Livre / Sylvester Stallone. Héros de la classe ouvrière : critique

Publié par Jacques Demange le 3 septembre 2020

Résumé : Depuis de nombreuses années, Sylvester Stallone est considéré comme un représentant de l’impérialisme américain avec des films comme Rambo II ou Rocky IV. Mais l’acteur-réalisateur-scénariste est un artiste bien plus complexe qu’il n’y paraît. Cet ouvrage propose ainsi une analyse de la filmographie de “Sly” dans le but de prendre le contre-pied des clichés qui lui sont habituellement associés (surtout en France). Car en plus d’être un digne représentant de la classe ouvrière, apprécié des classes populaires, Stallone défend une réelle vision humaniste tout au long de son œuvre. 

♥♥♥♥

 

Sylvester Stallone Heros de la classe ouvriere

Sylvester Stallone – Héros de la classe ouvrière

Parue pour la première fois en 2016, cette monographie consacrée à Sylvester Stallone profite d’une nouvelle édition enrichie de quelques chapitres supplémentaires. Ceux-ci sont consacrés aux derniers films de l’acteur-réalisateur-scénariste, à une analyse de son activité de peintre et de sa communauté de fans, ainsi qu’à ses projets avortés. En choisissant d’aborder son sujet par le biais d’une approche civilisationnelle et sociologique, David Da Silva, docteur en études cinématographiques, diplômé de l’Institut français de presse de Paris et essayiste, prend le parti de battre en brèche les idées reçues. Si Stallone est bien l’héritier d’un cinéma populiste tendance capraesque (rappelons que Capra himself avait chanté les louanges du premier Rocky), son affiliation à la frange conservatrice de l’Amérique demeure sujette à caution. Sans chercher à défendre l’image d’un Stallone démocrate, Da Silva rappelle que la pensée qui anime la plupart de ses personnages est plus complexe qu’elle n’y paraît de prime abord. De fait, ce sont les films idéologiquement marqués de Stallone qui intéresse l’auteur. Dans cette perspective, cette nouvelle édition se propose d’analyser À nous la victoire, film mal connu et mal aimé de John Huston dans lequel Stallone enfile les gants de… gardien de but pour défendre les cages d’une humanité solidaire et revancharde face aux offensives du Troisième Reich. Agrémenté de quelques illustrations de bonne facture et de nombreuses citations de Stallone, l’ouvrage développe sa démonstration sans éviter quelques paradoxes. Car si le chouchou du box-office hollywoodien des années 1980 a bien incarné depuis ses débuts une représentation de la classe ouvrière, son apparente candeur semble parfois rejoindre l’image du blue collar telle que fantasmée par Ronald Reagan (rappelons que ce dernier avait, lors de sa campagne de 1988, tenté de se réapproprier les paroles de la chanson Born in the USA écrite par Bruce Springsteen, autre working class hero de l’Amérique contemporaine).

 

Da Silva évite cependant le risque de la méprise en optant pour une analyse comparative. L’auteur remarque ainsi les nombreux rapports pouvant être établis entre Stallone et Clint Eastwood qui demeure sans doute la figure la plus politiquement ambiguë du cinéma américain depuis les années 1970. 

 

Profitant d’une grande connaissance concernant l’Histoire culturelle des États-Unis (Da Silva a déjà signé d’excellents ouvrages consacrés au populisme américain ou aux Cultural Studies), cette étude interroge et invite à la réflexion. Le fanatique de Stallone se réjouira de découvrir les thématiques de ses films de prédilection analysées avec soin, tandis que le cinéphile prendra un réel plaisir en découvrant sous un angle inhabituel certains films peu considérés par l’intelligentsia critique (bien que Da Silva rappelle que les productions de l’acteur-réalisateur ont récemment profité d’une réhabilitation de la part de ses anciens détracteurs).

 

On notera enfin la présence d’une très complète biographie ainsi que l’adoption d’une approche iconologique (le rapport entretenu par Stallone avec la figure christique, par exemple) qui permet à cette étude de dépasser par moment son postulat premier pour se concentrer sur la figuration de l’acteur à l’écran.

 

 

 

  • SYLVESTER STALLONE. HÉROS DE LA CLASSE OUVRIÈRE
  • Auteur : David Da Silva
  • Éditions : LettMotif
  • Date de réédition : 12 août 2020
  • Première édition : 2016
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 240 pages
  • Tarifs : 19 € (broché) -29 € (cartonné + jaquette) – 9,90 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Voyagers : un trailer aux allures de bacchanale spatiale par le réalisateur de Limitless

Lionsgate a récemment dévoilé une bande-annonce pour Voyagers, un film de science-fiction psychédélique avec Colin Farrell, Tye Sheridan et Lily-Rose… Lire la suite >>

Michael B. Jordan se déchaîne dans le trailer de Sans aucun remords d’après le roman de Tom Clancy

Amazon Prime vient de dévoiler la bande-annonce de Sans Aucun remords, le nouveau film de Stefano Sollima, avec Michael B…. Lire la suite >>

Roar : Nicole Kidman, Cynthia Erivo, Merritt Wever et Alison Brie dans une série d’anthologie féministe

Le recueil de nouvelles de l’autrice irlandaise Cecelia Ahern, intitulé Roar, est en cours d’adaptation en série télévisée pour Apple… Lire la suite >>

Alain Chabat va diriger une série d’animation Astérix pour Netflix

Alain Chabat retrouve le petit gaulois pour une série d’animation produite par Netflix, d’après l’album Le combat des chefs.  … Lire la suite >>

Parallel : un film de casse et de science-fiction pour Netflix par l’auteur de Source Code

Ben Ripley, le scénariste de Source Code, a écrit un nouveau projet à peu près dans la même veine pour… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts