Ressortie / Scanners de David Cronenberg : critique

Publié par Jacques Demange le 17 août 2020

Synopsis : Cameron Vale est un télépathe qui vit en marge de la société. Repéré par la ConSec, société secrète qui mène des recherches sur ce type d’individus nommés “scanners”, il apprend auprès du Docteur Ruth à domestiquer son pouvoir. Cameron est alors chargé de localiser Daryl Revok, un scanner qui organise à échelle industrielle un trafic d’Ephémérol : une substance chimique dangereuse destiné aux femmes enceintes…

 

♥♥♥♥♥

 

Scanners - affiche ressortie

Scanners – affiche ressortie

Film-fétiche des inconditionnels de David Cronenberg, Scanners (1981) s’offre une ressortie en salles chapeautée par la maison Capricci. Formant une sorte de trilogie avec Chromosome 3 (1979) et Vidéodrome (1983), la production annonce et développe la relation maîtresse du cinéma de Cronenberg. De l’esprit au corps, de l’intériorité à l’apparence, Scanners propose un récit qui s’articule autour d’une traque à l’homme et de pouvoirs télépathiques. Le scénario, signé par le cinéaste, récupère habilement à son compte les codes du cinéma de genre pour déployer une mise en scène située hors des sentiers battus. C’est en effet la précision chirurgicale de Cronenberg qui étonne. Loin de se complaire dans la surenchère, le réalisateur canadien parvient à éviter le côté grand-guignolesque propre au gore pour orienter ses effets vers une épure inédite. Là où dans Carrie, Brian De Palma choisissait de traiter la télékinésie par le biais d’un split screen démonstratif, Cronenberg se contente du traditionnel champ-contrechamp qui lui permet d’établir un double-rapport de confrontation et de fusion. La sobriété du cinéaste se retrouve par ailleurs dans sa composition des images. En évitant les angles de prise de vue trop accusés et en se concentrant sur l’essentiel, les personnages et leurs relations, le film approfondit son rythme selon un tempo dédoublé. Il y a d’abord la maîtrise des scènes d’action, accordant la vitesse à la violence (et à propos de laquelle il faut rappeler l’excellent travail du génial Dick Smith).

 

 

Mais il y aussi ces moments de communion où les protagonistes décalent leur quête effrénée de sauvegarde vers une réflexion sur leur condition marginale. Sur ce point, les choix de casting opéré par Cronenberg se révèlent, comme à son habitude, excellents. Stephen Lack (qui réapparaîtra dans Faux-semblants) et Jennifer O’Neill (dont la carrière déclinante entamait alors sa phase descendante) accompagnent la tonalité du film en évitant les effets trop appuyés si typiques des acteurs du cinéma de genre. Les expressions abstraites du premier, la prégnance du regard de la seconde favorisent le mystère du drame en même temps qu’elles maintiennent sa tension latente.

 

Cet aspect est encore soutenu par la brillante composition musicale d’Howard Shore qui privilégie la nuance, instillant au sein de ses mélodies la présence de pointes électroniques qui assurent l’ambivalence de l’atmosphère générale du film. Entre un minimalisme affirmé et un monumentalisme camouflé qui fait en définitive le prix de la réalisation de Cronenberg. Entre prodige et malédiction, la télépathie prend dans Scanners la forme d’une télépathologie, maladie dont la promesse d’une cure pousse le personnage principal à trahir les siens. D’où la présence d’une réflexion sous-jacente sur les rapports communautaires et le pouvoir des institutions (scientifiques, gouvernementales, économiques…) que le cinéaste prolongera tout au long de sa filmographie.

 

 

Après la ressortie de Crash, celle de Scanners prouve que la restauration numérique sied parfaitement au cinéma de Cronenberg. A posteriori, le travail opéré sur ses images souligne en effet l’originalité ascétique de ses premiers films. L’homogénéité de ses compositions n’est pas sans rappeler la lumière crue d’un bloc opératoire. Le talent de Cronenberg se situe ainsi dans cette forme paradoxale d’une exposition non démonstrative. L’horreur est là, sous nos yeux, et c’est à nous, spectateurs, d’apprendre à la voir. 

 

 

 

  • SCANNERS
  • Ressortie salles : 19 août 2020
  • Version restaurée 2K
  • Réalisation et Scénario : David Cronenberg
  • Avec : Stephen Lack, Jennifer O’Neill, Michael Ironside, Patrick McGoohan, Lawrence Dane, Robert A. Silverman, Mavor Moore, Larry Perkins, Adam Ludwig, Louis Del Grande…
  • Production : Claude Héroux
  • Photographie : Mark Irwin
  • Montage : Ronald Sanders
  • Décors : Carol Spier
  • Musique : Howard Shore
  • Effets spéciaux : Garry Zeller
  • Maquillage : Dick Smith
  • Distribution : Capricci / Les Bookmakers
  • Durée : 1h43
  • Sortie initiale : 14 janvier 1981 (États-Unis) – 8 avril 1981 (France)

 

Commentaires

A la Une

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Robert Englund et John Carpenter, nouvelles étoiles du Hollywood Walk of Fame

Chaque année, plusieurs stars sont célébrées sur le Hollywood Walk of Fame. En 2025, plus de trente personnes le rejoindront…. Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts