Livre / Movie Journal par Jonas Mekas : critique

Publié par Jacques Demange le 20 avril 2018

Résumé : Artiste infatigable, qui tourne encore à 90 ans, proche d’Andy Warhol (il l’a notamment assisté sur le tournage d’Empire), Jonas Mekas fut aussi l’un des plus grands critiques cinématographiques américains. De 1959 à 1971, il officie dans plusieurs revues new-yorkaises et y déploie une écriture hautement poétique et amoureuse, dont la seule valeur littéraire justifierait amplement cette édition. Farouchement libertaire, il appelle à la libération du cinéma, déclame sa passion pour « l’art qui n’a d’autre but que sa propre beauté : il est tout simplement comme les arbres sont. »

♥♥♥♥♥

 

Movie Journal - Jonas Mekas

Movie Journal – Jonas Mekas

Après la publication des écrits d’Alfred Hitchcock (en deux volumes), et des mémoires de John Boorman (Prix 2017 du Syndicat Français de la Critique de Cinéma), la maison Marest enrichit son catalogue étranger du Movie Journal de John Mekas. Regroupant l’ensemble des textes publiés par le réalisateur entre 1958 et 1971 pour la revue new-yorkaise Village Voice, cette anthologie profite d’une liberté de ton et d’un éclectisme particulièrement stimulants. Classés de façon chronologique, les articles de Mekas s’articulent d’abord autour d’une défense tout azimut du « Nouveau cinéma américain » (comprendre le cinéma d’avant-garde de la côte est, exemplairement représenté par les premières productions de Lionel Rogosin, Maya Deren, ou John Cassavetes). Mais au-delà de ce seul contexte, l’ouvrage synthétise remarquablement une pensée du cinéma oscillant entre un solipcisme critique et un amour des sensations (qui dépasse d’ailleurs le seul cadre des films pour investir l’ensemble du dispositif cinématographique). Kurosawa, Fellini, Bogart, Dean, ou Brando hantent l’imaginaire cinéphilique de Mekas, symptômes de l’évolution du cinéma international et du renouveau de la culture américaine apparu au tournant des années cinquante. Sur les sillons de la littérature beatnik et de la mouvance contre-culturelle des sixties, Mekas envisage le cinéma comme un art total. Gare aux productions qui ne répondraient pas aux imprécations essentialistes de celui-ci ! Volontiers polémique, le ton emprunté par Mekas invite au débat tout en s’assurant la partialité d’une attitude syncrétique (en cela, son écriture se distingue de celle de Manny Farber, autre grand défenseur d’un cinéma auto-réflexif). Parfaitement traduits par Véronique Gourdon, les propos du réalisateur relève d’une clarté que renforce encore la cohérence de son œuvre manuscrite (véritable pendant, on l’aura compris, de ses contributions filmiques). La présence d’un index des films et des noms se révèle particulièrement précieuse, l’éditeur ayant par ailleurs eu l’excellente initiative de proposer une bibliographie sélective concernant la carrière (de critique et de réalisateur) de Mekas.

 

 

 

  • MOVIE JOURNAL
  • Auteur : Jonas Mekas
  • Traduction : Véronique Gourdon
  • Éditions : Marest Éditeur
  • Collection : Domaine étranger
  • Date de parution : avril 2018
  • Format : 576 pages
  • Tarif : 19 €

Commentaires

A la Une

Easy Rider : Une nouvelle version du film culte en préparation

Plus de cinquante ans après sa sortie, Easy Rider de Dennis Hopper avec Peter Fonda et Jack Nicholson pourrait avoir… Lire la suite >>

Copenhagen Cowboy : Un nouveau trailer coloré et énigmatique pour la série de Nicolas Winding Refn

La nouvelle série du réalisateur de Drive, à destination de Netflix, se dévoile un peu plus à travers une envoûtante… Lire la suite >>

Élémentaire : une première bande-annonce pour le prochain Pixar

La bande-annonce du prochain film d’animation des studios Disney-Pixar dévoile doucement mais sûrement son univers haut en couleurs.    … Lire la suite >>

Indiana Jones 5 : Le film dévoile ses personnages dans de nouvelles images

Après un premier cliché entre ombre et lumière, le prochain film de la saga Indiana Jones continue de se dévoiler,… Lire la suite >>

Bradley Cooper sera Frank Bullitt pour Steven Spielberg

Bradley Cooper succédera à Steve McQueen dans le rôle culte de Frank Bullitt, devant la caméra de Steven Spielberg.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 392 564 3 2 810 290
2 SIMONE - LE VOYAGE DU SIECLE 201 751 7 2 024 616
3 COULEURS DE L'INCENDIE 129 914 3 620 671
4 LE MENU 124 279 1 124 279
5 RESTE UN PEU 113 050 2 265 745
6 LES MIENS 98 004 1 98 004
7 MASCARADE 77 221 5 798 310
8 LES FEMMES DU SQUARE 66 258 2 172 086
9 ARMAGEDDON TIME 60 612 3 309 249
10 NOVEMBRE 58 451 8 2 298 497

Source: CBO Box office

Nos Podcasts