Mr. Pig de Diego Luna : critique

Publié par Laurianne de Casanove le 8 octobre 2016

Synopsis : Pour échapper à ses créanciers, un fermier américain décide de traverser le Mexique pour vendre le dernier cochon de son élevage au fils d’un ancien ami. Parvenu à destination, il change soudain d’avis et se met à errer dans le pays avec son animal. Eunice, sa fille, finit par retrouver sa trace. Elle découvre alors que son père lui a caché ses problèmes. Après de nombreuses hésitations, elle décide finalement de l’aider à trouver un acheteur convenable pour son cher cochon.

♥♥♥♥♥

 

Mr Pig de Diego Luna - affiche

Mr Pig de Diego Luna – affiche

De Diego Luna, on connaît surtout la carrière d’acteur. Révélé par Y Tu Mama Tambien d’Alfonso Cuaron, le comédien de 37 ans a joué dans plusieurs film d’envergure et sera bientôt à l’affiche du spin-off Rogue One : A Star Wars Story de Gareth Edwards. Avec Mr. Pig, il signe aujourd’hui son quatrième long métrage présenté dans le cadre de la quatrième édition du festival Viva Mexico, qui se déroule du 5 au 11 octobre au cinéma Luminor Hôtel de Ville à Paris. Il y a beaucoup de bonnes idées dans ce road movie, qui a le mérite d’avoir osé nous raconter une histoire d’une infinie simplicité ; celle d’un vieillard et de son cochon. Ce récit peu conventionnel aurait pu cependant devenir une superbe métaphore qui parlerait de regrets, de culpabilité et d’espoir. Mais bien que traversé par quelques moments de grâce, le récit déstabilise par sa trop grande lenteur. Si Danny Glover (Ambrose) et Maya Rudolph (Eunice) s’en sortent bien et parviennent à rendre les émotions complexes qui animent leurs personnages, le scénario donne l’impression de ne pas être totalement abouti. Il manque à ce périple, qui nous mène de Californie du Sud à Jalisco, les ingrédients qui font généralement la saveur d’un road movie réussi. Pas assez de rebondissements et surtout pas assez de moments intimes où l’on peut voir le personnage évoluer et comprendre que ce voyage est un mouvement intérieur et pas seulement le passage d’un point A à un point B. On est toutefois ravi de revoir enfin Danny Glover dans un premier rôle après des années d’errance dans des films sans envergure. Maya Rudolph est également une bonne surprise. Loin du registre comique auquel l’une des membres de la mythique troupe de Saturday Night Live nous a habitués, l’actrice se révèle assez inspirée. On peine malgré tout à s’attacher à ce père bourru et à sa fille qui semble porter le poids du monde sur ses épaules.

.

Mr Pig

Mr Pig

.

Tout cela est bien dommage, car le film a d’indéniables qualités. On peut d’abord citer la photographie de Damian Garcia. Les vues du Mexique et le rendu des couleurs des paysages sont une vraie réussite. On regrette d’ailleurs que le pays ne fasse pas davantage partie de l’histoire. Pourchassé par ses créanciers, c’est là qu’Ambrose se réfugie. Cela n’a rien d’anodin, et pourtant Diego Luna n’en fait qu’un détail de l’histoire, une magnifique toile de fond. La musique est un autre point positif. Les compositions originales de Camilo Froideval et la présence dans la bande son de quelques morceaux plus connus, que l’on soupçonne d’appartenir à la jeunesse d’Ambrose, apportent un supplément d’âme. Mention spéciale pour My Autumn’s Done Come de Lee Hazlewood qui vient ouvrir et clore le film. « Let those I-don’t-care-days begin, I’m tired of holdin’ my stomach in, Cause my autumn’s done come » chante le crooner, qui nous livre ainsi l’air de rien – mais trop tard – une clef pour mieux comprendre le héros du film.

.

.

.

  • MR. PIG (Sr. Pig) écrit et réalisé par Diego Luna ne dispose pas encore de date de sortie en salles, mais est projeté le 9 octobre 2016 au cinéma Luminor Hôtel de Ville à l’occasion du festival Viva Mexico.
  • Avec : Danny Glover, Maya Rudolph, Joel Murray, Naian Gonzalez Norvind…
  • Scénario : Diego Luna, Augusto Mendoza
  • Production : Pablo Cruz, Diego Luna
  • Musique : Camilo Froideval
  • Photographie : Damian Garcia
  • Montage : Douglas Crise
  • Décors : Lourdes Oyanguren
  • Costumes : Jimena Tenorio
  • Durée : 1h28

.

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts