Ressortie / Fog de John Carpenter : critique

Publié par CineChronicle le 31 octobre 2018

Synopsis : Antonio Bay, petit village de pêcheurs de Californie du Nord, s’apprête à célébrer son centenaire. Mais la quiétude de la ville est perturbée par de mystérieux évènements…

♥♥♥♥♥

 

Fog - affiche

Fog – affiche

Pour fêter Halloween ce 31 octobre, Fog de John Carpenter ressort en salles en version restaurée 4K inédite grâce à Splendor Films. Flashback. John Carpenter est auréolé de la casquette de Maître de l’Horreur depuis le succès retentissant de son Halloween en 1978. Comme toute étoile montante à Hollywood, les critiques attendent sa prochaine réalisation. Plutôt que de céder aux sirènes des majors, le réalisateur, après un téléfilm biographique sur Elvis Presley, se tourne vers la petite maison AVCO-Embassy, spécialisée dans les petits films d’horreur pour un contrat de deux projets : le premier fruit de cette collaboration est Fog, en 1980. Écrivant à nouveau le script à quatre mains, avec sa compagne d’alors (et productrice) Debra Hill, John Carpenter s’inspire d’un film de série B britannique, The Trollenberg Terror, qui mettait en scène des fantômes cachés dans les nuages, ainsi que d’une visite qui l’a particulièrement marquée du site de Stonehenge, nappé dans le brouillard. Des légendes locales de naufrages achèvent de l’inspirer. Limité à un budget de 1 million de dollars (le triple d’Halloween), John Carpenter a conscience que son histoire de fantômes vengeurs émergeant d’un brouillard maléfique a toutes les apparences d’un film de série B. Il corrigera cet aspect en filmant en format anamorphique, traditionnellement réservé aux grandes productions. Quitte à filmer un petit film d’horreur, autant qu’il n’en ait pas l’aspect. Si Debra Hill était encore sa compagne au moment de l’écriture, Carpenter prend pour rôle principal celle qu’il a épousé en 1979, Adrienne Barbeau, qu’il avait rencontrée sur le tournage de son téléfilm Meurtre au 43ème étage, réalisé juste avant Halloween. Jamie Lee Curtis, l’héroïne d’Halloween, revient également, accompagnée par sa mère, Janet Leigh, la protagoniste de Psychose. Les noms des personnages sont aussi l’occasion de références de la part de Carpenter : l’un porte le nom de Dan O’Bannon, scénariste d’Alien, qui avait aidé Carpenter sur son film d’étudiant, Dark Star ; un autre, Nick Castle, qui avait campé le tueur d’Halloween ; un troisième, Tommy Wallace, le monteur attitré de Carpenter ; et le médecin-légiste de la ville s’appelle Phibes, référence à l’Abominable Docteur Phibes, film d’horreur culte avec Vincent Price.

 

Fog

Fog

 

Le film occupe une position mal aimée dans le coeur des fans de Carpenter. Il est vrai qu’il l’a réalisé entre Halloween et New York 1997, des films universellement salués, et son scénario assez éculé, avec des personnages sans grande profondeur, a déçu plus d’un. Cependant, s’il s’agit seulement de son deuxième film d’horreur, Carpenter commence à trouver ses marques. L’action se concentre rapidement en un huis-clos, où les personnages commencent à succomber à la terreur et la folie ; procédé qu’il avait déjà très bien exploité dans Assaut et qui reviendra souvent dans la suite. Mais là où l’auteur s’affirme, c’est que John Carpenter ne propose que six meurtres, pratiquement tous hors-champ, prenant le contrepied d’une mode du gore dans l’horreur hollywoodienne. Une mode qu’il avait lui-même contribué à lancer avec Halloween !

 

Sa volonté de se détacher des codes le pousse à sublimer un genre très marqué par le nanar, au-delà de sa maîtrise technique indéniable. Une profondeur se trouve rajoutée avec sa critique en filigrane de l’Amérique des Pères Fondateurs. En effet, la ville doit sa prospérité (et sa malédiction) à un naufrage criminel, qui revient la hanter. Le score au box-office est une réussite, mais la critique est très désarçonnée, d’autant qu’AVCO-Embassy a dépensé le triple du budget en publicité, allant jusqu’à installer des machines à brouillard dans les cinémas. Carpenter lui-même est terriblement déçu par le premier montage, tout comme les producteurs. Pour le rendre plus effrayant, il refait la musique, le montage et tourne des scènes plus gores qu’initialement prévues. Le remake en 2005 sera franchement raté et édulcoré. De nos jours, Fog, bien que souvent oublié, a acquis une réputation de Dents de la Mer surnaturel et de film d’ambiance réussi.

 

Arthur de Boutiny

 

 

 

  • FOG (The Fog)
  • Ressortie salles : 31 octobre 2018
  • Version restaurée 4K
  • Réalisation : John Carpenter
  • Avec : Adrienne Barbeau, Jamie Lee Curtis, Janet Leigh, John Houseman, Tom Atkins, James Canning, Charles Cyphers, Nancy Loomis, Ty Mitchell, Hal Holbrook
  • Scénario : John Carpenter, Debra Hill
  • Production : Debra Hill
  • Photographie : Dean Cundey
  • Montage : Charles Bornstein, Tommy Lee Wallace
  • Décors : Tommy Lee Wallace
  • Costumes : Stephen Loomis, Bill Whitten
  • Musique : John Carpenter
  • Distribution : Splendor Films
  • Durée : 89 minutes
  • Sortie initiale : 8 février 1980 (États-Unis) – 19 mars 1980 (France)

 

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts