Livre/ Taxi Driver de Martin Scorsese : critique

Publié par Jacques Demange le 11 janvier 2018

Résumé : À l’été 1972, Paul Schrader, un jeune scénariste dérivant dans Los Angeles, a la vision d’un taxi driver qui vit seul au milieu de la multitude, en souffre et rêve sa vie à force de la scruter. En quelques jours, un premier scénario s’écrit : « Il a jailli de moi comme un animal ». Un jaillissement redoublé par l’excitation d’un Scorsese qui s’en empare et invente à l’été 1975 une mise en scène hallucinée, à l’image de la réalité surréelle du New York de cette époque, une ville en faillite et un terrain de jeu idéal. Sans compter Robert De Niro, alors en pleine ascension, qui sait insuffler au personnage de Travis Bickle une force irrésistible, animale elle aussi et inspirée par une théorie du jeu de l’acteur. Taxi Driver est l’histoire de ces jaillissements, logiquement aussi celui de Travis qui cède apparemment à une force dévastatrice et, en vrai, trouve la voie de sa libération. Une libération ou une démesure créatrice qui accède à sa figuration exemplaire dans la célèbre scène au miroir : « You talkin’ to me ? », véritable échappée dans une quatrième dimension. D’une certaine façon, ce livre est tout entier dédié à élucider les enjeux esthétiques de cette seule scène, à en réfléchir sa généalogie renouvelée et à en déployer les conséquences à l’échelle du film. Alors, comme toute image de soi dans un miroir, les interprétations habituelles s’inversent.

♥♥♥♥♥

 

Taxi Driver de Martin Scorsese - Le criminel et lartiste

Taxi Driver de Martin Scorsese

« You talkin’ to me ? » La réplique de Travis Bickle prononcée par Robert De Niro dans Taxi Driver est restée dans toutes les mémoires, mais sa mise en scène aussi. Face à un miroir, le personnage entame un curieux monologue, se transformant progressivement en un véritable dialogue avec son reflet. Cette relation spéculaire est justement celle que cherche à approfondir Bernard Benoliel, directeur de l’action culturelle et éducative à la Cinémathèque française, tout au long de son excellent essai consacré au chef-d’oeuvre de Martin Scorsese. La multiplicité du reflet se révèle d’abord à travers les identités ayant contribué à la création du film : Scorsese, Schrader le scénariste, mais aussi Brian De Palma qui fut un temps intéressé par le projet. L’auteur revient ainsi sur les nombreuses modifications apportées au script d’origine, (re)situant celui-ci dans le contexte propre à son époque, tout en analysant dans le détail les filmographies de ses principaux instigateurs. Au contact de la philosophie (Nietzsche) et de la littérature (Dostoïevski), l’écriture de Benoliel dresse de saisissants parallèles réflexifs, étudiant en profondeur les différentes thématiques et facettes visuelles incarnées par le film. La résurgence du motif du miroir, l’articulation constante du mouvement et de l’arrêt, le creusement de la conscience à travers la description d’une violence urbaine dont l’aspect documentaire n’enlève rien à la dimension universelle, convoquent l’idée d’un dédoublement généralisé à l’ensemble du film. Avec sagacité, l’auteur ponctue son argumentation de références à différents films envisagés comme des modèles probables à Taxi Driver (La Prisonnière du désert ; Derrière le miroir ; La Grande Nuit). Là encore, le reflet joue un rôle majeur en tant que prisme iconologique. La dernière partie de l’ouvrage revient quant à elle sur l’interprétation de De Niro. De Stella Adler à Marlon Brando, Benoliel s’attarde longuement sur la méthodologie du célèbre acteur et replace le personnage de Travis Bickle dans une longue galerie de caractères oscillant entre le grotesque et l’extraordinaire. L’ouvrage profite par ailleurs d’une excellente mise en page pourvue de nombreuses illustrations ; une concordance entre fond et forme faisant de ce Taxi Driver un véritable indispensable pour tout cinéphile en quête de connaissances.

 

 

 

  • TAXI DRIVER DE MARTIN SCORSESE
  • Auteur.s : Bernard Benoliel
  • Édition : Yellow Now
  • Collection : Côté films
  • Date de parution : 1er décembre 2017
  • Format : 126 pages
  • Tarif : 12,50 €

Commentaires

A la Une

If It Bleeds : Darren Aronofsky, Ben Stiller et Blumhouse acquièrent trois nouvelles du recueil de Stephen King

If It Bleeds, le recueil de nouvelles horrifiques de l’auteur dont les adaptations sont les plus prolifiques au monde intéresse… Lire la suite >>

Incroyable mais vrai : Quentin Dupieux prépare son nouveau film

Après Mandibules qui sortira prochainement, Quentin Dupieux retrouve Alain Chabat et Anaïs Demoustier pour une nouvelle comédie invraisemblable, Incroyable mais… Lire la suite >>

The Boys : l’équipe de bras cassés est de retour dans le trailer de la saison 2

Humour noir, hémoglobine, têtes tranchées et traque sans merci rythment le premier trailer de la deuxième saison de The Boys,… Lire la suite >>

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts