Alan Parker

Alan Parker

Le grand réalisateur britannique Alan Parker, connu pour ses grands succès critiques et publiques, est décédé à l’âge de 76 ans ce 31 juillet des « suites d’une longue maladie », a rapporté le porte-parole de sa famille.

 

 

 

Alan Parker, né en 1944 à Islington, Angleterre, restera dans l’Histoire du cinéma pour le souffle de violence qui animait ses films les plus célèbres. Une violence psychologique d’abord qui caractérise le parcours de Billy Hayes, le jeune touriste américain incarcéré dans la prison turque de Midnight Express (1978). Scénarisé par Oliver Stone, le second long métrage de Parker marque son arrivée tonitruante dans le système hollywoodien.

 

Marqué par ses débuts dans la publicité (une formation propre à toute une génération de réalisateurs qui émergèrent dans les années 1980), Parker marque ses films d’une recherche visuelle qui fait le prix de ses productions suivantes. La violence esthétisée de Angel Heart (1987) ou l’atmosphère nébuleuse de Birdy (1984) s’offrent comme des transports vers la symbolique d’un imaginaire aussi précieux que sidérant.

 

Difficile alors de ne pas reconnaître en Parker un précurseur de la nouvelle génération de réalisateurs américains qui émergera à la fin des années 1980 et au tout début des années 1990 : David Fincher, le Michael Bay première manière, et, bien sûr, Oliver Stone. On retrouve chez eux une même volonté de surprendre le public à travers une mise en scène qui complaît en même temps qu’elle agresse l’œil du cinéphile le plus aguerri.

 

Par ailleurs, Parker partage avec ses cadets un goût prononcé pour la musique. Si la bande musicale composée par Giorgio Moroder pour Midnight Express est restée dans les annales, l’identité orchestrale du cinéaste s’affirme avec le musical Fame (1980) et le génial The Wall (1982), pendant à la sauce Pink Floyd du Tommy (1975) réalisé par Ken Russell (avec lequel Parker partage d’ailleurs un certain nombre d’affinités).

 

Près de dix ans plus tard, ce sera à nouveau par le biais de la musique que le réalisateur reviendra vers sa Grande-Bretagne natale avec Les Commitments (1991) qui narre le parcours musical de chômeurs irlandais. Impossible enfin, de ne pas mentionner la comédie musicale Evita (1996) qui permet à Parker de retrouver Oliver Stone à l’écriture du scénario. Si le film profite pleinement de l’aura de son tandem de stars composé par Madonna et Antonio Banderas, il n’en propose pas moins une réflexion intéressante sur la politique et le succès, l’attachement à ses racines et la perte de l’innocence.

 

La singularité de Parker aura pourtant du mal à s’affirmer avec le temps. À partir de Mississippi Burning (1988), le cinéaste choisit de s’orienter vers les films à thèse. Bienvenue au Paradis (1990), Les Cendres d’Angela (1999), et La Vie de David Gale (2003), sa dernière production, ont moins la forme de brûlots que de plaidoyers en faveurs de valeurs nobles et universelles.

 

On retiendra cependant de Parker son talent protéiforme qui lui permit de s’épanouir autant dans le drame intimiste (L’Usure du temps) que dans la fresque historique (Aux bons soins du docteur Kellogs).

 

.
.

 

 

 

 

 

 

Commentaires

A la Une

Easy Rider : Une nouvelle version du film culte en préparation

Plus de cinquante ans après sa sortie, Easy Rider de Dennis Hopper avec Peter Fonda et Jack Nicholson pourrait avoir… Lire la suite >>

Copenhagen Cowboy : Un nouveau trailer coloré et énigmatique pour la série de Nicolas Winding Refn

La nouvelle série du réalisateur de Drive, à destination de Netflix, se dévoile un peu plus à travers une envoûtante… Lire la suite >>

Élémentaire : une première bande-annonce pour le prochain Pixar

La bande-annonce du prochain film d’animation des studios Disney-Pixar dévoile doucement mais sûrement son univers haut en couleurs.    … Lire la suite >>

Indiana Jones 5 : Le film dévoile ses personnages dans de nouvelles images

Après un premier cliché entre ombre et lumière, le prochain film de la saga Indiana Jones continue de se dévoiler,… Lire la suite >>

Bradley Cooper sera Frank Bullitt pour Steven Spielberg

Bradley Cooper succédera à Steve McQueen dans le rôle culte de Frank Bullitt, devant la caméra de Steven Spielberg.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 392 564 3 2 810 290
2 SIMONE - LE VOYAGE DU SIECLE 201 751 7 2 024 616
3 COULEURS DE L'INCENDIE 129 914 3 620 671
4 LE MENU 124 279 1 124 279
5 RESTE UN PEU 113 050 2 265 745
6 LES MIENS 98 004 1 98 004
7 MASCARADE 77 221 5 798 310
8 LES FEMMES DU SQUARE 66 258 2 172 086
9 ARMAGEDDON TIME 60 612 3 309 249
10 NOVEMBRE 58 451 8 2 298 497

Source: CBO Box office

Nos Podcasts