Little Joe de Jessica Hausner : critique

Publié par Erica Farges le 26 mai 2019

Synopsis : Alice, mère célibataire, est une phytogénéticienne chevronnée qui travaille pour une société spécialisée dans le développement de nouvelles espèces de plantes. Elle a conçu une fleur très particulière, rouge vermillon, remarquable tant pour sa beauté que pour son intérêt thérapeutique. En effet, si on la conserve à la bonne température, si on la nourrit correctement et si on lui parle régulièrement, la plante rend son propriétaire heureux. Alice va enfreindre le règlement intérieur de sa société en offrant une de ces fleurs à son fils adolescent, Joe. Ensemble, ils vont la baptiser  » Little Joe « . Mais, à mesure que la plante grandit, Alice est saisie de doutes quant à sa création : peut-être que cette plante n’est finalement pas aussi inoffensive que ne le suggère son petit nom.

♥♥♥♥♥

 

Little Joe - affiche

Little Joe – affiche

Déjà membre du jury à plusieurs reprises, la cinéaste autrichienne Jessica Hausner a présenté cette année son premier long métrage, tourné en anglais, en compétition officielle au Festival de Cannes. Fable dystopique qui tourne autour des expérimentations scientifiques sur la fleur dont le nom fait référence au fils de sa créatrice et titre le film, Little Joe s’imprègne du genre de la science-fiction. Sorte de métaphore de la puissance de l’industrie pharmaceutique, et peut-être aussi de celle liée à l’agroalimentaire, elle s’édifie à partir d’une plante qui change le comportement des gens respirant son pollen. Si le schéma de la contamination est récurrent dans ce registre cinématographique, l’originalité ici est que cette contagion ne joue pas sur les ressorts habituels de la peur au cinéma. Se déroulant du point de vue d’Alice, phytogénéticienne et mère célibataire, co-créatrice de Little Joe avec son collègue Chris (Ben Whishaw), ce rôle a valu à Emily Beecham (Ave, César !, 28 semaines plus tard, Daphne) le Prix d’interprétation féminine lors de cette 72e édition du Festival de Cannes. Une récompense que l’actrice anglo-américaine mérite amplement pour avoir su donner de l’ambigüité à son personnage sans avoir recours aux moyens classiques afin de semer le trouble et angoisser les spectateurs. Certes, l’aspect un peu trop contemplatif, sans aucune manifestation vraiment marquante, peut ennuyer parfois. Pourtant, cet apparent défaut confère aussi un charme et une douceur, soulignée par la BO élaborée à partir de morceaux du musicien japonais Teiji Ito, qui a souvent travaillé sur les films de Maya Deren, au long-métrage duquel ressort une empreinte propre à la cinéaste. On remarque également un travail très intéressant au niveau de l’image conçue par Martin Gschlacht (Lovely Rita, Hotel, Amour fou) directeur de la photographie fétiche de la réalisatrice, et surtout de la couleur : les tons froids caractéristiques du milieu laborantin laissent place au rouge vermillon de la fleur qui se propage dans les décors au fur et à mesure que les effets supposés du pollen se répandent sur les personnages, peut-être pour signifier une science qui devient chaque fois plus omnipotente, à l’image de ce qu’a été la religion autrefois. Mais ce n’est que l’un des sens multiples que l’on peut donner à Little Joe, car il s’agit d’une œuvre ambivalente qui nous laisse la liberté de concevoir notre propre interprétation des événements qui se déroulent à l’écran.

 

 

 

  • LITTLE JOE
  • Sortie salles : 13 novembre 2019
  • Réalisation : Jessica Hausner
  • Avec : Emily Beecham, Ben Whishaw, Kerry Fox, Kit Connor, David Wilmot, Phénix Brossard, Sebastian Hülk, Lindsay Duncan, Leanna Best, Goran Kostic, Yana Yanezic, Andrew Rajan
  • Scénario : Jessica Hausner et Géraldine Bajard
  • Production : Jessica Hausner, Philippe Bober, Bertrand Faivre, Martin Gschlacht, Gerardine O’Flynn, Bruno Wagner
  • Photographie : Martin Gschlacht
  • Montage : Karina Ressler
  • Décors : Katharina Wöppermann
  • Costumes : Tanja Hausner
  • Musique : Teiji Ito
  • Distribution : Bac Films
  • Durée : 1h45

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : Le Studio Ghibli sera récompensé d’une Palme d’or d’honneur

Pour la première fois de son histoire, le comité d’organisation du Festival de Cannes va décerner une Palme d’Or d’honneur collective à un studio de cinéma. Un choix audacieux pour …

Y a-t-il un flic : Pamela Anderson rejoint Liam Neeson dans le remake 

Le projet de remake de la saga Y a-t-il un flic va raviver la nostalgie de nombreux fans, avec l’arrivée de l’icône Pamela Anderson aux côtés de Liam Neeson.

Cannes 2024 : La Quinzaine des cinéastes dévoile sa sélection officielle

La 56e sélection de la Quinzaine des cinéastes se révèle avec des films indépendants, engagés et atypiques à travers le globe.

Cannes 2024 : La sélection de la Semaine de la Critique

La Semaine de la Critique, qui aura lieu entre le 15 et le 23 mai, a dévoilé sa sélection qui vise toujours à mettre en avant les premiers et seconds longs-métrages.

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 S.O.S FANTOMES : LA MENACE DE GLACE 308 185 1 308 185
2 KUNG FU PANDA 4 300 396 3 1 460 893
3 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 245 400 2 688 104
4 NOUS, LES LEROY 204 366 1 204 366
5 DUCOBU PASSE AU VERT ! 163 343 2 394 526
6 LA MALEDICTION : L'ORIGINE 104 374 1 104 374
7 DUNE DEUXIEME PARTIE 92 500 7 3 957 190
8 LE MAL N'EXISTE PAS 69 187 1 69 187
9 PAS DE VAGUES 63 322 3 328 687
10 ET PLUS SI AFFINITES 58 491 2 208 240

Source: CBO Box office

Nos Podcasts