Livre/ La comédie hollywoodienne classique (1929-1945) : critique

Publié par Jacques Demange le 17 août 2016

Résumé : Le triangle amoureux fait partie intégrante de la définition structurelle et de la syntaxe de la comédie hollywoodienne classique des années 1930-1940. A partir de cette hypothèse, sont abordées les sources théâtrales puis l’importance de cette convention dramatique et de ses déclinaisons narratives dans la construction du récit, la mise en scène et la promotion des comédies hollywoodiennes, d’Ernst Lubitsch à Preston Sturges en passant par George Cukor, Howard Hawks ou Leo McCarey. La théorie du désir mimétique de René Girard éclaire aussi la fiction romantique hollywoodienne.

♥♥♥♥♥

 

La comedie hollywoodienne classique - livre

La comédie hollywoodienne classique – livre

Après la vaste étude de Grégoire Halbout consacrée à la screwball comédie hollywoodienne (publiée en 2013 aux Presses Universitaires d’Artois), Toufic El-Khoury, enseignant et coordinateur à l’école de cinéma de l’Académie Libanaise des Beaux-Arts ainsi qu’à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, prouve la vitalité et l’engouement jamais démentis de la recherche universitaire pour la période du classicisme hollywoodien. La comédie hollywoodienne est ici envisagée comme un genre fécond, héritière de différentes tendances théâtrales et littéraires. L’auteur n’hésite pas à revenir sur les origines populaires du genre, et notamment le vaudeville, sans se laisser obnubiler par sa caution élitiste (l’héritage shakespearien), un écueil que n’ont su éviter bon nombre de ses exégètes (Stanley Cavell en tête). Principalement structurelle, l’analyse tend parfois vers l’esthétique, souvent vers l’histoire d’une période (1929-1945) que les notions et concepts employés par El-Khoury approfondissent de manière tout à fait sensible. Voilà sans doute le premier apport de cet ouvrage : prouver la pertinence des catégories développées par René Girard à l’intérieur des études cinématographiques. Le désir mimétique ou la structure triadique trouvent ici un un objet d’étude particulièrement fécond. À partir d’un film, d’une séquence ou d’une œuvre en particulier, El-Khoury souligne les évolutions, les continuités, les disparités et les connections entretenues par les films d’un corpus non exhaustif mais suffisamment vaste pour justifier ses hypothèses. L’analyse comparative bat son plein. La confrontation de deux films de Ernst Lubitsch réalisés à quatre ans d’intervalle, Sérénade à trois (1933) et Ange (1937), révèle l’influence du Code Hays sur la structure de la comédie romantique hollywoodienne. À la justification de l’amour partagé répond le triomphe du tandem relationnel à travers un happy end, sans doute escompté, mais plus ouvert qu’il n’y paraît.

.

Plus insolite, la mise en rapport des Lumières de la ville (Charlie Chaplin, 1931) et de Rendez-vous (Ernst Lubitsch, 1940), un parallèle qui prouve son efficience par le biais de la figure du double. La récurrence d’un motif visuel, d’un enjeu scénographique ou d’une situation narrative assure la réussite de l’entreprise. L’ouvrage de El-Khoury ouvre de nombreuses perspectives de recherche. Les réflexions de l’auteur pourraient se généraliser à un corpus plus large et on se prend à reconsidérer la vision de comédies plus contemporaines. Par ailleurs, la pertinence dont fait preuve El-Khoury dans son emploi des catégories girardiennes invite à un plus large développement. La figure du bouc-émissaire, par exemple, sur lequel le classicisme hollywoodien s’est souvent penché, notamment à travers les films sociaux produits par la Warner dans les années trente. On attend donc beaucoup de cette nouvelle génération de chercheurs qui parvient avec brio à prendre la relève des spécialistes du genre (Jean-Loup Bourget, Michel Cieutat, Michel Ciment, Jacqueline Nacache, Yann Tobin, Christian Viviani, entre autres) et à poser un regard neuf sur une période historique et esthétique qui n’a, décidément, pas fini de nous surprendre.

.

.

.

  • LA COMÉDIE HOLLYWOODIENNE CLASSIQUE (1929-1945) – Structure triadique et médiations du désir, écrit par Toufic El-Khoury, disponible depuis juin 2016 aux éditions L’Harmattan, Collection « Champs visuels »
  • 242 pages
  • 23,33 euros

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts