Top 25 des meilleures comédies musicales de tous les temps

Publié par Sévan Lesaffre le 26 avril 2018
Le Magicien dOz - The Wizard of Oz

Le Magicien d’Oz – The Wizard of Oz

Le Magicien d’Oz (The Wizard of Oz) de Victor Fleming (1939)

Le Magicien d’Oz annonce véritablement les années 1940. Adapté du conte populaire de L. Frank Baum datant de 1901, il met en scène Dorothy Gale et ses trois compagnons, l’épouvantail (Ray Bolger), l’homme de fer (Jack Haley) et le lion (Bert Lahr) parcourant la célèbre route de briques jaunes jusqu’à la cité d’émeraude. Le film débute dans un Kansas en sépia et s’ouvre au Technicolor flamboyant qui a fait une partie de son succès.

 

Richard Thorpe, George Cukor, Victor Fleming et King Vidor se voient tour à tour confier la réalisation de la comédie musicale la plus coûteuse jamais réalisée. Louis B. Mayer mise sur le talent vocal de la jeune Judy Garland pour adapter The Wizard of Oz, en réponse au succès grandissant de Walt Disney avec le film d’animation Blanche Neige et les sept nains de 1937. Choisie par défaut pour remplacer Shirley Temple, alors en contrat avec la Fox, Garland devient une vedette à l’âge de dix-sept ans et les chansons Over the Rainbow ou We’re Off to See the Wizard, des classiques. Garland fit tout le film, et le film fit d’elle une star ; la chanson phare composée par Harold Arlen devint même la marche de l’Australie pendant la guerre et remporta l’Oscar en 1940.

 

Le Magicien d’Oz demeure une fable musicale flamboyante d’un genre nouveau, tournée vers l’avant-gardisme et marque la naissance des effets spéciaux à Hollywood (apparitions de la vaporeuse fée Glinda, interprétée par Billie Burke, dans une bulle « de savon », le vol des affreux singes volants, la boule de cristal de la sorcière de l’Ouest (incarnée par l’inimitable Margaret Hamilton) ou encore le cheval multicolore de la cité d’Oz). Son esthétique, qui doit beaucoup à la perpective forcée produite par les matte paintings, coïncide avec celle d’Autant en Emporte Le Vent, réalisé la même année par Victor Fleming. Les souliers de rubis, quant à eux, sont restés l’un des symboles incontournables d’Hollywood conservés au Musée National de l’Histoire américaine de Washington où ils suscitent toujours la fascination du public.

 

Commentaires

A la Une

Labyrinthe : Scott Derrickson réalisera la suite du film culte de Jim Henson

Le long-métrage TriStar porté par David Bowie se dote d’une suite dirigée par Scott Derrickson, près de trente-quatre ans après… Lire la suite >>

Blue Movie, le porno satirique que Stanley Kubrick a manqué de réaliser

Le réalisateur d’Orange Mécanique s’est vu un jour proposer de porter à l’écran un récit parodique sur l’industrie pornographique, l’histoire… Lire la suite >>

Emma Mackey bientôt dans la peau d’Emily Brontë

La jeune interprète de Maeve, l’adepte de littérature féministe de Sex Education, a décroché le rôle-titre d’Emily, le biopic de… Lire la suite >>

Madi : Duncan Jones prépare la suite de Moon et de Mute en roman graphique

Le cinéaste britannique a ouvert un kickstarter afin de financer Madi : Once Upon A Time In The Future, sa BD située… Lire la suite >>

[À l’écoute] Quand la trilogie originelle Star Wars fut adaptée en feuilleton radiophonique

En 1981, 1983 et 1996, la saga de George Lucas a été transposée en feuilleton radio. Une version romancée des… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts