Synopsis : Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes – de William Carlos Williams à Allan Ginsberg aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

♥♥♥♥

 

Paterson de Jim Jarmusch - affiche

Paterson de Jim Jarmusch – affiche

Avec deux films à Cannes, Jim Jarmusch, lauréat du Grand Prix pour Broken Flowers (2005) et de la Caméra d’or pour Stranger Than Paradise (1984) est décidément toujours aussi cool. Très cool. Trois ans après Only lovers left alive, pour lequel il a raflé le prix Cannes Soundtrack, cette figure du cinéma indépendant est revenu en lice pour la Palme d’or en mai dernier sur la croisette. Paterson, qui garde toujours le même ton drôle, tendre et décalé de sa filmographie, est un peu un succulent mélange entre Coffee and CigarettesSmoke de Wayne Wang – voire même sa suite Brooklyn Boogie coréalisée par Paul Auster –, et Un jour sans fin d’Harold Ramis, à travers cette idée de comique de répétition. On est ainsi plongé durant sept journées dans l’existence immuable et bien ordonnée de Paterson, chauffeur de bus et poète à ses heures, dans la ville de Paterson, New Jersey. Jarmusch nous livre ici une chronique de vie, où ce trentenaire ordinaire côtoie différents personnages, tous bien sympathiques, qu’il retrouve aux mêmes heures dans les mêmes lieux (le bus, le bar) pour parler de choses et d’autres. Il ne s’agit pas tant de leur faire jouer des saynètes que de les faire se rencontrer. Car personne ici n’est bénéficiaire d’un quelconque changement dans leur caractérisation ; Paterson trouvant seulement un peu d’inspiration auprès d’une toute jeune poétesse et d’un homme de passage qui lui parle de William Carlos Williams. Dans cette comédie dramatique, divisée donc en sept chapitres journaliers, démarrant chaque matin vers 6h, caméra en plongée, sur le couple au réveil, Jarmusch rend la routine et la banalité du quotidien agréables, frivoles et poétiques, tout en célébrant cette ville dite « des poètes » pour ceux qui y ont vécu ou séjourné. Mais aussi à son ami Iggy Pop, qu’il met d’ailleurs en lumière dans l’excellent documentaire Gimme Danger (en salles le 1er février). Sa mise en scène reste toujours enlevée, laissant juste apparaître en surimpression la prose que Paterson rédige sur son carnet de notes. Adam Driver incarne sobrement cet individu calme et nonchalant qui aime la folie douce de sa compagne, sans vraiment toujours la comprendre, accompagnée de son bouledogue. Cette artiste perchée, portée par la beauté lunaire de Golshifteh Farahani, ne conçoit en effet son existence (sa garde-robe, son appartement, sa voiture, ses objets…) qu’en noir et blanc avec des motifs circulaires. Ainsi, Jarmusch signe avec Paterson une ode à la vie qui a pour véritable intention de faire vibrer tout ce microcosme le temps d’une semaine, au rythme des musiques cool et immersives de Sqürl.

.

.

.

  • PATERSON écrit et réalisé par Jim Jarmusch en salles le 21 décembre 2016.
  • Avec : Adam Driver, Golshiftedh Farahani, Kara Hayward, Trevor Parham, Luis Da Silva Jr. Jaden Michael, Sophia Muller…
  • Production : Joshua Astrachan, Carter Logan
  • Photographie : Frederick Elmes
  • Décors : Mark Friedberg
  • Costumes : Catherine George
  • Son : Robert Hein
  • Musique : Sqürl
  • Distribution : Le Pacte
  • Durée : 1h53

.

Commentaires

A la Une

Stranger Things : un teaser et un premier spoiler pour la saison 4

La première bande-annonce de la prochaine saison de Stranger Things met fin à l’un des principaux suspenses de la saison… Lire la suite >>

O2 : Noomi Rapace au casting du thriller SF produit par Alexandre Aja

Dans ce film distribué par Wild Bunch, la star de Millenium interprétera une femme qui, à peine sortie de cryogénisation,… Lire la suite >>

Mourir peut attendre : découvrez le titre phare du film chanté par Billie Eilish

La chanson du générique de Mourir peut attendre, composée et interprétée par Billie Eilish est enfin disponible. Elle comptabilise déjà… Lire la suite >>

The French Dispatch : un premier trailer à la hauteur des attentes pour le nouveau Wes Anderson

La bande-annonce promet une œuvre dantesque portée par une galerie d’interprètes qui laisse rêveur ; Tilda Swinton, Frances Mc Dormand, Timotée Chalamet, Elisabeth… Lire la suite >>

César 2020 : Le fonctionnement de l’Académie remis en cause par 400 personnalités

Entre polémiques, opacité et membres nommés à vie, les dysfonctionnements de l’Académie des César ont abouti à la mobilisation du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LE VOYAGE DU DR DOLITTLE 416 180 1 416 180
2 BIRDS OF PREY (ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE DE HARLEY QUINN) 412 178 1 412 178
3 DUCOBU 3 399 199 1 399 199
4 1917 279 512 4 1 723 932
5 BAD BOYS FOR LIFE 239 166 3 1 300 197
6 THE GENTLEMEN 238 040 1 238 040
7 #JESUISLA 112 363 1 112 363
8 LE LION 107 201 2 360 293
9 JOJO RABBIT 91 534 2 223 588
10 SAMSAM 86 711 1 86 711

Source: CBO Box office

Nos Podcasts