Little Joe de Jessica Hausner : critique

Publié par Erica Farges le 26 mai 2019

Synopsis : Alice, mère célibataire, est une phytogénéticienne chevronnée qui travaille pour une société spécialisée dans le développement de nouvelles espèces de plantes. Elle a conçu une fleur très particulière, rouge vermillon, remarquable tant pour sa beauté que pour son intérêt thérapeutique. En effet, si on la conserve à la bonne température, si on la nourrit correctement et si on lui parle régulièrement, la plante rend son propriétaire heureux. Alice va enfreindre le règlement intérieur de sa société en offrant une de ces fleurs à son fils adolescent, Joe. Ensemble, ils vont la baptiser  » Little Joe « . Mais, à mesure que la plante grandit, Alice est saisie de doutes quant à sa création : peut-être que cette plante n’est finalement pas aussi inoffensive que ne le suggère son petit nom.

♥♥♥♥♥

 

Little Joe - photo

Little Joe – photo

Pour la septième année consécutive, les films de Cannes s’invitent dans cinq cinémas Pathé et Gaumont à Toulouse, Rennes, Nantes, Lyon et Paris. L’occasion de se pencher sur certains films de la sélection. Déjà membre du jury à plusieurs reprises, la cinéaste autrichienne Jessica Hausner présente cette année son premier long métrage, tourné en anglais, en compétition officielle au Festival de Cannes. Fable dystopique qui tourne autour des expérimentations scientifiques sur la fleur dont le nom fait référence au fils de sa créatrice et titre le film, Little Joe s’imprègne du genre de la science-fiction. Sorte de métaphore de la puissance de l’industrie pharmaceutique, et peut-être aussi de celle liée à l’agroalimentaire, elle s’édifie à partir d’une plante qui change le comportement des gens respirant son pollen. Si le schéma de la contamination est récurrent dans ce registre cinématographique, l’originalité ici est que cette contagion ne joue pas sur les ressorts habituels de la peur au cinéma. Se déroulant du point de vue d’Alice, phytogénéticienne et mère célibataire, co-créatrice de Little Joe avec son collègue Chris (Ben Whishaw), ce rôle a valu à Emily Beecham (Ave, César !, 28 semaines plus tard, Daphne) le Prix d’interprétation féminine lors de cette 72e édition du Festival de Cannes. Une récompense que l’actrice anglo-américaine mérite amplement pour avoir su donner de l’ambigüité à son personnage sans avoir recours aux moyens classiques afin de semer le trouble et angoisser les spectateurs. Certes, l’aspect un peu trop contemplatif, sans aucune manifestation vraiment marquante, peut ennuyer parfois. Pourtant, cet apparent défaut confère aussi un charme et une douceur, soulignée par la BO élaborée à partir de morceaux du musicien japonais Teiji Ito, qui a souvent travaillé sur les films de Maya Deren, au long-métrage duquel ressort une empreinte propre à la cinéaste. On remarque également un travail très intéressant au niveau de l’image conçue par Martin Gschlacht (Lovely Rita, Hotel, Amour fou) directeur de la photographie fétiche de la réalisatrice, et surtout de la couleur : les tons froids caractéristiques du milieu laborantin laissent place au rouge vermillon de la fleur qui se propage dans les décors au fur et à mesure que les effets supposés du pollen se répandent sur les personnages, peut-être pour signifier une science qui devient chaque fois plus omnipotente, à l’image de ce qu’a été la religion autrefois. Mais ce n’est que l’un des sens multiples que l’on peut donner à Little Joe, car il s’agit d’une œuvre ambivalente qui nous laisse la liberté de concevoir notre propre interprétation des événements qui se déroulent à l’écran.

 

 

 

  • LITTLE JOE
  • Sortie salles : Prochainement
  • Réalisation : Jessica Hausner
  • Avec : Emily Beecham, Ben Whishaw, Kerry Fox, Kit Connor, David Wilmot, Phénix Brossard, Sebastian Hülk, Lindsay Duncan, Leanna Best, Goran Kostic, Yana Yanezic, Andrew Rajan
  • Scénario : Jessica Hausner et Géraldine Bajard
  • Production : Jessica Hausner, Philippe Bober, Bertrand Faivre, Martin Gschlacht, Gerardine O’Flynn, Bruno Wagner
  • Photographie : Martin Gschlacht
  • Montage : Karina Ressler
  • Décors : Katharina Wöppermann
  • Costumes : Tanja Hausner
  • Musique : Teiji Ito
  • Distribution : Bac Films
  • Durée : 1h45

Commentaires

A la Une

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Un trailer cauchemardesque pour Midsommar par le réalisateur d’Hérédité

Midsommar, film d’horreur suédo-américain écrit et réalisé par Ari Aster, déjà derrière Hérédité, a dévoilé son trailer cauchemardesque. Le long-métrage invite… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts