The French Dispatch de Wes Anderson : critique

Publié par Jacques Demange le 27 octobre 2021

Résumé : The French Dispatch met en scène un recueil d’histoires tirées du dernier numéro d’un magazine américain publié dans une ville française fictive du 20e siècle.

♥♥♥♥

 

The french dispatch - affiche

The french dispatch – affiche

Le paradoxe de Wes Anderson est que son cinéma nous étonne autant qu’il nous rassure. Découvrir The French Dispatch, c’est d’abord entrer en terrain familier. Excentricité et pittoresque jouent à part égale pour nous transporter dans un lieu fictif (la rédaction d’un journal, le French Dispatch du titre) qui entretient des liens plus ou moins directs avec la réalité (l’univers journalistique décrit par le film rappelle fréquemment celui du New Yorker des années 1960). Anderson continue d’amuser le spectateur en jouant avec une temporalité indéfinie. La sucrerie pop des sixties se mâtine de références à notre contemporain pour mieux assurer la domination du merveilleux sur l’ordonnance du récit. Même principe concernant l’organisation de la mise en scène. Le projet esthétique du cinéaste repose sur un art de la déclinaison qui le voit piocher ses références des deux côtés de l’Atlantique : beauté vaporeuse du cinéma français des années 1930, rythme trépidant du cinéma d’aventure à la sauce hollywoodienne, tandis que le burlesque (de l’élégance de Max Linder aux acrobaties de Harold Lloyd) demeure son principal horizon artistique. Par ce biais, Anderson fait de l’effervescence formelle la conséquence naturelle de la dimension absurde qui imprègne l’enchâssement, indéfini lui aussi, de son scénario. Toujours partisan d’une unité déstructurée, le réalisateur fait de l’épisodique le principal moteur de sa construction narrative. C’est pourtant par la reprise très consciente de ces tropes que Anderson continue de nous surprendre. Car en remontant les fils de ces destins enchâssées, The French Dispatch parvient à nous émouvoir de façon imprévisible. Le rythme soutenu se relâche et la caméra se fixe sur un plan en particulier. C’est alors le visage qui s’impose dans le cadre, valorisant la mélancolie troublante de ces rêveurs impénitents qui hantent depuis toujours le cinéma d’Anderson.

 

The French Dispatch

The French Dispatch

 

Cet intérêt pour l’acteur n’est pas nouveau mais se renouvelle. Si les habitués répondent bien présents (Owen Wilson, Bill Murray, Adrien Brody, Jason Schwartzman), le réalisateur a nourri son récit choral de nouvelles voix aussi singulières que stimulantes. Lyna Khoudri, Timothée Chalamet, Mathieu Amalric, Frances McDormand, Benicio del Toro, Léa Seydoux, se fondent avec une qualité égale dans le décorum qu’a conçu pour eux Anderson. On comprend alors en quoi l’originalité de son univers tient en partie à sa perméabilité aux talents, nouveaux et confirmés.

 

En proposant à ses interprètes d’incarner des personnages partagés entre l’humanité et la caricature, le réalisateur laisse le champ libre aux spécificités de leur jeu. Corps emblèmes autant que corps sensibles, les acteurs d’Anderson voient leur présence transfigurée, expérience dont profiteront leur carrière et leurs futurs apparitions dans des univers différents.

 

The French Dispatch

The French Dispatch

 

Reste encore ce parfum de nostalgie qui émane de The French Dispatch. C’est moins la réalité historique que l’esprit d’une époque que convoque le cinéaste. De la fin des années 1960, Anderson n’oublie pas les luttes politiques mais en retient d’abord la dimension romantique. Le cinéaste fait de ce nouveau voyage temporel un moyen d’effacer le poids des années. De la même manière, mais toujours avec étonnement.

 

 

 

  • THE FRENCH DISPATCH
  • Sortie salles  : 27 octobre 2021
  • Réalisation : Wes Anderson
  • Avec : Benicio del Toro, Adrien Brody, Tilda Swinton, Léa Seydoux, Frances McDormand, Timothée Chalamet, Lyna Khoudri, Jeffrey Wright, Steve Park, Bill Murray, Owen Wilson, Christoph Waltz, Jason Schwartzman, Mathieu Amalric, Live Schreiber, Elisabeth Moss, Edward Norton, Willem Dafoe, Saoirse Ronan, Damien Bonnard
  • Scénario : Wes Anderson, d’après une histoire de Wes Anderson, Roman Coppola, Jason Schwartzman, Hugo Guinness
  • Production : Wes Anderson, Jeremy Dawson, Steven M. Rales, Scott Rudin
  • Photographie : Robert Yeoman
  • Musique : Alexandre Desplat
  • Montage : Andrew Weisblum
  • Décors : Adam Stockhausen
  • Costumes : Milena Canonero
  • Distribution : The Walt Disney Company France
  • Durée : 103 minutes

 

Commentaires

A la Une

Disclaimer : Cate Blanchett et Kevin Kline dans une série d’Alfonso Cuarón

Apple continue d’attirer de grands noms sur sa plateforme de streaming en offrant une série à Alfonso Cuarón qui dirigera… Lire la suite >>

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 526 906 1 526 906
2 LES BODIN'S EN THAILANDE 330 688 2 910 869
3 HOUSE OF GUCCI 293 474 1 293 474
4 ALINE 191 109 3 1 087 526
5 LES ETERNELS 123 205 4 1 579 070
6 RESIDENT EVIL : BIENVENUE A RACCOON CITY 110 288 1 110 288
7 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 102 040 2 260 962
8 DE SON VIVANT 90 106 1 90 106
9 SUPREMES 77 095 1 77 095
10 AMANTS 72 186 2 208 189

Source: CBO Box office

Nos Podcasts