X-Men Apocalypse de Bryan Singer : critique

Publié par Eric Delbecque le 18 mai 2016

Synopsis : Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le tout premier mutant, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un sommeil de plusieurs milliers d’années et désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit de puissants mutants dont Magneto pour nettoyer l’humanité et régner sur un nouvel ordre. Raven et Professeur X vont joindre leurs forces pour affronter leur plus dangereux ennemi et sauver l’humanité d’une destruction totale.

 

♥♥♥♥♥

 

X-Men Apocalypse - affiche

X-Men Apocalypse – affiche

X-Men Apocalypse laisse une impression très mitigée. Le meilleur voisine avec le pire. Du côté du meilleur, le casting. À commencer par Nightcrawler (Kodi Smit-McPhee) et Quicksilver (Evan Peters) qui allient humour, émotion et densité de façon sophistiquée. Et contribuent à la réussite de quelques scènes, notamment l’évacuation de l’école de mutants dirigée par Charles Xavier (James McAvoy). Cette scène en rappelle une autre de X-Men : Le commencement, mais demeure incontestablement bien réalisée et s’inscrit sans difficulté dans l’histoire. Le tout sur un choix musical sans fausse note. Quant à Michael Fassbender, il campe un Magneto charismatique à la psychologie complexe. Le règlement de comptes dans la forêt polonaise se révèle à cet égard en phase avec ce que l’on connaît et attend du maître du magnétisme. Il échappe à la bête et lourde démonstration de force en images de synthèse et est empreint d’une poésie sombre et glacée, via l’usage singulier de la médaille familiale qu’en fait le double torturé du professeur X. En matière d’effets spéciaux, le résultat est globalement positif. Les scènes d’action fonctionnent plutôt correctement et l’apparition de Wolverine, tout comme les manifestations de force optique de Cyclope, traduisent bien l’esprit X-Men. Quant à Oscar Isaac, il fait face à une lourde tâche et s’en sort honorablement. Après Le Réveil de la Force, revêtir l’armure d’En Sabah Nur, dit Apocalypse, en détruirait artistiquement plus d’un. Il réussit à trouver un juste milieu entre l’ancêtre paternaliste des mutants et l’éternel « méchant » qui se prend pour un dieu antique à prétention monothéiste. Néanmoins, il est vrai qu’il manque une forme de cohérence au personnage. De son côté, James McAvoy a considérablement humanisé « Charles » et s’affirme désormais comme un pilier de la franchise X-Men. Du côté du pire, l’absence d’intérêt des quatre cavaliers d’Apocalypse. Si les ailes en acier d’Angel (Ben Hardy) sont plutôt réussies, la place de Psylocke (Olivia Munn) n’est jamais exploitée et ne sert finalement pas à grand-chose. Quant à leurs motivations, mystère. On ne voit pas bien ce qui en fait les apôtres automatiques d’Apocalypse. Autre point négatif, les destructions de cités en série qui finissent par lasser. Le contexte historique s’avère insuffisamment corrélé avec l’intrigue. Dans les deux précédents volets, l’enchâssement des aventures des X-Men dans la crise des missiles de Cuba ou dans la vague contestataire des années 1970 donnait beaucoup de relief et de poids aux actions des mutants et à la portée morale de leurs actes. Les années 1980 auraient pu donner lieu ici à quelques développements intéressants : la guerre froide constituait un théâtre d’opérations fantastique. Il n’en reste pas moins, même si X-Men Apocalypse n’est pas la suite rêvée de X-Men: Days of Future Past, que ce troisième volet offre un ensemble divertissant.

.
.
.
  • X-MEN : APOCALYPSE réalisé par Bryan Singer en salles le 18 mai 2016.
  • Avec : James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Oscar Isaac, Nicholas Hoult, Rose Byrne, Sophie Turner, Tye Sheridan, Evan Peters, Alexandra Shipp, Kodi Smit-McPhee, Olivia Munn, Ben Hardy, Lucas Till, Hugh Jackman…
  • Scénario : Simon Kinberg
  • Production : Simon Kinberg, Lauren Shuler Donner, Bryan Singer, Hutch Parker
  • Photographie : Newton Thomas Sigel
  • Montage : John Ottman, Michael Louis Hill
  • Décors : Anne Kuljian, Grant Major
  • Costumes : Louise Mingenbach
  • Musique : John Ottman
  • Distribution : Twentieth Century Fox
  • Durée : 2h24

.

Commentaires

A la Une

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts