juillet 2010, il perd son financement. Il ne baisse pas les bras pour autant. Fin 2011, le projet est relancé avec l’arrivée d’un nouveau producteur. Les problèmes d’argent le font capoter une nouvelle fois, mais provisoirement, car il va de nouveau être à l’ordre du jour, avant d’échouer encore. On le croit enterré une bonne fois pour toute, mais il refait surface en mai 2014, avec Jack O’Connell et John Hurt au générique, et le soutien d’Amazon Studios. C’était sans compter sur la défection de l’un des partenaires financiers et l’état de santé de l’interprète d’Elephant Man, atteint d’un cancer du pancréas, qui l’oblige à renoncer.

.

Après les problèmes rencontrés lors de la production des Aventures du Baron de Münchausen, le drame du décès de Heath Ledger en plein tournage de L’Imaginarium du Docteur Parnassus, la possibilité de voir son Don Quichotte serait la plus belle des façons de récompenser l’opiniâtreté de Terry Gilliam. 

.

Le livre de Cervantes a déjà fait l’objet de plusieurs adaptations au cinéma, parmi lesquelles une version de Georg Wilhelm Pabst en 1933 et une, soviétique, de Grigori Kozintse en 1957. Orson Welles s’est lui aussi intéressé au chevalier errant. En 1955, il s’attelle au projet et finit par y renoncer. C’est Jess Franco qui le terminera, mais en 1991.

.

On croise donc les doigts pour The Man who killed Don Quixote.

Commentaires

A la Une

Labyrinthe : Scott Derrickson réalisera la suite du film culte de Jim Henson

Le long-métrage TriStar porté par David Bowie se dote d’une suite dirigée par Scott Derrickson, près de trente-quatre ans après… Lire la suite >>

Blue Movie, le porno satirique que Stanley Kubrick a manqué de réaliser

Le réalisateur d’Orange Mécanique s’est vu un jour proposer de porter à l’écran un récit parodique sur l’industrie pornographique, l’histoire… Lire la suite >>

Emma Mackey bientôt dans la peau d’Emily Brontë

La jeune interprète de Maeve, l’adepte de littérature féministe de Sex Education, a décroché le rôle-titre d’Emily, le biopic de… Lire la suite >>

Madi : Duncan Jones prépare la suite de Moon et de Mute en roman graphique

Le cinéaste britannique a ouvert un kickstarter afin de financer Madi : Once Upon A Time In The Future, sa BD située… Lire la suite >>

[À l’écoute] Quand la trilogie originelle Star Wars fut adaptée en feuilleton radiophonique

En 1981, 1983 et 1996, la saga de George Lucas a été transposée en feuilleton radio. Une version romancée des… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts