Cannes 2017/ Napalm de Claude Lanzmann: critique

Publié par Antoine Gaudé le 21 mai 2017

Synopsis : Napalm est le récit de la bouleversante « brève rencontre », en 1958, entre un membre français de la première délégation d’Europe de l’Ouest officiellement invitée en Corée du Nord après la dévastatrice guerre de Corée (4 millions de morts civils) et une infirmière de l’hôpital de la Croix Rouge coréenne, à Pyongyang, capitale de la République Démocratique Populaire de Corée. L’infirmière Kim Kun Sun et le délégué français n’avaient qu’un seul mot en commun, que chacun d’eux comprenait : « Napalm ».

♥♥♥♥

 

Napalm - affiche

Napalm – affiche

Inattendu tant dans la forme que dans le contenu, le nouveau documentaire de Claude Lanzmann (Shoah, Le Dernier des injustes), Napalm, présenté en Séance Spéciale au 70e Festival de Cannes, est une singulière ouverture sur ce pays sibyllin qu’est la Corée du Nord. Dans notre monde globalisé, la trajectoire politique prise par la Corée du Nord depuis la fin de la « Guerre de Corée » (1953) reste pour la plupart des pays occidentaux incompréhensible, voire dangereuse. Une vision manichéenne dont Lanzmann n’a jamais été le réceptacle allant même jusqu’à se prendre de « sympathie politique » pour cette étrange « République Populaire Démocratique », y voyant notamment le dernier bastion d’un communisme dont il fut, plus tôt dans sa vie, le fervent défenseur. Trois voyages (1958, 2004 et 2015) ont ainsi permis à Lanzmann de suivre l’évolution, ou plutôt la reconstruction, d’un pays laissé en ruines suite aux innombrables bombardements subis pendant la guerre (4 millions de morts civils). Si Napalm dévoile dans une première partie plus historique (images d’archives, cérémonies, visite de musées), une Corée du Nord pleine de contradictions avec ces milliers de soldats sans véritable champ de bataille, et à court de souffle à force de consommer du tabac en trop grande quantité, une deuxième partie, plus intime et irrévérencieuse, vient néanmoins prolonger paradoxalement ce passionnant cours d’Histoire. C’est véritablement une seconde histoire qui commence lorsque Lanzmann nous conte l’expédition de la première délégation française datant 1958.

..

Napalm de Claude Lanzmann

Napalm de Claude Lanzmann

.

Au-delà du programme « usines et pique-nique », visiblement trop chargé, concocté par l’organisation coréenne, obligeant ainsi Lanzmann à se mettre au repos et aux piqûres de vitamines, c’est bien sa rencontre avec une jeune infirmière (celle-là même chargée des piqûres) qui va rendre ce premier voyage inoubliable. Remplie de détails signifiants et truculents, la romance naissante entre Lanzmann et l’infirmière coréenne est absolument bouleversante en tous points de vue. Éphémère, tragique et comique, cette relation presque surréaliste, vécue rappelons-le dans un climat post-guerre, est porteuse d’espoir et de réconciliation. Sans révéler la teneur émotionnelle du titre, Lanzmann a réussi dans ce documentaire à porter un regard neuf, d’une dimension anthropologique et sociologique profonde, sur les mœurs traditionnelles et actuelles des nord-coréens : de la consommation du tabac au tournage d’un film d’action jusqu’aux rituels et autres cérémonies militaires. Il filme aussi des lieux et des paysages inédits, ainsi que ces fameuses activités de « plaisir domestiqué » de canotage et de la marche.

.

Lanzmann dresse le portrait humaniste d’un pays figé dans le temps, luttant contre ses vestiges, et comme plongé dans un temps cyclique et éternelle. Et puis, il y a évidemment cette présence, charmeuse et insatiable, de Lanzmann qui, dès qu’il se met en scène, devient une sorte de bloc concentré d’humanisme. Du haut de ses 91 ans et fort d’une expérience incroyable, il n’est pourtant jamais cynique ou pessimiste. Il continue de dépasser les clivages établis, de rétablir les vérités oubliées, de pointer du doigt les horreurs immanentes à la nature humaine. À la fois confident et enseignant, il est un génie dans ce qu’il nous transmet et nous lègue, sans complaisance ni concession mais toujours avec cette sincérité à fleur de peau qu’il a su cultiver à sa manière, indépassable et incommensurable.

.

.

  • Note de la rédaction cannoise :
  • Nathalie Dassa : ♥♥♥♥

.

.

.

  • NAPALM
  • Sorties salles : 6 septembre 2017
  • Réalisation : Claude Lanzmann
  • Production : François Margolin
  • Photographie : Caroline Champetier
  • Montage : Chantal Hymans
  • Distribution : Paname Distribution
  • Durée : 1h40

.

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts