Ressortie / Scanners de David Cronenberg : critique

Publié par Jacques Demange le 17 août 2020

Synopsis : Cameron Vale est un télépathe qui vit en marge de la société. Repéré par la ConSec, société secrète qui mène des recherches sur ce type d’individus nommés “scanners”, il apprend auprès du Docteur Ruth à domestiquer son pouvoir. Cameron est alors chargé de localiser Daryl Revok, un scanner qui organise à échelle industrielle un trafic d’Ephémérol : une substance chimique dangereuse destiné aux femmes enceintes…

 

♥♥♥♥♥

 

Scanners - affiche ressortie

Scanners – affiche ressortie

Film-fétiche des inconditionnels de David Cronenberg, Scanners (1981) s’offre une ressortie en salles chapeautée par la maison Capricci. Formant une sorte de trilogie avec Chromosome 3 (1979) et Vidéodrome (1983), la production annonce et développe la relation maîtresse du cinéma de Cronenberg. De l’esprit au corps, de l’intériorité à l’apparence, Scanners propose un récit qui s’articule autour d’une traque à l’homme et de pouvoirs télépathiques. Le scénario, signé par le cinéaste, récupère habilement à son compte les codes du cinéma de genre pour déployer une mise en scène située hors des sentiers battus. C’est en effet la précision chirurgicale de Cronenberg qui étonne. Loin de se complaire dans la surenchère, le réalisateur canadien parvient à éviter le côté grand-guignolesque propre au gore pour orienter ses effets vers une épure inédite. Là où dans Carrie, Brian De Palma choisissait de traiter la télékinésie par le biais d’un split screen démonstratif, Cronenberg se contente du traditionnel champ-contrechamp qui lui permet d’établir un double-rapport de confrontation et de fusion. La sobriété du cinéaste se retrouve par ailleurs dans sa composition des images. En évitant les angles de prise de vue trop accusés et en se concentrant sur l’essentiel, les personnages et leurs relations, le film approfondit son rythme selon un tempo dédoublé. Il y a d’abord la maîtrise des scènes d’action, accordant la vitesse à la violence (et à propos de laquelle il faut rappeler l’excellent travail du génial Dick Smith).

 

 

Mais il y aussi ces moments de communion où les protagonistes décalent leur quête effrénée de sauvegarde vers une réflexion sur leur condition marginale. Sur ce point, les choix de casting opéré par Cronenberg se révèlent, comme à son habitude, excellents. Stephen Lack (qui réapparaîtra dans Faux-semblants) et Jennifer O’Neill (dont la carrière déclinante entamait alors sa phase descendante) accompagnent la tonalité du film en évitant les effets trop appuyés si typiques des acteurs du cinéma de genre. Les expressions abstraites du premier, la prégnance du regard de la seconde favorisent le mystère du drame en même temps qu’elles maintiennent sa tension latente.

 

Cet aspect est encore soutenu par la brillante composition musicale d’Howard Shore qui privilégie la nuance, instillant au sein de ses mélodies la présence de pointes électroniques qui assurent l’ambivalence de l’atmosphère générale du film. Entre un minimalisme affirmé et un monumentalisme camouflé qui fait en définitive le prix de la réalisation de Cronenberg. Entre prodige et malédiction, la télépathie prend dans Scanners la forme d’une télépathologie, maladie dont la promesse d’une cure pousse le personnage principal à trahir les siens. D’où la présence d’une réflexion sous-jacente sur les rapports communautaires et le pouvoir des institutions (scientifiques, gouvernementales, économiques…) que le cinéaste prolongera tout au long de sa filmographie.

 

 

Après la ressortie de Crash, celle de Scanners prouve que la restauration numérique sied parfaitement au cinéma de Cronenberg. A posteriori, le travail opéré sur ses images souligne en effet l’originalité ascétique de ses premiers films. L’homogénéité de ses compositions n’est pas sans rappeler la lumière crue d’un bloc opératoire. Le talent de Cronenberg se situe ainsi dans cette forme paradoxale d’une exposition non démonstrative. L’horreur est là, sous nos yeux, et c’est à nous, spectateurs, d’apprendre à la voir. 

 

 

 

  • SCANNERS
  • Ressortie salles : 19 août 2020
  • Version restaurée 2K
  • Réalisation et Scénario : David Cronenberg
  • Avec : Stephen Lack, Jennifer O’Neill, Michael Ironside, Patrick McGoohan, Lawrence Dane, Robert A. Silverman, Mavor Moore, Larry Perkins, Adam Ludwig, Louis Del Grande…
  • Production : Claude Héroux
  • Photographie : Mark Irwin
  • Montage : Ronald Sanders
  • Décors : Carol Spier
  • Musique : Howard Shore
  • Effets spéciaux : Garry Zeller
  • Maquillage : Dick Smith
  • Distribution : Capricci / Les Bookmakers
  • Durée : 1h43
  • Sortie initiale : 14 janvier 1981 (États-Unis) – 8 avril 1981 (France)

 

Commentaires

A la Une

Gremlins 3 : Chris Colombus ne veut pas de CGI

Chris Colombus est revenu récemment dans une interview sur la possibilité d’un Gremlins 3. Que les fans se rassurent, les… Lire la suite >>

Predator : le réalisateur de 10 Cloverfield Lane aux commandes d’un nouveau film

Dan Trachtenberg, connu pour avoir réalisé 10 Cloverfield Lane, est en pourparlers avec 20th Century Studios pour diriger un nouvel épisode… Lire la suite >>

Michael Shannon rejoint Brad Pitt dans le thriller d’action Bullet Train

L’acteur américain Michael Shannon va rejoindre Brad Pitt au casting de Bullet Train, un thriller d’action produit par Sony d’après… Lire la suite >>

Small Axe : Steve McQueen présente une anthologie de films sur la communauté noire d’Angleterre

Le réalisateur oscarisé de Twelve Years a Slave revisite l’histoire des descendants afro-caribéens au Royaume-Uni à travers une série de… Lire la suite >>

Lynne Ramsay va réaliser une adaptation de Stephen King

La réalisatrice Lynne Ramsay a été embauchée par Village Roadshow Pictures pour réaliser La petite fille qui aimait Tom Gordon,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts