Avant Amityville, il y avait Harrisville… The Conjuring raconte l’histoire horrible, mais vraie, d’Ed et Lorraine Warren, enquêteurs paranormaux réputés dans le monde entier, venus en aide à une famille terrorisée par une présence inquiétante dans leur ferme isolée… Contraints d’affronter une créature démoniaque d’une force redoutable, les Warren se retrouvent face à l’affaire la plus terrifiante de leur carrière…

 

♥♥♥

 

The Conjuring afficheVéritable raz de marée au box office américain supplantant même les tentpoles de science-fiction et les films d’animation grand public les plus attendus, le film de genre à micro-budget s’est imposé dans le paysage cinématographique estival opérant un changement de rythme. Conjuring – les dossiers Warren (The Conjuring en vo) redonne non seulement de l’élan à une thématique usée jusqu’à la corde, mais manipule aussi ingénieusement tous les éléments si familiers du genre (poupée diabolique, exorcisme, maison hantée, bruit sous le lit, portes qui claquent, fantômes et autres esprits qui refusent de partir…). James Wan, réalisateur du premier volet de la franchise Saw et d’Insidious en mode found footage, parvient ici à susciter une peur latente, omniprésente et stressante auprès d’un public en attente depuis bien longtemps d’être terrifié dans une salle obscure. Car là où Insidious restait dans son cadre plus ou moins restrictif de film d’horreur, Conjuring élargit son champ s’ouvrant davantage au suspense d’un thriller prégnant et sophistiqué. La promesse remplit donc dûment son contrat, tant visuellement que dans le scénario plutôt bien ficelé avec quelques pointes d’humour, puisant sa source dans une histoire vraie basée sur les enquêtes du couple d’extra-lucides Ed et Lorraine Warren dans les années 70, eux-mêmes associés à la fameuse affaire Amityville. Car si la réalité dépasse souvent la fiction, cette petite information additionnelle est d’autant plus essentielle qu’elle s’infiltre dans l’esprit du spectateur qui se laisse submerger progressivement par l’atmosphère angoissante.

 

Conjuring - les dossiers warren

 

Bien sûr Conjuring n’a rien de novateur ni de révolutionnaire dans son postulat de départ, renvoyant à des œuvres référentielles comme Amityville – la maison du Diable, L’Exorciste ou encore Poltergeist, mais l’œuvre de James Wan parvient à se démarquer du marché des films de genre actuel sur bien des plans. Plus vintage que le vintage, le cachet old school – des décors aux costumes -, étonnamment sobre, joue aussi en sa faveur, se mettant au service d’une mise en scène relativement simple et discrète mais qui manipule habilement le jump scares et autre petit travelling inattendu. La bande son stridente de Joseph Bishara ajoute aussi sa part d’effroi dans les quelques séquences fortes. Mais Conjuring fonctionne surtout grâce à la performance de son casting. A commencer par Patrick Wilson, qui retrouve James Wan après Insidious, prochainement dans le second opus en salles françaises. S’il était un père à la recherche de son fils perdu dans son propre voyage astral, il incarne ici un démonologiste réputé. De son côté, Vera Farmiga confirme sa prédisposition aux thrillers horrifiques après Joshua et Esther ou encore récemment la série BATES MOTEL (notre critique). Elle dégage ici le désespoir et la douleur d’une Lorraine Warren, dotée de ce don de médium mais aussi hantée par ces enquêtes passées, dont les objets des délits sont devenus les pièces maîtresses qui garnissent la vitrine paranormale de leur maison. Quant à la famille Perron avec leur quatre filles, dont les parents sont incarnés par Ron Livingston et Lili Taylor, chacun parvient à tirer son épingle du jeu de manière relativement crédible. Au final, ce n’est pas tout d’estimer que James Wan aime le cinéma d’épouvante, c’est qu’il semble surtout bien le comprendre parvenant ici à transcender le cadre conventionnel, tout en rendant un bel hommage aux œuvres phares du genre. Et si pour certains Conjuring réveille les terreurs personnelles enfantines, pour d’autres – comme en l’occurrence ici -, il reste une bonne petite surprise horrifique.

 

 

 

CONJURING : LES DOSSIERS WARREN (The Conjuring) de James Wan en salles le 21 août 2013 avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Ron Livingston et Lili Taylor. Scénario : Chad Hates, Carey W. Hayes. Producteurs : Rony DeRosa-Grund, Peter Safran, Rob Cowan. Photo : John R. Leonetti. Décors : Julie Berghoff. Costumes : Kristin M. Burke. Montage : Kirk Morri. Musique : Joseph Bishara. Distribution : Warner Bros. Durée : 1h50.

.

Commentaires

A la Une

Confinement : le décor d’un tournage en pause plonge les passants dans le Paris de l’Occupation

Repérées au début du mois par les habitants du quartier, deux rues de la Butte Montmartre arborent des affiches du… Lire la suite >>

Confinement : Masterclass et cours donnés par de grands noms du septième art en accès libre

Accédez à des centaines de masterclass, de tables rondes, et de cours livrés par des personnalités du cinéma depuis chez… Lire la suite >>

Ryan Gosling en discussion pour jouer un astronaute dans l’adaptation d’un livre d’Andy Weir

Après First Man de Damien Chazelle, Ryan Gosling va certainement devoir retourner dans l’espace pour un blockbuster de la MGM… Lire la suite >>

Carlotta Films lance sa plateforme de SVOD

Le distributeur de films de patrimoine propose à son tour un service de SVOD, le Vidéo Club Carlotta Films, pour… Lire la suite >>

Aaron Paul aimerait incarner Kurt Cobain

L’interprète de Jesse Pinkman rêve d’incarner le leader du groupe Nirvana, disparu à l’âge de 27 ans en 1994.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts