Livre / Cinémas profanes : critique

Publié par Jacques Demange le 27 avril 2018

Résumé : Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, Harun Farocki et Pedro Costa inventent des dispositifs cinématographiques qui profanent le cinéma. En déconstruisant le langage cinématographique, en mettant au jour leur « armature artistique », les films profanes libèrent et transmettent des énergies, des capacités d’imagination et des méthodes de production d’images, de montages, de pensées. Leur fonction n’est pas tant de communiquer un message, de donner une leçon ou de transmettre un savoir au spectateur, que de disséminer les traces de leur travail dans leurs films et d’inviter ainsi le spectateur à les recueillir afin de reconstruire une méthode de production, de fabrication, d’un film.

♥♥♥♥♥

 

Cinemas profanes

Cinémas profanes

En développant le concept de « cinéma(s) profane(s) », Thomas Voltzenlogel, professeur de théorie et dramaturgie à la Haute École des Arts du Rhin, décrit les méthodes, visées et problématiques de mises en scène marquées par une remise en cause constante et généralisée. Les réalisateurs profanes « rendent visibles leur activité tout comme ils rendent visibles et audibles l’existence d’images, de phénomènes, de textes, de sons et d’individus invisibilisés au quotidien ». De fait, la démarche de l’auteur se veut protéiforme, relevant d’une triple perspective, tout à la fois politique, esthétique, et spectatorielle. Au cœur de l’argumentaire, trois cinématographies que le cinéphile prendra plaisir à reconnaître ou à découvrir.  Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, Pedro Costa, et Harun Farocki configurent ici une constellation artistique-critique à travers des réalisations empreintes d’une sensibilité incarnée et d’une distanciation affirmée. Avec érudition et parcimonie, Voltzenlogel use de nombreuses références (Brecht, Marx, les philosophes de l’École de Francfort) afin de décrire l’originalité d’une posture commune mais néanmoins singulière et différenciée. Les analyses de séquences et de plans soulignent la qualité d’un geste syncrétique (cinéma, arts de la scène, peinture), incluant le spectateur dans l’agencement de sa manière et l’élaboration de sa réflexion. Au-delà du simple principe d’auto-réflexivité, l’auteur rappelle la qualité éminemment contextuelle et en cela engagée des films étudiés. Le « profane » suppose par ailleurs la possibilité d’une émancipation que l’ouvrage retrouve à travers différentes notions : l’imaginaire (Straub-Huillet), le montage (Farocki), l’affirmation d’un souvenir littéralement édifié en présence (Costa). Tout au long de son étude, Voltzenlogel se déporte de ses principaux objets d’étude pour élargir le champ de ses exemples. Jil Godmilow, Vincent Dieutre, ou Valérie Massadian apparaissent comme les successeurs d’une méthode formelle et dramaturgique particulièrement féconde. S’inspirant de celle-ci, l’auteur n’oublie pas de revenir sur les acquis, les limites et les ouvertures apportés par les cinémas profanes au sein de notre civilisation contemporaines gangrené par l’homogénéisation des images et le désir de neutralité. À la densité du fond répond la grande qualité d’une mise en page riche en illustrations (ce qui mérite d’être souligné, la chose étant rare dans le domaine des publications universitaires). Ces dernières, principalement composées de captures d’écran (noir et blanc et couleurs) amplifient encore le plaisir pris à la lecture de cet ouvrage particulièrement précieux dans le domaine de la théorie cinématographique.

 

 

 

  • CINÉMAS PROFANES
  • Auteur : Thomas Voltzenlogel
  • Éditions : Presses Universitaires de Strasbourg
  • Collection : Formes cinématographiques 
  • Date de parution : mars 2018
  • Format : 270 pages
  • Tarif : 27 €

Commentaires

A la Une

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts