Livre / Cinémas profanes : critique

Publié par Jacques Demange le 27 avril 2018

Résumé : Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, Harun Farocki et Pedro Costa inventent des dispositifs cinématographiques qui profanent le cinéma. En déconstruisant le langage cinématographique, en mettant au jour leur « armature artistique », les films profanes libèrent et transmettent des énergies, des capacités d’imagination et des méthodes de production d’images, de montages, de pensées. Leur fonction n’est pas tant de communiquer un message, de donner une leçon ou de transmettre un savoir au spectateur, que de disséminer les traces de leur travail dans leurs films et d’inviter ainsi le spectateur à les recueillir afin de reconstruire une méthode de production, de fabrication, d’un film.

♥♥♥♥♥

 

Cinemas profanes

Cinémas profanes

En développant le concept de « cinéma(s) profane(s) », Thomas Voltzenlogel, professeur de théorie et dramaturgie à la Haute École des Arts du Rhin, décrit les méthodes, visées et problématiques de mises en scène marquées par une remise en cause constante et généralisée. Les réalisateurs profanes « rendent visibles leur activité tout comme ils rendent visibles et audibles l’existence d’images, de phénomènes, de textes, de sons et d’individus invisibilisés au quotidien ». De fait, la démarche de l’auteur se veut protéiforme, relevant d’une triple perspective, tout à la fois politique, esthétique, et spectatorielle. Au cœur de l’argumentaire, trois cinématographies que le cinéphile prendra plaisir à reconnaître ou à découvrir.  Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, Pedro Costa, et Harun Farocki configurent ici une constellation artistique-critique à travers des réalisations empreintes d’une sensibilité incarnée et d’une distanciation affirmée. Avec érudition et parcimonie, Voltzenlogel use de nombreuses références (Brecht, Marx, les philosophes de l’École de Francfort) afin de décrire l’originalité d’une posture commune mais néanmoins singulière et différenciée. Les analyses de séquences et de plans soulignent la qualité d’un geste syncrétique (cinéma, arts de la scène, peinture), incluant le spectateur dans l’agencement de sa manière et l’élaboration de sa réflexion. Au-delà du simple principe d’auto-réflexivité, l’auteur rappelle la qualité éminemment contextuelle et en cela engagée des films étudiés. Le « profane » suppose par ailleurs la possibilité d’une émancipation que l’ouvrage retrouve à travers différentes notions : l’imaginaire (Straub-Huillet), le montage (Farocki), l’affirmation d’un souvenir littéralement édifié en présence (Costa). Tout au long de son étude, Voltzenlogel se déporte de ses principaux objets d’étude pour élargir le champ de ses exemples. Jil Godmilow, Vincent Dieutre, ou Valérie Massadian apparaissent comme les successeurs d’une méthode formelle et dramaturgique particulièrement féconde. S’inspirant de celle-ci, l’auteur n’oublie pas de revenir sur les acquis, les limites et les ouvertures apportés par les cinémas profanes au sein de notre civilisation contemporaines gangrené par l’homogénéisation des images et le désir de neutralité. À la densité du fond répond la grande qualité d’une mise en page riche en illustrations (ce qui mérite d’être souligné, la chose étant rare dans le domaine des publications universitaires). Ces dernières, principalement composées de captures d’écran (noir et blanc et couleurs) amplifient encore le plaisir pris à la lecture de cet ouvrage particulièrement précieux dans le domaine de la théorie cinématographique.

 

 

 

  • CINÉMAS PROFANES
  • Auteur : Thomas Voltzenlogel
  • Éditions : Presses Universitaires de Strasbourg
  • Collection : Formes cinématographiques 
  • Date de parution : mars 2018
  • Format : 270 pages
  • Tarif : 27 €

Commentaires

A la Une

Officier et Gentleman : Un remake en préparation avec Miles Teller en tête d’affiche

L’acteur de Whiplash et de Top Gun Maverick reprendra le rôle tenu par Richard Gere dans le film original des… Lire la suite >>

Possession : Robert Pattinson s’associe au réalisateur de Smile pour un remake

L’acteur Robert Pattinson et le réalisateur des deux films Smile, Parker Finn, ont pour projet un remake du classique des… Lire la suite >>

Rebecca Ferguson et Idris Elba au casting du nouveau film de Kathryn Bigelow

Après sept ans d’attente, le retour de la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow n’a jamais été aussi proche. Elle devrait accueillir… Lire la suite >>

The Hexagonal Hive and a Mouse in a Maze : Tilda Swinton dévoile la bande-annonce de son premier documentaire

L’actrice oscarisée Tilda Swinton, reconnue pour son talent et sa polyvalence, va faire ses débuts derrière la caméra.    … Lire la suite >>

Johnny Depp incarnera Satan et rejoint Jeff Bridges en Dieu dans le prochain Terry Gilliam

Le réalisateur britannique, ex-membre des Monty Python, débutera en janvier le tournage de son prochain long-métrage, The Carnival at the End… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 705 465 7 7 321 013
2 BAD BOYS : RIDE OR DIE 257 710 2 637 833
3 LA PETITE VADROUILLE 116 924 2 277 085
4 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 95 622 6 2 297 722
5 FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX 94 954 4 828 705
6 LES GUETTEURS 94 753 1 94 753
7 JULIETTE AU PRINTEMPS 69 183 1 69 183
8 HAIKYU !! LA GUERRE DES POUBELLES 64 242 1 64 242
9 BLUE & COMPAGNIE 59 387 6 1 118 575
10 LOVE LIES BLEEDING 37 146 1 37 146

Source: CBO Box office

Nos Podcasts