Ça – Chapitre 2 d’Andy Muschietti : critique

Publié par Erica Farges le 11 septembre 2019

Synopsis : 27 ans après la victoire du Club des Ratés sur Grippe-Sou, le sinistre Clown est de retour pour semer la terreur dans les rues de Derry. Désormais adultes, les membres du Club ont tous quitté la petite ville pour faire leur vie. Cependant, lorsqu’on signale de nouvelles disparitions d’enfants, Mike, le seul du groupe à être demeuré sur place, demande aux autres de le rejoindre. Traumatisés par leur expérience du passé, ils doivent maîtriser leurs peurs les plus enfouies pour anéantir Grippe-Sou une bonne fois pour toutes. Mais il leur faudra d’abord affronter le Clown, devenu plus dangereux que jamais…

♥♥♥♥♥

 

Ca chapitre 2 - affiche

Ca chapitre 2 – affiche

Deux ans après la sortie de Ça, le plus rentable des films d’horreur produit par Hollywood jusqu’à présent, Andy Muschietti (Mama) sort le deuxième volet des aventures du Club des Ratés dont les membres sont désormais adultes. Le diptyque du cinéaste argentin, basé sur le roman éponyme de Stephen King, ne reprend pas la structure non-linéaire de l’œuvre littéraire. À contrario, cette adaptation se compose d’une première partie centrée sur les événements que les personnages ont connu alors qu’ils étaient enfants et d’une suite se déroulant vingt-sept ans plus tard. L’effet d’écho escompté entre ces deux chapitres s’avère parfois réussi. Cependant, ce deuxième épisode tombe souvent dans la répétition excessive et superflue, sans vraiment apporter de nouveaux éléments autour du Grippe-Sou, alias Pennywise (Bill Skarsgård), qui revient terroriser les habitants de Derry tous les vingt-sept ans. Malgré les quelques flashbacks introduits dans Ça – Chapitre 2, on ne retrouve pas réellement de dialogues des personnages principaux avec leur part d’enfance, une caractéristique essentielle de l’histoire originale. Si le réalisateur et son scénariste Gary Dauberman (Ça, Annabelle, La Nonne) ont pris cette liberté sur la construction du récit, ils ont conservé l’alternance entre les points de vue de chaque membre du Club des Ratés, ce qui explique la durée conséquente du long-métrage de 2h50.

 

Ca chapitre 2

Ça – chapitre 2

 

Pourtant, le traitement de ces différentes perspectives aurait mérité d’être davantage élaboré afin d’éviter les longueurs inutiles et la confusion narrative. On regrette également, les ressorts horrifiques qui reposent beaucoup sur de simples jump scares, alors que l’œuvre littéraire prêtait parfaitement à une adaptation cinéma reprenant le suspense psychologique du texte de Stephen King.

 

En dépit de ces défauts pénalisants, on retient le grand potentiel de cette suite, sûrement plus prégnante que l’épisode précèdent. Effectivement, on voit à l’écran une poignée de scènes marquantes et remarquables, avec une mention spéciale pour la séquence d’ouverture, retranscrivant par moments l’ambiance cauchemardesque du roman. Il est également plaisant d’apercevoir les clins d’œil faits à Stephen King lui-même par le biais de plusieurs anciens du Club des Ratés. Sans oublier les acteurs qui incarnent à la perfection leurs personnages. Nous retrouvons les jeunes comédiens du premier volet lors des flashbacks, ainsi que Bill Skarsgård qui offre à nouveau une interprétation très crédible du Grippe-Sou. Quant à la version adulte des ex-losers, elle est interprétée par un casting cinq étoiles avec pour leaders du groupe Jessica Chastain (Beverly) et James McAvoy (Bill).

 

Ca chapitre 2

Ça – chapitre 2

 

L’intégralité du diptyque n’est pas franchement fidèle au roman dont il s’inspire, notamment dans sa morale qui diverge complètement de l’originale, mais la plupart des changements effectués s’intègrent harmonieusement à l’ensemble. Néanmoins, à la fois trop long, trop éparpillé et trop convenu, Ça – Chapitre 2 déçoit le public souhaitant retrouver au cinéma la quintessence du roman écrit par le roi de l’horreur.

 

 

 

  • ÇA – CHAPITRE 2 (It Chapter Two)
  • Sortie salles : 11 septembre 2019
  • Réalisation : Andy Muschietti
  • Avec : Bill Skarsgård, James McAvoy, Jessica Chastain, Bill Hader, Isaiah Mustafa, Jay Ryan, James Ransone, Andy Bean, Jaeden Martell, Wyatt Oleff, Jack Dylan Grazer, Finn Wolfhard, Sophia Lillis, Chosen Jacobs, Jeremy Ray Taylor, Xavier Dolan
  • Scénario : Gary Dauberman
  • Production : Barbara Muschietti, Dan Lin, Roy Lee, Victoria Palmeri, Jason Fuchs, Rob Beal, Daryl Purdy
  • Photographie : Checco Varese
  • Montage : Jason Ballantine
  • Décors : Paul D. Austerberry
  • Costumes : Oscar Luis Sequeira
  • Musique : Benjamin Wallfisch
  • Distribution : Warner Bros.
  • Durée : 2h50

 

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 J'ACCUSE 501 228 1 501 228
2 LE MANS 66 402 917 1 402 917
3 LA BELLE EPOQUE 301 927 2 867 356
4 HORS NORMES 237 055 4 1 766 186
5 JOKER 214 963 6 5 289 128
6 COUNTDOWN 151 196 1 151 196
7 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 131 970 5 2 534 381
8 ABOMINABLE 120 298 4 1 757 859
9 MIDWAY 104 749 2 342 818
10 RETOUR A ZOMBIELAND 72 263 3 531 019

Source: CBO Box office

Nos Podcasts