Le Roi Lion de Jon Favreau : critique

Publié par Sévan Lesaffre le 17 juillet 2019

Synopsis : Le combat du lionceau Simba pour régner sur la savane en dépit des complots de son oncle, Scar.

 

♥♥♥♥♥

 

Le Roi Lion - affiche

Le Roi Lion – affiche

À sa sortie en 1994, Le Roi Lion de Roger Allers et Rob Minkoff devient l’emblème de la renaissance artistique et commerciale des studios Disney et reste longtemps le plus gros succès d’animation de l’histoire, engrangeant presque un milliard de dollars au box-office mondial. Les emblématiques chansons The Circle of Life (L’Histoire de la vie)Hakuna MatataCan You Feel the Love Tonight ? (L’Amour brille sous les étoiles) et Be Prepared (Soyez Prêtes) sont sur toutes les lèvres tandis que le film remporte trois Golden Globes et deux Oscars en 1995, avant d’être inscrit au National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès américain pour son « importance culturelle, historique ou esthétique ». Triomphe planétaire, le film connaît aussi le succès sous la forme d’une magistrale comédie musicale. Après Dumbo et Aladdin sortis cette année, les studios Disney « recyclent » Le Roi Lion, grand classique d’animation célébrant son vingt-cinquième anniversaire. Le scénario de ce remake en images de synthèse réalisé par Jon Favreau (Iron ManLe Livre de la Jungle) est calqué sur le récit original et nous plonge dans une savane africaine d’un réalisme saisissant. Le lion Mufasa, roi des animaux et son épouse, Sarabi, donnent naissance à un héritier, l’insouciant et turbulent Simba. Toute la savane se réjouit à l’exception de l’impitoyable Scar, le frère cadet de Mufasa, qui espérait accéder un jour au trône. Ce dernier, avec la complicité des hyènes diaboliques, décide alors de se débarrasser du père du lionceau. Contraint de s’enfuir, Simba est recueilli par Timon, un exubérant suricate et Pumbaa, phacochère grassouillet et malodorant, ses nouveaux amis avec lesquels il va grandir et se reconstruire. Devenu adulte, il retrouve son amie Nala qui lui apprend que Scar règne désormais en tyran sur la Terre des Lions dévastée. Simba doit sauver son peuple, retrouver sa place à la tête du royaume et lui rendre sa beauté et sa grandeur.

 

Le Roi Lion

Le Roi Lion

 

L’intrigue du Roi Lion évoque de nombreuses vieilles légendes : cette histoire d’un roi assassiné et d’un fils revenu réclamer sa couronne trouve des échos dans la Bible avec les récits de Joseph et de Moïse, mais aussi dans la mythologie égyptienne – Osiris étant tué par son frère Seth et vengé par son fils Horus – et dans plusieurs mythes africains. La pièce Hamlet de Shakespeare, publiée en 1603, s’inscrit comme une autre influence indéniable. Hamlet et Simba dialoguent tous deux avec le fantôme de leur père, qui les aide à faire face à leurs doutes.

 

Ici encore, les équipes Disney ont cherché à mettre en valeur avec le plus de réalisme possible la beauté somptueuse et menaçante du continent africain. L’enjeu de Jon Favreau est de donner à cette adaptation un rendu naturaliste, quasi documentaire, en montrant une réalité brute et sauvage. Entièrement créé par ordinateur jouant avec le photoréalisme, l’univers du Roi Lion capture l’essence même du dessin animé original afin de moderniser, scène par scène, les aventures de Simba et Nala. Si la quête du lionceau en exil s’organise entre la Terre des Lions, le cimetière des éléphants, territoire des hyènes et la jungle, l’Afrique n’est pas une simple toile de fond mais bien partie intégrante de l’ensemble, dans son ampleur et ses contrastes. La richesse des décors parvient à exprimer de manière spectaculaire la diversité et le charme des paysages majestueux, à la fois paisibles et luxuriants.

 

Le Roi Lion

Le Roi Lion

 

Pourtant, les truculents et attachants protagonistes de ce voyage initiatique ont subi un fâcheux lifting numérique et apparaissent, pour la plupart, changés. Chacun est à son poste : Simba, ici calqué sur Aslan du Monde de Narnia, incarne la noblesse, la bravoure et la dignité face à l’arrogance de Scar qui symbolise le côté obscur du pouvoir, les inséparables compères Timon et Pumbaa apportent la touche d’humour et s’amusent à parodier la célèbre chanson Le lion est mort ce soir (clin d’œil disneyien, le suricate reprend quant à lui un extrait de C’est la Fête entonné par le chandelier Lumière dans La Belle et la Bête). Le majordome Zazu et le sage de la savane Rafiki restent en retrait. La représentation ultra-réaliste des animaux passe souvent derrière les émotions très peu visibles sur ces visages aux expressions figées.

 

La BO exceptionnelle ici revisitée ainsi que les différents tubes signés Elton John et Tim Rice font progresser efficacement le récit tout en offrant des intermèdes émouvants. La nouvelle chanson Spirit (interprétée par Beyoncé en VO) n’égale pas He Lives in You, titre phare du Roi Lion 2 repris au générique par l’immense Tina Turner. Jon Favreau suit méticuleusement le storyboard qui fait office de modèle et mise donc sur la prouesse technique pour redonner vie au Roi Lion, fidèle à l’image que les fans en gardent mais remis au goût du jour pour plaire aux jeunes générations. Si ce remake conforme à l’original est dénué de réelle idée forte de mise en scène, la portée universelle et l’importance de vivre en harmonie avec la nature tout en respectant le cycle de la vie restent intactes. Outre un graphisme somptueux et un photoréalisme impressionnant, les aventures de Simba sur le chemin de la maturité et de la sagesse parviendront-elles à émouvoir une nouvelle fois le monde entier ?

 

 

 

  • LE ROI LION (The Lion King)
  • Sortie : 17 juillet 2019
  • Réalisation : Jon Favreau
  • Avec les voix originales de : Donald Glover, Beyoncé, James Earl Jones, Seth Rogen, Chiwetel Ejiofor, Alfre Woodard, Billy Eichner, John Kani, John Oliver, Florence Kazumba, Eric André…
  • Scénario : Jeff Nathanson d’après les personnages créés par Irene Mecchi, Jonathan Roberts et Linda Woolverton sur une idée de Brenda Chapman
  • Production : Karen Gilchrist, Jeffrey Silver, John Bartnicki
  • Photographie : Caleb Deschanel
  • Montage : Adam Gerstel, Mark Livolsi
  • Décors : James Chinlund
  • Musique : Hans Zimmer, Elton John, Tim Rice
  • Distribution : The Walt Disney Company France
  • Durée : 1h58

 

 

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts