Life – Origine Inconnue de Daniel Espinosa: critique

Publié par Yvan Lozac'hmeur le 24 avril 2017

Synopsis : À bord de la Station Spatiale Internationale, les six membres d’équipage font l’une des plus importantes découvertes de l’histoire de l’humanité : la toute première preuve d’une vie extraterrestre sur Mars. Alors qu’ils approfondissent leurs recherches, leurs expériences vont avoir des conséquences inattendues, et la forme de vie révélée va s’avérer bien plus intelligente que ce qu’ils pensaient…

♥♥♥♥♥

 

Life origine inconnue de Daniel Espinosa - affiche

Life origine inconnue de Daniel Espinosa – affiche

Alors que le thriller horrifique spatial est en pleine résurrection avec l’arrivée prochaine d’Alien Covenant, nouvel épisode de la saga mythique lancée par Ridley Scott en 1979, Life : Origine inconnue fait son irruption plutôt discrète. Après un Enfant 44 au scénario original – d’ailleurs produit par Scott – mais qui n’exploitait pas la richesse de son postulat de départ, Daniel Espinosa fait ici le pari inverse, en tentant d’effrayer avec un scénario plus convenu. Porté par un casting imposant, Life remporte-t-il ce pari ? Si l’histoire que nous propose cette œuvre se confond en de nombreux points avec le canon du genre Alien, le huitième passager, elle se différencie par son cadre qui délaisse les confins de l’Espace pour une action bien plus réaliste et placée en orbite autour de la Terre. Un choix de décor et de proximité plutôt intelligent tant en termes de temporalité que de distance. Life peut ainsi instiguer la peur en empiétant sur notre espace de survie. Ce cadre réaliste, situé dans un futur proche, nous présente l’équipage de scientifiques de la station spatiale internationale, nous renvoyant à de nombreux égards à Gravity. Daniel Espinosa expose ainsi cette rencontre du troisième type, avec ces six scientifiques chargés de récupérer et d’analyser les échantillons prélevés sur la planète Mars d’un organisme vivant qui, lorsqu’il est alimenté en oxygène et stimulé par des électrochocs, se développe très rapidement. Malgré des facilités scénaristiques de Rhett Reese et Paul Wernick (Deadpool), et une intrigue récupérée de-ci de-là, ce revival du genre nous plonge efficacement dans une angoisse dont on ne peut se défaire. Le réalisateur suédois, qui ne pratique jamais le hors champ ici, fait usage d’une violence froide appuyant sur les peurs de l’Homme dans cet environnement flottant. Cette tension palpable est habilement entretenue par la partition musicale de Jon Ekstrand, qui maintient un degré d’intensité constant.

.

Life - origine inconnue

Life – origine inconnue

.

La réalisation est maitrisée et la photographie de Seamus McGarvey convaincante, offrant des séquences marquantes comme celle de la sortie extravéhiculaire. La psychologie des personnages quelque peu sous-exploitée laisse Jake Gyllenhaal et Rebecca Ferguson occuper finalement l’espace. On apprécie néanmoins l’approche et le dénouement du personnage de Ryan Reynolds. Quant à la créature martienne à l’intelligence maligne, dénommée Calvin, elle revêt certes l’habit usité du poulpe, après avoir fait un clin d’œil au Facehugger d’Alien, mais cette apparence reste efficace et apparaît comme dans son élément en absence de gravité. Se déplaçant avec aisance tel un calamar dans les couloirs de la station à échelle humaine, elle se faufile et instigue une petite frayeur bien agréable, avant de refermer son étreinte mortelle. Espinosa s’amuse avec d’autres idées imaginatives, utilisant la caméra subjective pour observer la station du point de vue de cet octopode gélatineux, en mode Alien 3 de Fincher (1992) ou encore Abyss de Cameron (1989) avec sa créature faite d’eau. Au-delà de toutes ces redites volontaires, l’intérêt réel dans ce jeu de chat et de la souris plutôt bien calibré découle finalement des interactions humaines.

.

Le réalisateur assume ainsi son rôle de bon élève de l’école Ridley Scott. Visuellement impressionnant, ce film aux allures de série B, conçu par Sony, s’avère divertissant et plutôt efficace, nous offrant un twist final fort bienvenu. Life parvient à distiller un vrai suspense, de manière rythmée et constante, aux prix de l’originalité, difficile à trouver et stimuler dans le thriller spatial horrifique depuis ces quarante dernières années.

.

.

.

  • LIFE – ORIGINE INCONNUE (Life) réalisé par Daniel Espinosa en salles depuis le 19 avril 2017.
  • Avec : Jake Gyllenhaal, Ryan Reynolds, Rebecca Ferguson, Ariyon Bakare, Hiroyuki Sanada, Olga Dihovichnaya…
  • Scénario : Rehett Reese, Paul Wernick
  • Production : David Ellison, Dana Goldberg, Bonnie Curtis, Julie Lynn
  • Photographie : Seamus McGarvey
  • Montage : Mary Jo Markey, Frances Parker
  • Décors : Nigel Phelps, Celia Bobak
  • Costumes : Jenny Beavan
  • Musique : Jon Ekstrand
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 1h44

.

Commentaires

A la Une

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

La suite de Ready Player One va sortir en roman dans les prochains mois

Intitulée Ready Player Two, la suite du roman Player One paraîtra le 24 novembre prochain aux États-Unis.      … Lire la suite >>

The Hand of God : Paolo Sorrentino retourne à Naples pour son prochain film pour Netflix

Probablement dédié à l’illustre footballeur Diego Maradona, The Hand of God marque le retour du réalisateur dans sa ville natale… Lire la suite >>

I’m Thinking of Ending Things : l’intriguant thriller écrit par Charlie Kaufman pour Netflix

Le scénariste adepte des histoires sinueuses a écrit et réalisé l’adaptation du roman horrifique I’m Thinking of Ending Things de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts