Seul homme à la maison, Pete est marié depuis des années à Debbie avec qui il a eu deux filles, Charlotte et Sadie, âgées de 8 et 13 ans. Pete aura bientôt 40 ans et le bilan est rude : Unfiltered Records, la maison de disques indépendante qu’il a créée, bat de l’aile, son père Larry, qui a récemment, et artificiellement, engendré des triplés, compte éhontément sur son soutien financier pour nourrir cette nouvelle famille, et à la maison, la vie n’est pas non plus un long fleuve tranquille. Le quotidien avec Debbie et les filles est une série de conflits et de complications sans fin. Quant à Debbie, elle a ses propres difficultés professionnelles et filiales. Elle essaie opiniâtrement d’être une épouse et une mère parfaite, mais elle a un mal fou à négocier le virage de la quarantaine. Et pour couronner le tout, leur aînée est en pleine crise de puberté. Pete et Debbie ont atteint l’âge où le pardon, à eux et aux autres, et le lâcher-prise sont des conditions sine qua non pour parvenir à profiter du reste de leur vie… en évitant d’en passer par le meurtre.

 

♥♥♥

 

40 ans mode d'emploi affiche

Un film signé Judd Apatow sonne presque aujourd’hui comme un événement. Ce pilier de la comédie US, qui a su imposer ses choix de production et sa plume intelligente, incisive et emphatique derrière de nombreuses comédies à succès, écrit, produit et surtout réalise ici son quatrième long-métrage. 40 ans mode d’emploi (This is 40) est sans doute l’une de ses œuvres les plus personnelles avec l’excellent Funny People, qui explorait le thème de la maladie – le cancer –, suite au décès de sa mère. Il aborde cette fois le passage à la quarantaine, période de remise en cause de l’ordre établi et étape importante dans la vie de chacun, du moins pour tous ceux qui s’accordent à le croire. Quoi qu’il en soit pour Judd Apatow, c’est l’heure du bilan ! Et pour cela il nous replonge dans la microsphère familiale du couple Pete et Debbie (Paul Rudd et Leslie Mann), personnages secondaires dans le désopilant En cloque mode d’emploi (Knocked Up) sorti cinq ans auparavant. Le duo, dont l’alchimie à l’écran fonctionne toujours aussi bien, est cette fois-ci au cœur de la narration du cinéaste qui s’investit davantage dans leurs problèmes relationnels, intimes, émotionnels et psychologiques sans avoir eu à chercher bien loin pour la mettre en scène. En effet Judd Apatow – rappelons-le – est marié à Leslie Mann avec laquelle il a eu deux filles, Maude et Iris, à nouveau devant la caméra après En Cloque mode d’emploi, et que l’on découvre ici grandies.

 

 

Si on suit les difficultés d’une famille américaine pour ainsi dire ‘lambda’, dont l’horloge sonne l’heure de l’introspection à la veille du 40e anniversaire de chacun des parents, le cinéaste ne dresse pourtant pas un portrait sur la façon d’appréhender et de gérer comme une fatalité la quarantaine. Il nous propose plutôt une tranche de vie et nous la tisse avec un tel bagout, où il mêle autant d’attachement que de détachement, que le public devrait être conquis. Conquis aussi par le fait de retrouver certains acteurs d’En cloque mode d’emploi dans leurs ancien rôles, comme Jason Segel, en coach toujours épris de Debbie, et surtout Charlyne Yi, au potentiel comique assuré, ici parfaitement naturelle dans le rôle d’une jeune junkie sans-en-avoir-l’air, devenue désormais vendeuse dans la boutique de fringues de Debbie. Elle donne d’ailleurs la réplique à une nouvelle venue dans la sphère Apatow, Megan Fox qui joue une employée assidue de jour et escort-girl de nuit, sans pour autant vraiment détonner.

 

 

40 ans mode d’emploi démarre sur la question du Viagra après une dynamique scène de sexe sous la douche où Pete avoue à Debbie être au sommet de sa forme grâce à cette pilule miracle. Si pour lui, ce n’est qu’un plaisir vivifiant, pour elle, c’est carrément l’inverse, éprouvant aussitôt la nette sensation d’avoir perdu toute féminité et tout attrait physique. Apatow nous livre ensuite pendant deux heures, une succession de problèmes de la vie courante qui pourrait finalement se déclencher à n’importe quel âge, comme l’indique dès le départ la tagline de l’affiche ‘Il n’y a pas d’âge pour faire sa crise’. Mais dans cette prise de conscience, Debbie pense trouver un palliatif en prenant des décisions radicales pour la famille : arrêter de fumer pour elle, stopper les petits gâteaux pour lui, faire davantage de sport, fixer des plages horaires aux filles pour se connecter au monde virtuel via l’iPhone, l’iPad et autre iPod qui dominent leurs vies quotidiennes. Puis Apatow élargit progressivement le champ sur leur profession, l’éducation de leurs filles, leurs rapports avec leurs amis et leurs pères respectifs, portés par John Lithgow (DEXTER) et Albert Brooks (DRIVE – notre critique). Si le premier est un riche chirurgien qui retrouve sa fille Debbie plus de 20 ans après avoir refait sa vie de famille, le second est un juif retraité devenu lui-même père de triplés qui se fait entretenir financièrement par son fils Pete.

 

 

40 ans mode d’emploi pose ainsi un regard sur trois générations d’une même famille où chacun à sa façon, tente de gérer ses désirs, ses émotions, ses comportements et ses responsabilités. Le cinéaste insère à l’ensemble une bonne dose de pop culture, au travers notamment des séries TV et du mal que peut faire le geek JJ Abrams avec Lost sur leur fille aînée. La musique et son évolution ont aussi leur importance. Pete se confronte à son incapacité de faire décoller sa propre maison de disque indépendante dans la recherche de nouveaux talents restant toujours figé dans ses choix de groupes musicaux de sa génération. Judd Apatow traite ainsi son sujet dans l’air du temps de manière vaste, réaliste, mâture, honnête, drôle et tendre où chaque personnage, principal et secondaire, face à ses problèmes devient en soi une trame comme celui de Melissa McCarthy (Mes Meilleurs Amies) qui incarne avec jubilation la mère détraquée d’un garçon qui tourmente via Facebook leur fille aînée, qui en est amoureuse. Si le film s’étire un peu trop en longueur avec certaines scènes et répliques parfois prévisibles qui perdent leur force dans leur situation comique, 40 ans mode d’emploi trouve néanmoins son équilibre sans créer une systématique catharsis dans cette crise identitaire qui s’attaque à certaines hypocrisies de la vie de famille moderne.

 

 

 

40 ANS MODE D’EMPLOI (This is 40) écrit et réalisé par Judd Apatow en salles le 13 mars avec Paul Rudd, Leslie Mann, John Lithgow, Megan Fow, Mellissa McCarthy, Graham Parker et Albert Brooks. Producteurs : Judd Apatow, Barry Mendel, Clayton Townsend. Photographie : Phedon Papamichael. Montage : Brent White, Jay Deuby, David Bertman. Costumes : Leesa Evans. Compositeur : Jon Brion. Distribution : Universal. Durée : 2h14.

.

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts