Résumé : Le principe de construction du volume fait alterner des textes qui prennent en compte, sous un aspect particulier, l’ensemble du champ de recherche ouvert par la thématique « jouer l’actrice », et des articles qui se proposent d’étudier une modalité particulière de l’incarnation de l’actrice par une actrice, qu’elle soit réelle ou imaginaire.

♥♥♥♥♥

 

Jouer lactrice - De Katharine Hepburn a Juliette Binoche - couverture

Jouer l’actrice – De Katharine Hepburn à Juliette Binoche – couverture

Jouer l’actrice, le beau titre de l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Loup Bourget et Françoise Zamour, tous deux enseignants en cinéma à l’Université, invite à une pensée hautement réflexive. Entre la comédienne, son personnage et celui ou celle qui la filme, le rapport ne peut être qu’interprétatif. Il fallait donc recourir à différentes plumes pour parvenir à cibler les nombreux aspects de cette thématique aux multiples facettes. Parfaitement introduit par Jacqueline Nacache, l’objet d’étude se déploie sur quatre tableaux. Il y a d’abord l’actrice vu par l’homme (tendance gender studies), puis celle qui joue (domaine des études actorales), celle qui vit et inexorablement vieillit et qui, par sa représentation, peut apparaître comme un modèle culturellement marqué (posture plus sociologique, voire civilisationnelle). Quatre approches non incommensurables, les écrits des contributeurs n’hésitant pas à adopter une forme pluridisciplinaire. En analysant Le Congrès d’Ari Folman, Nicolas Geneix en vient ainsi à considérer la figure de Robin Wright selon le prisme de la star (et du regard que porte l’industrie cinématographique sur elle) et de l’actrice (confrontée aux nouvelles techniques de son médium), de même que l’étude d’Hélène Valmary part de la Fedora de Billy Wilder pour conjuguer la question de la représentation à celle du jeu et dégager ainsi certaines grandes tendances du cinéma hollywoodien. Protéiforme, l’ouvrage couvre plusieurs cinématographies (l’Amérique, la France, l’Espagne, la Russie, le Japon), et parvient souvent à accorder le général au singulier. Dans cette perspective, Arnaud Duprat de Montero et Philippe De Vita proposent des exemples de collaborations plus ou moins réussies entre une actrice et un cinéaste. Géraldine Chaplin et Carlos Saura d’un côté, Anna Magnani et Jean Renoir de l’autre soulignent les nombreuses interférences possibles entre l’art d’un réalisateur, le talent de son actrice et la persona que celle-ci dégage à l’écran.

.

À la typologie dichotomique développée avec brio par Christian Viviani (l’actrice entre la figure de la martyre et celle de la sorcière) répondent donc de nombreux exemples particuliers, relevant de cas d’écoles ou de phénomènes plus insolites. C’est l’auto-mise en scène de la vieillesse par Bette Davis étudiée par Flavia Soubiran, ou la mise en abyme dans laquelle se fonde l’originalité du jeu de Katharine Hepburn telle qu’analysée par Jules Sandeau à partir des exemples de Morning Glory et Pension d’artistes. Le cinéma domine bien sûr, mais la scène théâtrale répond aussi présente, ainsi que le roman dont Thibaut Casagrande rappelle bien l’importance dans la construction fictionnelle et fantasmatique de la star féminine.

.

Tout à la fois détaillé et synthétique, Jouer l’actrice touche à la complétude escomptée. Associé au numéro double de juillet-août que la revue Positif a consacré à la figure de la femme dans le cinéma américain, cet ouvrage se présente comme un tour d’horizon particulièrement bienvenu et instructif.

.

.

.

Commentaires

A la Une

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Road House : Jake Gyllenhaal officiellement dans le remake pour Amazon

Pressenti en novembre dernier, Jake Gyllenhaal sera bel et bien dans le remake du film culte des années 80, réalisé… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 THOR : LOVE AND THUNDER 404 765 3 2 129 017
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 351 988 4 2 893 838
3 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 333 361 1 333 361
4 TOP GUN : MAVERICK 188 380 10 5 711 998
5 DUCOBU PRESIDENT ! 188 015 3 737 277
6 MENTEUR 151 586 3 585 087
7 JOYEUSE RETRAITE 2 92 299 2 247 790
8 LA NUIT DU 12 72 629 3 241 487
9 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 67 113 8 3 357 635
10 ELVIS 58 542 6 1 074 116

Source: CBO Box office

Nos Podcasts