Livre/ Le cinéma de Jim Jarmusch par Céline Murillo : critique

Publié par Jacques Demange le 11 décembre 2016

Résumé : C’est à travers une analyse poussée de sa filmographie que cet ouvrage montre comment le réalisateur américain Jim Jarmusch éloigne le spectateur du monde, en parvenant à créer une distance qui lui permet de changer son regard. L’auteur met ici en avant les questions politiques sur le travail, la désindustrialisation ou encore l’anomie soulevées par ses films. Plus encore, c’est au-delà du détour esthétique que Jarmusch parvient à s’adresser au monde intime du spectateur, interrogeant sa solitude et sa difficulté à être soi.

♥♥♥♥♥

 

Le cinema de Jim Jarmusch - couverture

Le cinéma de Jim Jarmusch – couverture

Le cinéma de Jim Jarmusch, on adhère ou non. Chacun de ses films divise le public et la critique, le juste milieu ne semble pas avoir de droit chez lui. Prétentieux pour les uns, génial pour les autres, son cinéma peut paraître bien complexe pour un observateur du lointain. À l’instar de David Lynch, Jarmusch cultive sa singularité, travaille son look, (ré)écrit son histoire, revendique son indépendance artistique à travers la pluridisciplinarité de son approche – réalisateur talentueux, mais aussi fin lettré et musicien. Première réussite de cet essai donc : être parvenu à concilier passion cinéphile et une distance propre à toute entreprise d’analyse. Si Céline Murillo, Maître de conférences à l’Université de Paris 13, qui travaille essentiellement sur le cinéma américain indépendant et underground, revient dans son introduction sur « l’icône Jarmusch », c’est  pour mieux s’en départir par la suite. Les films et eux seuls comme indices et traces de la réflexion. Celle-ci repose d’ailleurs sur un joli postulat : l’oeuvre de Jarmusch comme moyen de réapprendre le monde. Il sera donc question de contact, de connexions et de distanciation. La filmographie jarmuschienne défausse les attentes perceptives du spectateur en imposant un écart entre la chose vue et son référent pro-filmique. Un corps dans un film de Jarmusch est une matière qui, ne se donnant pas immédiatement comme tel, suppose une reconnaissance contrariée s’adressant directement aux sens du spectateur. Murillo recense avec minutie ces paradoxes audio-visuelles, photogrammes et références à l’appui. En accord avec l’esprit du cinéaste, la réflexion se développe à travers une scansion image par image, s’attardant sur un élément du décor ou un effet particulier (fondu au noir) pour mieux prolonger la portée de son exposition. Murillo vise l’exhaustivité et y parvient souvent. L’énergie musicale du réalisateur (de l’anarchie punk-rock à l’auto-réflexivité du minimalisme) se retrouve dans le découpage de ses films. Le vocable sémiotique employé par l’auteure peut d’abord inquiéter le lecteur, mais celui-ci prend corps avec les images auxquelles il cherche à donner un sens. À raison, Murillo laisse ses interprétations ouvertes, optant pour la forme interrogative plutôt que pour l’affirmation pérorante. L’étude monographique profite du cas par cas, l’essayiste s’attardant sur un film en particulier pour développer une thématique précise sans jamais oublier de raccorder celle-ci au plus vaste ensemble de l’oeuvre. Le cinéma de Jarmusch s’apparente alors à un monde dont les contours restent toujours ouverts à de nouvelles explorations et sensations. Un monde plus loin, en somme, que cet excellent essai nous convie à découvrir.

.

.

.

  • LE CINÉMA DE JIM JARMUSCH – Un monde plus loin par Céline Murillo disponible aux éditions L’Harmattan, Collection « Champs visuels ».
  • 302 pages
  • 28 € (papier)
  • 20,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Rebecca : premier aperçu du remake du classique d’Hitchcock

Le thriller dramatique Rebecca, premier film américain d’Alfred Hitchcock oscarisé en 1940 va bénéficier d’une nouvelle version, toujours adaptée du… Lire la suite >>

Teaser de The Comey Rule : Brendan Gleeson en Donald Trump pour la minisérie Showtime

Billy Ray consacre un portrait grinçant à la rivalité entre Donald Trump et l’ex-patron du FBI James Comey, licencié alors… Lire la suite >>

Alan Parker, le réalisateur de Midnight Express, Birdy et The Wall, nous a quittés

Le grand réalisateur britannique Alan Parker, connu pour ses grands succès critiques et publiques, est décédé à l’âge de 76… Lire la suite >>

Ratched : le prequel de Vol au-dessus d’un nid de coucou par Ryan Murphy se dévoile en photos

Sarah Paulson et Sharon Stone apparaissent dans les premiers clichés de la nouvelle production de Ryan Murphy pour Netflix, une… Lire la suite >>

Adieu les cons : Virginie Efira dans le teaser hilarant du nouvel Albert Dupontel

L’actrice apparaît dans le premier extrait du prochain film d’Albert Dupontel, Adieu les cons, dans lequel elle campe une quadragénaire… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SCOOBY ! 136 617 3 480 224
2 DIVORCE CLUB 128 698 2 371 367
3 TOUT SIMPLEMENT NOIR 114 515 3 522 204
4 ETE 85 76 791 2 270 181
5 ADORABLES 69 567 1 69 567
6 L'AVENTURE DES MARGUERITE 58 645 2 144 320
7 IP MAN 4 LE DERNIER COMBAT 58 408 1 58 408
8 MON NINJA ET MOI 51 963 2 110 277
9 MADRE 30 484 1 30 484
10 EN AVANT 25 365 21 881 832

Source: CBO Box office

Nos Podcasts