Top 25 des meilleures comédies musicales de tous les temps

Publié par Sévan Lesaffre le 26 avril 2018
Le Chant du Missouri - Meet Me in St. Louis

Le Chant du Missouri – Meet Me in St. Louis

Le Chant du Missouri (Meet Me in St. Louis) de Vincente Minnelli (1944)

Avec Meet Me in St. Louis, tiré du récit orignal de Sally Benson intitulé 5135 Kensington Avenue, Minnelli dépeint une évocation nostalgique et colorée de l’Amérique de 1903. Le public parvient aisément à s’identifier à cette famille idéalisée, heureuse de vivre dans le Missouri du début du siècle. Il s’attache à la sensibilité de trois figures féminines ; Lucille Bremer dans le rôle de l’ainée (Rose) Judy Garland, la jeune fille en fleur (Esther) et la jeune Margaret O’Brien (Tootie). L’intrigue et l’esthétique du film ressemblent à s’y méprendre aux Quatre Filles du Docteur March (1949) de Mervyn LeRoy, version mettant en vedette June Allyson, Elizabeth Taylor, Janet Leigh ainsi que la même Margaret O’Brien.

 

L’histoire se déroule en 1903 à Saint Louis, la vie paisible de la famille Smith est rythmée par la tranquillité des saisons, jusqu’au jour où Monsieur Smith décide de déménager pour s’installer à New York. La nouvelle, qui ne plaît à personne, déclenche une véritable tempête dans l’univers feutré de la maison bourgeoise. Le père revient finalement sur sa décision.

 

Ce film musical optimiste témoigne de son époque en rappelant le charme et la douceur d’antan ainsi que la quiétude d’un monde en paix où il fait bon vivre chez soi. La réplique finale « where we live, right here in St. Louis » fait directement référence à la morale du Magicien d’Oz : « there’s no place like home ». Porté par les numéros chantés et les compositions romantiques de Hugh Martin (The Boy Next DoorHave Yourself A Merry Little Christmas), Le Chant du Missouri détient les valeurs mêmes des États-Unis et repose sur la voix inimitable de Judy Garland, consacrée en star. La séquence du « trolley » est d’ailleurs une scène d’anthologie du cinéma hollywoodien. De plus, Meet Me in St. Louis est souvent considéré comme le meilleur Garland. Il s’agit du long métrage qui marque le retour de la romance à la MGM ; il rapporte dès sa sortie plus de six fois son coût de production.

 

Commentaires

A la Une

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Cannes 2020 : The French Dispatch, Soul parmi les 56 films sélectionnés

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé ce mercredi 3 juin les 56 longs-métrages sélectionnés pour être présentés dans différents… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts